15 réflexions sur « Communautarisme vs. Universalisme – un regard chrétien – La Libre p.33 »

      1. Merci beaucoup, Cher Kess Sholttes. Maman éttait la bonté même et elle avait tant d’amour. Pour moi, elle était une sainte. De plus étant profondément croyante, elle avait beaucoup de foi et récitait chaque jour le chapelet. J’aimerais lui ressembler et comme elle, vous aimer tel que vous êtes, malgré nos différences. Mais je vous aime Kess, et cela malgré nos désaccords, et cela même si je suis profondément détruit/ Que le meilleur vous arrive, Kess, même si je me sens si seul, si seul sans maman

      1. Merci beaucoup, cher Eric. Maman était la bonté même. Elle était à la fois très aimante et très croyante. Tout ceux qui la connaissait l’appréciaient énormément. Elle disait son chapelet chaque jour et avait une grande dévotion pour Notre-Dame de Beauraing et cela, grâce à une rencontre qu’elle avait eue avec Albert Voisin (l’un des 5 témoins des apparitions). Puisse à présent la Vierge au coeur d’or, l’accueillir à bras ouverts dans la plénitude du Royaume de son Fils! Et puisse maman, comme l’écrit Eric, « veiller sur moi » qui suis dans le désespoir. Vous qui lisez ce blog, priez pour elle et pour ma très pauvre personne

  1. Une critique concernant la chronique « communautarisme vs universalisme ». Le mouvement woke peut être comparé aux communistes qui prétendaient défendre des minorités.
    Leur slogan était la paix, le pain, le pouvoir aux soviets, aux travailleurs. Fantastique.
    Le « woke » classe les gens en opprimés (femmes, noirs, Lgbt) contre oppresseurs (mâle, blanc, hétérosexuel). Il s’agit en fait de prendre le pouvoir.
    Mathieu Bock-Côté dans son livre « la révolution racialiste » analyse le vocabulaire et les actes de cet extrême gauche révolutionnaire qui entend détruire le système existant pour construire une société idéale. C’est terrible car l’homme est classé en fonction de son appartenance à l’un ou l’autre groupe.
    Celui qui fait partie du groupe « oppresseur » peut être broyé, éliminé. Il sera toléré en cas d’auto-critique et de repentance perpétuelles.

    On peut aussi voir le documentaire « Evergreen et les dérives du progressisme ».

  2. Deuxième critique concernant les conservateurs. Philippe FABRY dans son livre « islamogauchisme, populisme et nouveaux clivage gauche-droite » distingue entre les conservateurs et les réactionnaires d’extrême droite. Ces derniers pensent qu’il faut renverser l’ordre établi (sur ce point ils sont d’accord avec l’extrême-gauche) pour revenir à un passé idéalisé. Ils sont extrémistes, violents, dangereux.
    Les conservateurs comme Roger Scruton méritent un peu de mansuétude. Ils sont pour conserver l’état de la société car ils pensent que le changement peut la déteriorer. Certains conservateurs sont modérés et peuvent accepter des réformes utiles et nécessaires. Scruton disait  » les Hongrois sont extrêmement alarmés par l’invasion soudaine d’énorme tribus de musulmans du Moyen-Orient parce que leur relation avec l’islam n’a pas été particulièrement heureuse » Ont-ils tout à fait tort ?
    Augmentation des viols dans certaines villes en Suède et à Telford.
    Nombreux attentats terroristes en France, en Angleterre contrairement à ce qui est relevé en Pologne et en Hongrie. A ce jour zéro mort en Pologne par ces terroristes religieux.
    On n’enseigne pas dans les écoles en Hongrie que l’homosexualité est un style de vie normal. Comme Roger Scruton je pense que les parents sont les mieux placés pour parler de ce sujet à leurs enfants en le faisant à un âge approprié, par exemple si leur enfant leur pose des questions à ce sujet.

  3. Xavier
    Je partage votre analyse avec conviction.
    Je pense que l Eglise actuelle a choisi son camp, celui du progressisme. Hélas.
    Mais je ne suis pas assez malin. Et je me réfugie dans des lectures moi aussi.

    Je voudrais citer ici les livres de Chantal Delsol, intellectuelle française, philosophe. Je viens de finir son livre ( la haine du monde) très éclairant et dont des passages ont été repris dans le dernier livre de Robert Sarah.
    Je viens de commander son livre sur la fin du christianisme.
    Et son livre précédent portait le titre : le crépuscule de l universalisme.. que je n’ai pas encore lu.

    Pourquoi écris je cela ?

    Parce que le catholique que je suis ne se sens pas plus bête que cela, qu’il veut faire comprendre aux autorités catholiques que nous aussi on s informe et qu il n est plus temps de nous prendre pour de grands naïfs. Que la foi ce n’est pas dire amen à tout !

    L universalisme c’est quand même la mondialisation comme issue. La mondialisation écrase les petites gens, indifferencie les peuples, les gens,elle écrase tout sur son passage.

    L eglise se trompe en défendant cette universalisme, elle se trompe car elle tourne le dos aux petites gens des pays européens jamais défendus par les élites mondialistes.

    L eglise est devenue mondialiste sous le couvert de l’universalisme.

    Il me tarde de lire les autres ouvrages de Chantal Delsol.

    Bonne lecture à tous

    1. Moi aussi je partage votre analyse et aussi celle de Gillis Oliver. Selon moi, étre « concervateur » (j’aimerais dire simplement caholique) n’est rien de plus que d’être en accord avec la grande Tradition de l’Eglise; celle de tous les apôtres et de tous les saints. Etre aussi en accord avec le credo, les dogmes, les sacrements et le catéchisme universel qui sont le fondements qui font partie de la fois d’un humble catholique. Aussi, ouvrir au nom d’un soit-disant progrès au nom de la modernité me semble plus une régression qu’une montée vers le Christ seul sauveur et rédempeur

  4. Je pense que le progrès est tout simplement le fait de partir d’une situation pour la rendre meilleure, compte tenu de l’humanisme, de la justice et du respect des convictions des autres. En écrivant cela, j’ai l’impression d’enfoncer une porte ouverte… ;-) une évidence…

    1. Le problème est que souvent nous discutons ici ou ailleurs sur des concepts ou mots ou valeurs dont nous n avons pas la même définition. En fait on discute dans le vide. On met dans notre cerceau bien établi de certitudes les propos entendus ou lus des autres. Et on interprète. Et on fait des procès. Et on compare avec ce qui est dans notre cerceau et que nous croyons juste.

      Très difficile de sortir de nos convictions
      On y tient, on s y accroche. Elles sont notre représentation dans le monde, notre image que nous ressentons et que nous voulons donner aux autres.

      Concernant le progrès, marie madeleine

      Est ce du progrès de ne plus respecter les anciens ?
      De même, croire que tout le passé n’est que ruine, que nos valeurs sont toujours à créer, que rien ne vaut que ce qui adviendra.
      Que dire des progrès type par exemple à pouvoir avorter très tardivement, ou à mourir comme un suicide.
      Que dire de tous les ,’ progrès qui se prolifent à l horizon ? La woke culture qui veut tout effacer de notre passé y compris les plus belles contributions à notre condition humaine.
      Vous ne voyez donc pas le vent venir ?
      Le vent de l effacement total de notre passé glorieux qu il soit religieux ou civil ?
      Vous ne voyez pas le malheur qui nous attend.?

      Pour moi c’est clair, je préfère la vie des années 80 que les années actuelles. C’est ça le progrès ? Se sentir moins heureux après une évolution dite progressive ?

      Le progrès c’est donc une société qui ne croit plus en Dieu ? Cela semble la conviction des athées. Ce n’est pas mon avis.
      C’est juste l inverse. Mon progrès serait que naturellement nos concitoyens retrouvent le chemin du ciel ,du Dieu créateur et du respect de celui ci.

      Le progrès actuel est souvent à l opposé de cette position. Au plus vous vous dédouaner de la présence de Dieu, au plus vous apparaissez comme un être libre, accompli, sur de lui.

      Un leurre.

      Tout a été dit dans les textes des Évangiles. Tellement anciens. Tellement vrais. Tellement actuels. Tellement éclairants. Rien n à attendre de texte qui serait mieux que ceux-ci. Pas de progrès possible en cette matière.
      Le progrès est donc un leurre, un pas vers l abîme , vers des chemins où Dieu est de moins en moins présent

      Jm

      1. Je ne crois pas avoir dit :

         »… ne plus respecter les anciens; croire que tout le passé n’est que ruine, que nos valeurs sont toujours à créer, que rien ne vaut que ce qui adviendra. Que dire des progrès type par exemple à pouvoir avorter très tardivement, ou à mourir comme un suicide. »

        Et j’ai d’autant moins dit ou pensé cela que j’ai écrit  » respect des convictions des autres » !

        La réponse actuelle aux grands problèmes des citoyens doit être diverse et, par exemple, prétendre qu’une femme vivant en grande précarité n’a que l’avortement comme solution, me semble une exagération évidente ainsi qu’une injustice, puisqu’on peut aider de nombreuses façons…

        Le vrai problème sous-jacent est d’ordre économique évidemment et là, l’humanisme passe loin derrière !

        Le vrai PROGRES serait d’abord qu’il n’y ait plus de naissances non désirées (cela passe par l’éducation, le respect et le contrôle de la sexualité) ou alors que soit facilitée l’adoption par des couples qui désespèrent de ne pas avoir d’enfants …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.