« Ils ne savent pas ce qu’ils font »– Dimanche des Rameaux et de la Passion, Année C


« Et il disait : ‘Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne.’ Jésus lui dit : ‘Amen, je te le déclare, aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis.’ » (Luc 22, 14-23, 56. Luc 23, 1-49)

Avec le dimanche des Rameaux débute la « Semaine Sainte », c’est-à-dire la sainte semaine des chrétiens. La semaine qui résume notre foi en un Dieu qui aime l’humanité de façon déraisonnable. Un Dieu crucifié par amour, qui pardonne les péchés jusqu’à son dernier souffle, car « ils ne savent pas ce qu’ils font ». De cet Amour fou, les rameaux qui orneront les crucifix de nos maisons, sont le rappel tout au long de l’année. 

Ne vivons pas cette semaine de façon distraite. Participons dans la mesure du possible aux offices de la semaine sainte et (si vous le pouvez) au chemin de croix dans les rues (ainsi : à Liège, le soir du vendredi saint). Ainsi, nous retrouverons-nous pour célébrer la Pâques du Christ avec un cœur de ressuscité.  

6 réflexions sur « « Ils ne savent pas ce qu’ils font »– Dimanche des Rameaux et de la Passion, Année C »

  1. Il y a bien longtemps que je n’ai plus vu de chemin de croix dans les rues de Bruxelles. A présent que je vis à la Côte, je me demande si cela a encore lieu et où … C’est vrai qu’il est difficile de participer à la messe de Pâques en faisant l’impasse sur les offices du jeudi, du vendredi etc …

  2. Et pendant ce temps, actualité oblige, le principal témoin de la chrétienté en France s’est « suicidé » Ces flammes que j’ai vu avec une grande tristesse ravager Notre-Dame de Paris ne sont-elles pas quelque part le symbole et le résultat d’un pays qui, depuis sa révolution, n’aura cessé d’allumer des bûchers en vue de brûler ses racines chrétiennes? A force de vouloir mettre à la porte le Dieu révélé en Jésus-Christ, n’est-ce pas un peu comme si ce même Dieu disait: « Puisque vous ne voulez plus de Moi, je m’en vais »?

  3. Aujourd’hui, Jeudi Saint, c’est la fête des prêtres.
    Eux- mêmes sont trop modestes pour nous le rappeller : ils se cachent derrière Jésus, comme le publicain de la parabole se cachait derrière le pillier du fond.
    Fêtons les tous.
    Et avec tous- ceux- qui- n’ont- connu- que- de- bons- prêtres, disons ensemble, du fond de notre coeur reconnaissant :  » Bonne fête, Père Eric ! » ou  » Bonne fête, Monsieur l’ Abbé ! « .

  4. PS :dans cette version on peut, en descendant dans les commentaires, trouver la traduction en anglais ( Marie s’ adresse a son fils  » Dans quel état t’ont ils mis ……)
    L’ air vous semblera familier . La musique fut probablement composée par Pergolèse et devint un chant de musique baroque :  » Que ne suis je la fougère … ».
    L’air fut repris à la flute au XXe comme indicatif de ……. » Bonne nuit,les petits « .
    Au Kerala, il est aussi un chant catholique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.