« Ils ne savent pas ce qu’ils font »– Dimanche des Rameaux et de la Passion, Année C


« Et il disait : ‘Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne.’ Jésus lui dit : ‘Amen, je te le déclare, aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis.’ » (Luc 22, 14-23, 56. Luc 23, 1-49)

Avec le dimanche des Rameaux débute la « Semaine Sainte », c’est-à-dire la sainte semaine des chrétiens. La semaine qui résume notre foi en un Dieu qui aime l’humanité de façon déraisonnable. Un Dieu crucifié par amour, qui pardonne les péchés jusqu’à son dernier souffle, car « ils ne savent pas ce qu’ils font ». De cet Amour fou, les rameaux qui orneront les crucifix de nos maisons, sont le rappel tout au long de l’année. 

Ne vivons pas cette semaine de façon distraite. Participons dans la mesure du possible aux offices de la semaine sainte et (si vous le pouvez) au chemin de croix dans les rues (ainsi : à Liège, le soir du vendredi saint). Ainsi, nous retrouverons-nous pour célébrer la Pâques du Christ avec un cœur de ressuscité.  

12 réflexions sur « « Ils ne savent pas ce qu’ils font »– Dimanche des Rameaux et de la Passion, Année C »

  1. Il y a bien longtemps que je n’ai plus vu de chemin de croix dans les rues de Bruxelles. A présent que je vis à la Côte, je me demande si cela a encore lieu et où … C’est vrai qu’il est difficile de participer à la messe de Pâques en faisant l’impasse sur les offices du jeudi, du vendredi etc …

  2. Et pendant ce temps, actualité oblige, le principal témoin de la chrétienté en France s’est « suicidé » Ces flammes que j’ai vu avec une grande tristesse ravager Notre-Dame de Paris ne sont-elles pas quelque part le symbole et le résultat d’un pays qui, depuis sa révolution, n’aura cessé d’allumer des bûchers en vue de brûler ses racines chrétiennes? A force de vouloir mettre à la porte le Dieu révélé en Jésus-Christ, n’est-ce pas un peu comme si ce même Dieu disait: « Puisque vous ne voulez plus de Moi, je m’en vais »?

  3. Aujourd’hui, Jeudi Saint, c’est la fête des prêtres.
    Eux- mêmes sont trop modestes pour nous le rappeller : ils se cachent derrière Jésus, comme le publicain de la parabole se cachait derrière le pillier du fond.
    Fêtons les tous.
    Et avec tous- ceux- qui- n’ont- connu- que- de- bons- prêtres, disons ensemble, du fond de notre coeur reconnaissant :  » Bonne fête, Père Eric ! » ou  » Bonne fête, Monsieur l’ Abbé ! « .

  4. PS :dans cette version on peut, en descendant dans les commentaires, trouver la traduction en anglais ( Marie s’ adresse a son fils  » Dans quel état t’ont ils mis ……)
    L’ air vous semblera familier . La musique fut probablement composée par Pergolèse et devint un chant de musique baroque :  » Que ne suis je la fougère … ».
    L’air fut repris à la flute au XXe comme indicatif de ……. » Bonne nuit,les petits « .
    Au Kerala, il est aussi un chant catholique.

  5. Cher Eric,
    je m’attendais à un article (à un message fort) sur Pâques (principale fête pour les chrétiens) et je m’étonne de ne rien lire sur ce sujet tellement fondamental. « Si le Christ n’est pas réellement (c’est à dire corporellement) ressuscité, vaine est notre foi, mangeons et buvons car demain nous mourrons », dit saint Paul. Mais, grâce à Celui qui a triomphé de la mort physique, ce n’est pas d’une salle d’attente, c’est à dire d’une espérance réduite à l’ici-bas dont les chrétiens sont les témoins, mais d’une éternité qui, moyennant notre conversion, sera mille fois meilleure que tout ce que cette pauvre terre peut nous donner. Cela ne mérite t-il pas d’être clamé haut et fort? Et si nous ne faisons pas, ceux qui n’ont pas la chance de croire en cette espérance prodigieuse que nous avons le devoir de leur annoncer, n’auront-ils pas le droit de penser que si nous nous taisons, c’est parce que nous n’y croyons plus nous-mêmes et que nous n’avons plus à leur présenter qu’un message qui n’étant plus rien d’autre que ce propose déjà ce monde, ne répond plus aux trois questions existentielles: « d’où venons-nous, qui sommes-nous et surtout, où allons-nous? ». Une nouvelle fois, qu’est devenue la prédication apostolique, celle qui fut celle de saint Paul et de tant et de tant de vrais témoins?

  6. cher Jean Pierre,
    Je comprends votre inquiétude mais- liturgiquement parlant- nous sommes encore dans
    la joie de Pâques jusque dimanche compris ( Pâques Closes ). Je ne m’inquièterai donc qu’ à partir de lundi et encore, pas pour longtemps car nous prions pour nos prêtres ( ce sont des prières très  » rentables  » , le coeur des la plupart des prêtres étant en permanence ouvert pour recevoir de nouvelles grâces, de nouveaux talents ).
    En attendant, je propose d’écouter  » Regarde l’ Etoile » , live, avec toutes les strophes :
    https://youtu.be/7-gQPoO_fyl ( Beautiful and Heartwarming Songs of Faith outside of Notre Dame.
    ( 42.847 vues).
    Saintes Fêtes de Pâques à tous !

    1. Pas de chance, Muriel. J’ai essayé d’aller sur le site que vous proposez mais je n’ai eu qu’un message me disant que celui-ci était indisponible. Toujours est-il que si les chrétiens ne font plus entendre leur voix pour clamer haut et fort que le Christ est corporellement ressuscité et que par Lui, nous revivrons aussi dans l’au-delà, je ne donne pas cher de la peau du christianisme. Et par notre silence sur ce sujet tellement central, que faisons-nous comprendre à la face du monde, d’un monde tellement désemparé face aux trois grandes questions existentielles? La réponse est simple: notre silence sur l’essentiel manifeste au grand jour que nous ne croyons plus au message des apôtres et qu’à la place du salut éternel, nous n’avons plus à offrir que des propos sur le climat, sur l’économie ou sur les migrants. Dès lors, je vais vous le dire franchement: si c’est à cela que la foi catholique est réduite désormais, je préfère m’en aller! Oui, je préfère m’en aller parce que j’en ai assez d’être considéré comme un ultra-conservateur (voire comme un intégriste) simplement parce que je crois encore au Credo, aux dogmes et aux sacrements. Et si je pèche parce-ce que je souscris à ce que l’Eglise nous a enseigné durant 2000 ans, plutôt qu’à ce qui ruine la foi des apôtres, je préfère me retirer.

      1. PS: Ayons l’honnêteté de dire une bonne fois pour toutes que le message des apôtres (et celui du Christ) est dépassé et que ne néo-christianisme que nous voulons proposer à nos contemporains n’a plus rien à voir avec notre salut éternel et qu’il n’est plus rien d’autre qu’une espérance purement terrestre. Nos assourdissants silences face aux fins dernières parlent tellement que le commun des mortel ne peut que conclure que nous n’y croyons plus. Dès lors, un peu de courage. Dès lors, un peu de transparence dans le but de faire comprendre au monde que l’espérance chrétienne n’est que pour ce monde. Au moins, voilà qui sera cohérent face à l’abîme abyssal qui sépare la prédication apostolique (centrée sur l’au-delà) et la prédication d’aujourd’hui qui n’est plus que philanthropique. Mais ce étant, face à cette trahison, comment, dans une indifférence à mon égard qui en dit long, pourrais-je faire autrement que de m’en aller peu à peu d’une Eglise qui n’a que faire de gens de mon espèce?

  7. sur aleteia.org fr , deux articles :

    – Jean-François Chemain ,26 avril 2019, commente le livre :
     » IlS ONT CHOISI LE CHRIST  » …ces convertis de l’ Islam dont on ne parle pas « .

    – Claire Kesraoui, 13 oct. 2017 :  » Mehdi, nouveau converti :  » C’est dur de prendre sa croix et de
    suivre le Christ ».

    1. PS : ces deux articles c’ était simplement pour dire que Dieu poursuit Son Merveilleux Travail dans les coeurs, quoique fassent ou disent les hommes. Il suffit que le coeur soit à peine entr’ouvert ( op een kierke ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.