« Notre jumeau » – 2° dimanche de Pâques, Année B

« Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu !» (Jean 20, 19-31)

Le prénom Thomas signifie « jumeau ». Et de fait, l’apôtre Thomas est un peu notre frère jumeau : comme lui, nous aimerions bien « un peu voir », histoire d’« un peu plus croire »

Mais il s’agit d’un piège : Celui qui voit, est convaincu. Il ne devient pas plus croyant, pour la cause. La foi chrétienne est une illumination intérieure, bien plus que la conclusion d’un raisonnement. Elle n’explique pas tant le monde, mais donne de le voir avec la perspective d’En-Haut. Ainsi, celui qui déclare « croire en quelqu’un », ne dit pas tant qu’il est convaincu que cette personne existe, mais bien qu’il est assuré que cette personne est digne de confiance. De même, la foi chrétienne n’implique pas tant de « croire que Dieu existe ». (D’ailleurs beaucoup disent : quand je vois comment ce monde ne tourne pas rond – même s’Il existe – à quoi ce Dieu me sert-il ?)

Non, la foi, donne de saisir dans son cœur que « j’existe pour Dieu ». Depuis ma conception, Il fait alliance et marche avec moi. En Jésus, Il a donné Sa vie par amour pour moi. Ce n’est que cela qui donne de tomber à genoux comme Thomas et de s’écrier : « mon Seigneur et mon Dieu ! » 

6 réflexions sur « « Notre jumeau » – 2° dimanche de Pâques, Année B »

  1. Lors d une promenade, j ai eu le plaisir de fouiller dans une boîte à livres ( ma commune en dispose dans chaque village) et j’ai eu le plaisir d en extraire gracieusement le livre de André Gide ` la symphonie pastorale `
    Magnifique œuvre, courte, interpellante, dérangeante même.
    Il se fait que l histoire qui raconte la rencontre d un pasteur pétri de valeurs chrétiennes avec une jeune femme aveugle , se termine dans le drame.

    Et ce drame survint lorsqu elle vit suite à une opération chirurgicale.

    Son bonheur n était donc jamais aussi grand que lorsqu elle ne voyait pas mais faisait confiance aux descriptions qu on lui donnait de la beauté du monde, de la nature. Elle croyait les dires du pasteur lui décrivant les fleurs, les oiseaux et pourtant elle ne voyait pas. Mais elle croyait !

    Que serait donc notre déception et notre désarroi si nous avions la preuve scientifique de l existence de dieu!

    La joie de croire est donc bien là : croire sans voir.

    Très beau livre en tout cas .

    Merci à Dieu de me l avoir mis dans les mains.

    1. Je suis tout à fait de votre avis et je pense que la Foi ne demande aucune preuve, au contraire car ce serait la « connaissance » et non plus la Foi !

  2. Oui mais Thomas a demandé une preuve et Jésus loin de le repousser a répondu à sa demande. Il est vrai qu’il a ajouté: « Parce que tu as vu, tu as cru. Heureux ceux qui croient sans avoir vus ». Cela dit, à de multiples reprises, Jésus (par ses miracles notamment) n’a pas hésité à donner des preuves de sa divinité. Et s’il l’a fait, pourquoi le travail de tous ceux qui, dans l’histoire de l’Eglise à été consacré à l’apologie de la foi chrétienne, seraient-ils dans l’erreur? L’excellent archevêque que fut Mgr Léonard avait écrit en son temps un précieux livre intitulé « Les raisons de croire ». Et c’est précisément ces « raisons de croire » qui manquent cruellement dans l’Eglise d’aujourd’hui.

    1. Je comprends les « miracles » comme quelque chose de différent. Jésus guérit un aveugle : il veut que cet homme puisse voir (le paysage ? plutôt la vérité !); il guérit un sourd : il veut qu’il puisse entendre (le chant des oiseaux ? ou la parole de Dieu), enfin il remet un homme debout et là le sens est encore plus flagrant; bref, je lis les miracles comme quelque chose de symbolique et d’initiatique … telle est ma foi que je n’impose à personne !

      1. Juste une question, Marie-Madeleine: retenez-vous seulement le symbole ou retenez-vous aussi les faits (matériels) des récits miraculeux qui se trouvent dans l’Evangile. Par exemple, selon vous, Jésus est-il ressuscité corporellement le troisième jour ou retenez-vous de cet événement une interprétation qui voudrait qu’il s’agisse simplement une prise de conscience que Jésus est « vivant » dans le coeur de ceux qui le suivent. D’autre part, selon vous, qu’en est-ils de nos défunts? Sont -ils à jamais dans le néant ou vivants dans les cieux que St Paul appelle « notre véritable patrie »?

        1. Je ne peux que vous donner mon humble avis, n’ayant pas étudié la théologie :-) .

          1° Je trouve magnifique que Jésus ait voulu l’homme « debout », qu’il puisse Le voir et entendre son message. Je trouve que cela a une portée bien plus profonde que le simple acte thérapeutique …

          2° Que le sens soit symbolique ou la réanimation d’un défunt, chacun peut suivre sa propre conviction… Et s’Il est revenu à la vie pour toujours, pourquoi tant de fidèles se pressent-ils pour voir son tombeau ou pour admirer le saint suaire ???
          « Pourquoi chercher parmi les morts, celui qui est vivant » ?

          A la chorale, nous chantions souvent « Il est vivant, celui que vous cherchez – allez donc l’annoncer aux quatre coins du monde ». Personnellement, cela me suffit et sans entrer dans les détails (qui ne relèvent que de mon intime conviction) , Il est avec moi jusqu’à la fin des temps … Cela relève du mystère de la Foi et je n’en SAIS pas plus …

          Quant à mes défunts, je leur parle, je maintiens leur souvenir et ils sont vivants à travers moi !

          Je ne sais pas plus que d’autres ce qu’il adviendra de moi après mon décès : j’aimerais pousser une porte et revoir mon fils, ma soeur et mon frère partis bien trop tôt, mais entre-temps je leur parle, je maintiens leur souvenir et ils sont VIVANTS !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.