12 réflexions sur « Pour qui vote la Vierge Marie – La Libre p.33 »

  1. Titre accrocheur pour arriver à ce que tout le monde devinait : ni à gauche, ni à droite ; ni particulariste, ni universaliste ! Une espèce d’actualisation de « Au nom de la rose » avec la querelle entre nominalistes et universalistes ! Autant, pour moi, il y a de richesses dabs les écritures bibliques, évangéliques, au niveau des symboles, autant il y a d’impostures intellectuelles à les enseigner en les rattachant à une historicité des personnes ! l’Eglise en a et continue à en faire son beurre ! Nous avons certainement besoin de symboles, de liturgie, même de folklore, mais si nous voulons aller plus en profondeur, dépasser le spectacle, il y va de ne pas entretenir la croyance naïve et erronée du culte « sacré » en évitant de faire des « personnages »chrétiens de simples « objets » de dévotion… C’est mon humble avis…

  2. A Michel Dupont,
    Une question.
    Sachant que de par le monde, globalement, en moyenne, 80 % d’êtres humains pensent qu’il y a quelque chose après la mort, que l’ âme continue de vivre, que les défunts poursuivent leur vie d’une autre manière. ….. ( En Occident les chiffres peuvent approcher les 50 %, par contre, dans le reste du monde, ils peuvent approcher les 100 %……
    Sachant celà, pensez vous qu’il soit permis à un enfant ou à un adulte de s’adresser à sa mère ou à une tante ou à une grand’ mère défunte sans sacrifier à une  » imposture intellectuelle  » ( comme vous dites) ???

  3. « …..Et de même que le soleil, en éclairant la terre, dérobe, par l’ éblouissement de son foyer, la vue du ciel dont le spectacle étoilé n’apparaît qu’ à la lueur des astres qui le reflètent, de même le ciel du chritianisme, je veux dire ce qu’il a d’intérieur et de profond, l’ harmonie de ses mystères, l’ économie de sa doctrine, ne se déploient à nos regards et ne se laissent étudier et contempler qu’ à la mystique lueur de cette Vierge  » belle comme la lune  » dont Jésus-Christ est le divin soleil « . Auguste Nicolas ( 19e siècle)

  4. Notre- Dame Auxiliatrice
    ( extraits)
     » L’enfant chétif qui sait qu’on n’est pas fier de lui et qu’on ne l’aime pas beaucoup;
    Quand d’aventure sur lui se pose un regard plus doux,
    Devient tout rouge et se met bravement à sourire, afin de ne pas pleurer.
    Ainsi dans ce monde mauvais les orphelins et les déshérités,
    Ceux qui n’ont pas d’argent, ceux qui n’ont pas de connaissance et pas d’esprit,
    Comme ils se passent de tout, se passent aussi d’amis.
    Les pauvres s’ouvrent peu …..
    …. …. …..
    Ah! lorsque tout vous manque et qu’on est tout de même trop malheureux,
    Viens à l’ église, tais-toi, et regarde la mère de Dieu !
    Qµelle que soit l’injustice contre nous et quelle que soit la misère,
    Lorsque les enfants souffrent il est encore plus malheureux d’être la Mère.
    Regarde Celle qui est là, sans plainte comme sans espérance,
    Comme un pauvre qui trouve un plus pauvre et tous deux se regardent en silence.
    Paul Claudel

  5. Titre accrocheur, comme dit Mik Dupont, mais à sa façon, d‘actualité.

    Un thème fréquent dans mes propres commentaires sur ce blog, au cours des quatre dernières années, a été celui de la manipulation opérée par le monde politique sur le „segment religieux“ de leur électorat. Manipulation cynique et opportuniste, où l‘on joue sur des craintes viscérales et identitaires et où, sous le prétexte de la défense de valeurs perçues comme absolues, on s‘empresse de signer des chèques en blanc au premier populiste venu qui „va vous arranger ca !“….
    Bref, vous voyez où je veux en venir…

    Eh oui! … aux Etats-Unis.
    C‘est un cas d‘école: voici un chef d‘état qui malgré quatre années de gestion déastreuse de son pays où l‘essence-même de la démocratie est contamment mise à mal continue à bénéficier du support de 50 millions de Evangelical Christians et de catholiques conservateurs.
    Et le „levier“ pour mobiliser ces masses: principalement „Roe vs Wade“, c-à-d tout le débat pro-choice vs pro-life.

    Alors, soyons clairs: je suis pro-life, je l‘aurais d‘ailleurs été sans être catholique.
    Mais là n‘est pas la question.
    Là où le bât blesse c’est que cette valeur prioritaire de défense de la vie semble être une raison suffisante pour le chèque en blanc signé par grand nombre de catholiques pour un personnage aussi fallot et dangereux que Donald Trump.

    Alors, je ne vous dirai pas la grande colère que j‘ai eue en voyant Son Eminence Timothy Dolan, Cardinal and Archbishop of New York, ouvrir la Republican National Convention par sa prière…

    Les catholiques américains vont-ils vendre leur âme?

    1. C’est effectivement effarant.
      De ce que j’ai pu en voir les américains n’ont pas notre pudeur sur l’affichage de leur foi et de la paroisse qu’ils fréquentent (ainsi que de leur affinité politique d’ailleurs), paroisse souvent ouvertement affiliée à un parti politique. Je l’ai en tout cas fort vu avec des protestants. Les catholiques américains s’inscriraient donc « logiquement » dans cette culture de l’affichage politique qui nous choque ?

      1. Les Evangelical Christians sont dans la grande majorité de foi protestante.
        Un grand nombre de catholiques conservateurs sont cependant prêts à s‘inscrire dans la même mouvance lorsqu‘il s‘agit de voter.

        Ils y sont d‘ailleurs encouragés: ainsi de nombreux évêques américains ont publiquement dénoncé des membres du Congrès catholiques qui refusent de prendre une position rigoureusement pro-life au point de leur interdire l‘accès aux sacrements.
        Tout cela a été fortement monté en épingle: les Républicains sensés pro- life, les Démocrates pro-choice.
        L‘Eglise elle-même en remet une couche: Timothy Dolan est considéré comme le primus inter pares des évêques américains.

        Le plus cocasse dans tout cela: Biden est catholique et pratiquant!
        S‘il est élu il sera le deuxième Président catholique dans l‘histoire américaine, dans le sillage de John F Kennedy dont le catholicisme avait été perçu comme une obstacle à surmonter lors de son élection en 1960.
        Alors, vous voyez, le catholicisme a fait un sacré chemin politiquement parlant aux Etats-Unis.

        Malgré tout celà, malgré surtout l‘incompétence et la corruption prouvées de l‘administration Trump, Timothy Dolan et dans son sillage d‘autres „éminences“ osent suggérer le choix Républicain.

        1. C’est la mentalité aux USA : on annonce combien on gagne, pour quel parti on vote et quelle église on fréquente. Cela me déplaît et cela devient surtout extrêmement dangereux lorsque la personne qui occupe « la fonction suprême » est lui même un être sans aucune pudeur.

          La pire chose qu’il ait faite, à mes yeux, c’est de faire dégager – aux gaz lacrymogène – les abords d’une église (protestante) avant de s’y faire photographier une bible à la main… Quel croyant sincère peut cautionner cela ? Quel déballage de sentiments (faussés) dans un but de propagande …
          Les USA n’ont pas le concept de laïcité (à mes yeux, une neutralité bienveillante envers tous les courants d’opinion) c’est ce qui amène des dérives comme celle-ci !

          1. J‘aime beaucoup la définition que vous donnez de la laïcité.
            C‘est ce qu‘elle devrait être: une neutralité bienveillante.

            La constitution américaine protège la liberté religieuse.
            Evidemment cela n‘empêche personne de manipuler des mouvances religieuses à des fins politiques.

            Comme nous disons en Angleterre, „Americans wear their religion on their sleeve“: ils en font grand cas, tout le temps et partout.
            Et, bien que la Constitution protège la liberté religieuse, le vécu historique a montré, jusqu‘à récemment, un manque de tolérance souvent choquant.

            L‘identité américaine, historiquement, est White Anglo-Saxon Protestant (WASP), jusque vers 1865 les catholiques, souvent d‘origine irlandaise, ont rencontré une grande hostilité.
            Comme j‘ai dit plus haut, même JFK a dû se battre contre les préjugés anti-catholiques aussi récemment qu‘en 1960.

            Quant aux Evangelicals, c‘est encore un chapître à part!

  6. Dans une tribune toute récente publiée par USA Today ( reprise et traduite dans Evangéliques info) , la petite-fille de Billy Graham appelle à ne pas voter Donald Trump, références bibliques à l’ appui.

  7. « Chien qui aboie ne mord pas », dit-on familièrement. Selon moi, Donald Trump est de ceux-là. Certes, certains de ses propos maladroits ont de quoi laisser perplexe. Pourtant dans les faits, ne peut-on pas voir en lui un homme qui, contrairement à ses prédécesseurs a toujours refusé l’interventionnisme américain avec les guerres qu’elle comporte ? Le monde entier n’est-il pas plus en paix depuis qu’il est Président? Et pour les chrétiens, sa défense des plus petits encore dans le sein de leur mère et de la foi en Dieu ne mériteraient-elles que mépris? Hélas, selon les médias tout est bon pour l’abattre, y compris sa gestion du coronavirus qui, proportionnellement au nombre d’habitants a fait beaucoup moins de morts que chez nous en Belgique. Quant à la Hongrie avec 616 décès pour près de 10 millions d’habitants, comment notre pays qui en compte près de 10.000 sur 11 millions de citoyens pourrait-il lui faire la leçon?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.