«  La Colombe blessée » – 6° dimanche de Pâques, Année C

« Le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui vous enseignera tout (…) C’est la paix que Je vous laisse, c’est ma paix que Je vous donne ; ce n’est pas à la manière du monde que Je la donne. » (Jean 14, 23-29)

La paix n’est pas un don facile. Combien de guerres et d’émeutes ? Combien de crimes ? Combien d’angoisses ? Combien de haines secrètes ? Combien de frustrations et de jalousies ? Combien de burn-out et de suicides?  Il est, en effet, plus facile de s’unifier contre un adversaire, plutôt que de s’allier avec lui. Il est, bien sûr, plus aisé de voir la mal chez son voisin, plutôt que le bien.

Voilà sans doute pourquoi le Défenseur promis par le Christ est si peu reçu en ce monde. Voilà pourquoi, si souvent, la Colombe est blessée. Nous cherchons des armes. Lui désarme. La paix qu’Il offre n’est pas celle de ce monde. Ce n’est pas la paix par destruction de l’adversaire. Mais la paix parce que je commence à le regarder comme mon frère.

5 réflexions sur « «  La Colombe blessée » – 6° dimanche de Pâques, Année C »

  1. Ce texte donne l‘impression, peut-être fausse, d‘avoir été rédigé en d‘autres temps que ceux qui sont les nôtres aujourd‘hui.

    Et s’il contient une critique en disant „ qu‘il est plus facile de s‘unir contre un adversaire, plutôt que de s‘allier avec lui“, alors, en ce qui me concerne, cette critique doit être fermement rejetée.
    La paix chrétienne ne demande pas que l‘on courbe l‘échine quel que soit la nature de notre adversaire, même s‘il fait bénir ses chars par l‘Eglise Orthodoxe russe.

    En l‘occurrence, celui qui nous confronte depuis le 24 Février de cette année ne nous laisse absolument aucun choix.
    Le temps de paix ne sera reconquis qu‘au prix de lourds sacrifices.

  2. C’est votre point de vue, Kees.
    Voyez l’avis donné par Henry Kissinger il y a deux jours ( Zelenski a déjà répondu qu’il n’était pas d’accord mais qu’en est-il de son armée, de son peuple ? )
    Voyez le paragraphe 2309 du Catéchisme de l’ Eglise Catholique (1992) :
     » Il faut considérer avec rigueur les strictes conditions d’une légitime défense par la force militaire. La gravité d’une telle décision la soumet à des conditions rigoureuses de légitimité morale. Il faut à la fois …..( suit une série de conditions ) . Deux d’entr’elles ne me semblent pas remplies dans la guerre défensive qui nous occupe : ……..
    – que soient réunies les conditions sérieuses de succès.
    -que l’emploi des armes n’entraîne pas des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminer.
    La puissance des moyens modernes de destruction pèse très lourdement dans l’appréciation de cette condition.
    ……. »
    Voyez l’histoire de la Belgique . Lorsque nous nous sommes séparés de la Hollande en 1830 nous avons dû renoncer à une partie du Limbourg et accepter que le Luxembourg soit un état neutre. ( l’ état neutre est un garant de la paix.
    La Russie est divisée, l’ église orthodoxe russe est divisée. Hier des élus communistes russes ont  » exigé le retrait immédiat des troupes russes « .
    La guerre n’est pas un match de football. On ne peut pas « supporter  » de jeunes soldats à se battre jusqu’au dernier, bien assis dans un fauteuil devant sa tv, n’écoutant que les main stream. Car les jeunes ne savent pas ce que c’est que la mort . En 14-18 ils sont partis, la fleur au fusil en chantant, sûrs de reconquérir l’ Alsace-et-la- Lorraine en deux mois. Comme les jeunes recrues de la  » campagne ( le joli mot ) de Lybie  » qui n’allait durer qu’une semaine. Elle s’arrêta au bout de six mois avec l’  » exécution  » de Kadhafi.
    Je ne suis pas polémologue. De toute manière une guerre n’est pas l’autre.
    Je voulais simplement défendre l’ ACTUALITE du texte  » la Colombe blessée « .

    1. Oui, c‘est mon opinion en effet.
      Je me vois difficilement exprimer celle de quelqu‘un d’autre.

      Et Le catéchisme, qu‘est-ce qu‘il vient faire ici? Non, mais ! vous êtes sérieuse?
      Et l‘auto-défense qui ne serait premise que si elle avait des chances de succès ?
      Je suppose que dans le monde qui est le vôtre vos compatriotes qui ont perdu la vie en Mai 1940… sont pour toujours damnés? Ils n‘avaient face à la supériorité militaire de l‘ennemi aucune chance de succès.
      Même chose pour ceux d‘Août 1914…

      La dure réalité à laquelle nous sommes confrontés est celle d‘une attaque d‘un état indépendant par une grande puissance qui ne recule devant aucune atrocité, tout en s’arrosant d‘eau bénite
      De l‘Eglise Orthodoxe…

      Alors de grâce, épargnez-moi les élucrubations du catéchisme !

  3. PS : Pour éviter tout malentendu : 14-18 était pour nous une guerre défensive, juste, devenue inévitable après l’assassinat de Jaurès. Tandis que la campagne de Lybie était une guerre offensive ( le contraire d’ue guerre juste selon la terminologie catholique) . Mais dans les deux cas on a menti aux jeunes recrues …

  4. Cher Kees,
    Mais c’ est vous qui avec l’expression  » paix chrétienne  » m’ avez donné l’ idée d’aller lire dans le Catéchisme de l’ Eglise Catholique, les pages sur la sauvegarde de la paix , les guerres justes, les guerres offensives, les guerres défensives.
    Et c’est dans la Libre d’aujourd’ui que j’ai trouvé un article sur le point de vue de Henry Kissinger ( TRTWorld) et de David Ignatius ( Washington Post ). Une lueur d’espoir comme l’ échange de prisonniers qui se fait, par groupes de 3, de 4 mais dont les deux parties parlent très peu.
     » Le temps de paix ne sera reconquis qu’au prix de lourds sacrifices  » dites vous . Mais les lourds sacrifices ont débuté en 2014 au Donbass sous les bombes tant russes qu’ukrainiennes .
    Il est vrai que « dix ans  » c’est  » normal  » pour une guerre ( guerre d’ Algérie, du Vietnam, des Balkans ……
    Les pacifistes ne se résignent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.