Miséricordieuse vieillesse…– 5edimanche de Carême, Année C

« Ils s’en allaient l’un après l’autre, en commençant par les plus âgés » (Jn. 8, 1-11)

L’histoire de la femme adultère révèle toute la finesse psychologique de Jésus. Au lieu de plaider l’acquittement de la coupable « car il faut bien être chrétien – n’est-ce pas mon bon Monsieur ? »,Jésus met une condition à sa lapidation : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre ».

Avec humour, l’évangéliste note : « Ils s’en allaient l’un après l’autre, en commençant par les plus âgés ». La vieillesse a cela de bon, qu’elle rend souvent l’homme plus lucide sur lui-même… Et parfois même, plus miséricordieux envers les autres. 

D’autant plus qu’un chrétien sait que Celui qui est sans péché, ne jette – Lui – jamais la pierre : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »     

4 réflexions sur « Miséricordieuse vieillesse…– 5edimanche de Carême, Année C »

  1. Lorsqu’on atteint un certain âge et qu’on fait un « bilan » de sa vie, on s’aperçoit qu’on n’a vraiment pas de leçons à donner à quiconque. Tout au plus peut-on tenter de faire partager à d’autres son analyse, ce qui, le plus souvent, ne marche pas …

    1. Nous avons besoin de votre regard bienveillant, Marie Madeleine …. D’un éclairage doux qui n’ éblouit pas . D’ où cette impression-mais c’est seulement une impression – d’inutilité.

  2. Pourtant, chère Marie-Madeleine, votre  » analyse  » comme vous dites, procède de l’ éclairage unique, inattendu ,désintéressé -chrétien même ;-) – d’une situation. Votre pensée s’est enracinée dans la vraie vie pendant des années. . Nous pouvons maintenant cueillir les fruits de toutes ces graines de sagesse semées généreusement. Cueillera qui voudra…
    Mon grand’ père qui habitait chez nous, ne voulait pas se substituer à l’ autorité de son fils, mon père. Alors devant mes réticences à lui obéir ( je profitais un peu de la situation ) il me disait :  » Je peux seulement te le dire, fillette » ( ik kan het U alleen maar zeggen, meisje »). Cette attitude me touchait sans que je veuille l’ avouer .Et ses  » analyses « , son  » point de vue  » sont restées dans ma mémoire.
    Pauvre grand’ père. Maintenant il  » sait » …..
    Ma mère se faisait toujours l’ avocat de la défense des absents, de ceux qui ne recevront pas de droit de réponse. Et ça aussi, ça m’est resté. Au point que sur ce site il m’ est arrivé encore récemment de défendre le point de vue de l’ abbé de La Morandais, de la curie romaine et d’ un évêque anonyme . …Toutes personnes que je connais à peine, pour ne pas dire pas du tout.
    Mais comme vous dites , on  » tente de faire partager à d’autres son analyse , ce qui le plus souvent ne marche pas…. »
    Et l’ essentiel ne serait- il que tranparaissent notre pitié, notre compassion, notre miséricorde, ces dons de l’ âge……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.