Le chameau et le trou de l’aiguille – 28° dimanche, Année B

 « Posant alors son regard sur lui, Jésus se mit à l’aimer ». (Marc 10, 17-30)

Un fils de bonne famille vient voir Jésus et lui demande : « Que faire pour être sauvé ? » Réponse du Christ : « Ne tue pas, ne vole pas, ne fais pas de faux témoignages… Bref, conduits-toi en être humain et respecte les commandements ». Mais le jeune idéaliste veut plus. Tout cela,  il l’a observé depuis sa jeunesse. Comment vivre une vie selon le cœur de Dieu ? Alors Jésus pose son regard sur lui et se met à l’aimer : « Si tu veux décrocher la lune, laisse tout derrière toi et suis-moi ». Le jeune homme s’en va bien triste, car cela – c’est trop lui demander.  Et Jésus de dire : « Qu’il est difficile pour un riche d’entrer dans le royaume de Dieu… Il est plus facile pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille ». 

Le Christ ne condamne pas la richesse matérielle. Mais Il constate que celle-ci est souvent un obstacle pour vivre l’Evangile. Celui qui veut simplement « ne pas déplaire à Dieu », qu’il se contente de respecter le commandements. Mais celui qui cherche l’intimité avec le Christ, qu’il mette toute forme de richesse – avoir, pouvoir, valoir – au service de l’Evangile. Car les richesses alourdissent le cheminement. Comment un chameau chargé de bagages pourrait-il passer par le trou d’une aiguille ?

L’exigence de Jésus est celle de l’amour. Est-ce trop demander? Aux disciples déconcertés, le Christ ajoute : « Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu. Tout est possible à Dieu ». Heureusement d’ailleurs, car la plupart d’entre nous restons des chameaux, lourds de vaines richesses. Mais Dieu dilate le trou de l’aiguille à la mesure de son infinie miséricorde.   

8 réflexions sur « Le chameau et le trou de l’aiguille – 28° dimanche, Année B »

  1. Pour la Xème fois, Jésus parle de la vie éternelle et du danger qu’il y a à ne pas y avoir part. Pour Lui, c’est clair: seul notre salut éternel importe. Mais à l’heure actuelle, seul notre salut temporel a de l’importance. Autrement dit, un renversement total au niveau des valeurs. Ce qui était le plus important pour le Christ (et les apôtres) est tenu pour insignifiant au regard de la théologie actuelle. Dès lors, qui a raison? Le Christ ou ceux qui, se prétendant plus chrétiens que Lui, ne voient plus rien d’autre dans l’Ecriture qu’un message social qui, en plaisant au monde, n’a plus rien à voir avec le message apostolique?

    1. H. Richard Niebuhr explained liberal theology in this sentence: « A God without wrath brought men without sin into a kingdom without judgment through the ministrations of a Christ without a cross. »

      Christ has been transformed into Pal Jesus, an instant forgiveness buddy, who wouldn’t dream of imposing commands on anyone, and who loves us just the way we are. Pal Jesus always forgives us, whether we ask for it or not, whether we seek to amend our lives or not. He never tells us to go and sin no more. This Christ, who, to paraphrase Chesterton, wears a new face of goofiness, is in stark contrast to the Christ presented to us in the Gospels who bids us all each to take up our Cross and follow Him.

      1. Dear “Paul”

        Next time, please mention your sources.
        It took me less than a minute to trace your “contribution” to a January 2015 edition of the American Catholic.
        What these people are producing is clearly garbage…

        but it’s THEIR garbage.

        1. You’re wright, Kees, I failed to mention the source and more. It was a quick shoot. Pal Jesus deserves better. Shame on me! Voici le lien: https://the-american-catholic.com/2015/01/16/pal-jesus-wont-save-you/

          Par contre, comme vous ne semblez pas être d’accord avec l’analyse développée dans l’article, vous le qualifier d’office de ‘garbage’. Est-ce vraiment votre seul argument? That’s clearly sketchy.
          Est-ce qu’il est prudent de supposer que vous auriez préféré plus de synodalité à la ‘Kirche 2.0’?

  2. On pourrait peut être avoir une petite pensée pour tous ceux qui ( principalement des religieux(ses)) ont, au temps de leur jeunesse, renoncé publiquement à tout avoir , pouvoir, valoir ….pour suivre Jésus et nous aimer en Son Nom.
    Je me sens incapable d’exprimer ma gratitude tant elle est immense….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.