4 réflexions sur « Laïcité – Quand le chien berger devient enragé – La Libre p.33 »

  1. Je partage tout à fait l’opinion exprimée dans cet article. Je pense aussi que certains laïcs se comportent comme des « TALIBANS », je veux dire des personnes qui font la chasse à ceux dont les convictions sont différentes des leurs.
    Au début, les pastafaristes ne visaient que les créationnistes, et je les suis volontiers. Détourner ce mouvement humoristique pour moquer le religieux relèverait ainsi du fanatisme ?

    Merci pour votre franche chronique.

  2. Merci à Eric Debeukelaer pour sa chronique qui nous dit la vérité sur le sombre refus d’accorder au bouddhisme ce qui lui revient.

    En Belgique, la constitution consacre la neutralité de l’Etat. Le nom « laïc » est associé à la laïcité engagée, ce nom ne peut donc apparaître dans la constitution.

  3. Oui, cet article se devait d’être écrit.
    Et oui, il y a risque de dhimmitude.
    Et oui, la laïcité militante dispose de nombreux relais politiques. Sans parler de son laboratoire secret ( La Loge ).
    Quand, dans La Libre, le président du MR déclare vouloir « gérer le pays comme des ingénieurs, pas comme des poètes  » nous croyons entendre  » Le Semeur « , chant du Libre-Examen, promettant de sauver l’homme par la Science et la Raison. Cette Raison qui ne nous donne aucune raison de nous lever le matin ( je parle de mon vécu ;-) ). Cette Raison et cette Science , valeurs absolues d’une société technocrate avec son record de suicides, de tentatives de suicide, de dépressions, d’avortements et d’euthanasies ….. Les pillules et les psychothérapies « scientifiques  » ont elles pu faire baisser les chiffres de ces tendances morbides ?

    Le bouddhisme avec ses valeurs de paix , de compassion , avec un brin de poésie, pourrait donner du sens à la vie de ces laissés pour compte de notre société . Mais non, la laïcité en a décidé autrement.
    Que le bouddhisme attende depuis 18 ans d’être reconnu n’est donc pas seulement antidémocratique. C’est aussi mesquin, injuste et pas très intelligent.
    On se croirait dans une cour de récré où les anciens refusent définitivement d’intégrer le nouvel arrivant. Refusent de partager leurs privilèges. Un cour de récré sans morale.
    Mais qu’apprend on dans les cours de morale en Belgique ?

    1. PS :  » Quel gâchis que la grâce traitée aux neuroleptiques  » …. ( Maurice Clavel dans  » Le cadavre de Dieu bouge encore  » ( Entretien avec Georges Suffert, Grasset) .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.