Cultes – Pas un mot, ce n’est vraiment pas beaucoup…

Pas plus que les évêques de Belgique, je ne fais partie de ces catholiques qui militent en ce temps de confinement des cultes pour un retour immédiat à la Messe. Non pas parce que je m’en fiche ou que je ne souffre pas de l’absence de célébrations. Si je prône la patience et la discipline collective, c’est par solidarité avec la population et par soutien envers le personnel soignant.  Et puis aussi, par décence. Alors que tant de petits commerçants voient leur source de revenus agoniser pour cause de fermeture obligatoire, il me semblerait déplacé de pousser des revendications cultuelles. En ce temps de l’Avent qui s’ouvre, ce jeûne eucharistique – si crucifiant soit-il – peut d’ailleurs aussi être l’occasion pour les chrétiens d’approfondir la prière plus personnelle et d’aiguiser l’attention aux autres.   

Ceci étant dit, le fait que le Comité de concertation faisant hier soir le point sur les mesures de confinement en vigueur pour Noël n’ait pas dit un seul mot – pas un seul petit mot… – sur les cultes, mérite un commentaire. Je ne jette pas la pierre à nos gouvernants, tellement coincés entre virologues et lobbys socio-économiques, qu’ils ne savent plus à quels saints se vouer. Qu’aucun membre de leurs cabinets n’ai songé à leur rappeler que Noël, cela concerne aussi un tout petit peu ce truc qu’on appelle la religion, est déjà plus édifiant. 

J’entends ici, les brillants esprits – libérés de l’emprise du catholicisme de leur enfance –  me ricaner à la gueule: « enfin, vous comprenez que vous ne signifiez plus grand-chose dans ce pays ».  Bien sûr que la sécularisation et le pluralisme des convictions est passé par là. Quoi que… le catholicisme demeure encore – et de loin – la première conviction spirituelle de nos compatriotes. D’ailleurs, si tant de non-catholiques ont un rapport si particulier avec l’Eglise, rapport qui confine parfois au rejet adolescent – c’est que le cordon ombilical qu’ils ont coupé avec la religion de leurs racines, ne l’est peut-être pas tant que ça. Mais surtout – si l’évacuation de la dimension religieuse et/ou spirituelle de la société – rendait nos contemporains plus heureux, tout cela serait une bonne nouvelle. Il n’en est cependant rien. Que du contraire. J’en veux pour preuve tous les livres de méditation zen, wellness et de mindfullness qui se retrouveront sous les sapins, cette année encore. Oui, définitivement, « l’homme ne vit pas que pain »… (Matthieu 4,4)

Alors, que nous soyons catholiques ou pas, croyants ou non, rappeler l’origine religieuse de Noël et la dimension spirituelle qui s’y déploie, ne fait offense à personne. Mieux – cela fait du bien à tout le monde, car le symbole du petit Enfant de la crèche qui porte l’amour du monde, parle au coeur et ce, bien au-delà des murs des églises.

Vous savez quoi? Si les évêques de Belgique avaient été sur les barricades pour « exiger le retour au culte », plutôt que de se montrer solidaires et responsables, je suis persuadé que nos ministres auraient parlé hier soir du culte. Faut-il donc sans cesse taper du poing sur la table pour se faire respecter? Non – et le Dieu qui se fait enfant dans la crèche, est là pour nous le rappeler. Voilà pourquoi, me semblerait de mise, en ce temps qui prépare à la fête de Noël, un mot sur les cultes de la part de nos gouvernants. Un simple, tout petit mot…  

96 réflexions sur « Cultes – Pas un mot, ce n’est vraiment pas beaucoup… »

  1. Dans AUCUNE communication du gouvernement il n’est fait mention des cultes( quelqu’ils soient ). A croire qu’ils sont inexistants en Belgique où pourtant la liberté de culte est inscrite dans la constitution.Omission volontaire ? J’aimerais savoir pourquoi ! Sans pour cela trouver que ce qui se vit en France me rejoint. Je suis d’accord à 100 % de vivre pleinement la solidarité et vivre ma foi s’approfondit même en ces temps de confinement. Mais je n’admets pas que nos « élus  » s’arrogent le droit de nier la dimension spirituelle de nos vies !

  2. hé ben dire que depuis presque 2000 ans des chrétiens ont étés martyrisés pour leurs foi, se sont cachés dans des catacombes pour pouvoir célébrer, même pendant la révolution des prêtres ont risqués leurs vies pour célébrer et des chrétiens ont risqués leurs vies en y participant, même pendant tous les conflits on a jamais stopper le culte et ici d’un revers de la main ont méprise tout çà, et entendre que les hauts dignitaires du clergés approuve cela montre bien qu’il y a une crise de foi profonde dans le clergé, que certains sont devenu de parfait petits fonctionnaires qui tiennent plus à leurs traitements qu’en celui envers qui ils se sont engagés … entendre un mgr Kockerols qui du temps ou il était prêtre engueulait ses paroissiens en leurs disant d’avoir honte de sortir de la messe avec une tête de vendredi Saint et maintenant dire qu’il faut être solidaire, et bla bla bla …. çà s’appel en bon français du foutage de gueule !!!!!
    Permettez moi de posez la question à tous ces prêtres qui ne veulent pas d’un retour de la messe, avez-vous encore la Foi en la présence réelle de l’Eucharistie ?? avez-vosu encore tout simplement la Foi ??

    1. Oui, j’ai la foi et la foi en l’Eucharistie, cher Patrick Bodart. Et je pense que personne ne peut me reprocher de ne pas défendre sa cause dans ce petit pays… Et vous, monsieur le grand apôtre, avez-vous foi dans le fait que l’Esprit souffle où il veut? Et que d’autres peuvent avoir un autre discernement sur la situation que vous, sans forcément être moins attachés au Christ que vous?

      1. oui l’Esprit Saint souffle ou il veut, comme il veut et quand il veut, mais à vous lire, je pense que le Saint Père Damien aurait préféré rester chez lui mais au contraire il n’a pas eu peur de prendre le large et d’aller parmi des lépreux, il n’y aurait pas eu de Mère Thérésa, ni de Soeur Emmanuel et combien d’autres Saints reconnus ou pas, qui ont bravé incroyances, maladies, épidémies, … pour annoncer la parole de Dieu, donner les sacrements et célébrer l’Eucharistie.
        combien de chrétiens dans ce monde encore là maintenant risquent encore leurs vies en 2020 pour vivre de leurs Foi Chrétienne, de braver des interdits pour aller communier, en Chine, en Corée, … ??
        Comment peut-on combattre ou se fortifier sans être nourri ??? un corps à besoin de manger, l’âme du chrétien a aussi besoin d’être nourrie par l’Eucharistie, par la présence réelle et çà n’est pas par tous les show youtube ni par les écrans ou l’on a qu’une image que l’on peut être nourri même si le Saint Esprit souffle ou il veut…
        Je comprends un peu mieux quand le Christ dit « méfiez-vous car de faux prophètes viendront en mon nom »
        Loin de moi de me croire un meilleur croyant que vous mais je suis un chrétien qui en ral bol de voir un clergé poule mouillée, victime de la gloire et des honneurs, qui veut combattre un cléricalisme mais qui en fait un autre en même temps.
        En tout cas je comprends pleinement pourquoi les églises sont vides, et il ne sera pas question de venir en jeter la faute au paroissien…

        1. luc ou quelque soit votre nom, vos accusations sont graves, blessantes et injustifiées. Vous faites tache dans le troupeau en attaquant de cette manière indigne un berger que VOUS NE CONNAISSEZ PAS ET QUE VOUS AVEZ MAL LU.
          Vous comprendrez que je n’ai d’autre à vous dire.

          1. Attention, Luc, notre censure est de sortie, comme d’habitude. C’est pour notre bien et c’est donc justifié, s’il vous plait bien vouzôôôt îîcê. En effet, même si je ne doute pas un seul instant de la sincérité d’Eric de Beukelaer, je partage votre avis à 1000%: le clergé en Belgique a-t-il encore la Foi chrétienne et le courage de se faire entendre? Je parle du clergé d’en-haut. Bien sûr qu’il faut taper du poing sur la table. Dans leurs monologues prônant la soumission inconditionnelle à leurs décisions les plus ineptes, nos indécrottables étatistes n’ont même pas parlé des églises, ni de la messe. Ben oui, ils ont oublié que l’église belge existe encore. Forcément, elle est incolore, inodore et invisible. Mais on ne va pas faire de vagues, n’est-ce pas. On est en Belgique, pays bas du plafond, et la spiritualité, ce n’est pas essentiel. Seuls les nombreux gouvernements sont essentiels. Nous sommes bien dans l’ineptocratie dont voici la définition attribuée à tort ou à raison à Paul Flynn, député travaillisse anglais, dans un moment de lucidité dans doute: « L’ineptocratie est un système de gouvernement dans lequel les moins capables de diriger sont élus par les moins capables de produire quoique ce soit pour subvenir à leurs propres besoins, mais qui, néanmoins, sont récompensés en recevant biens et services produits par des gens à qui l’on vole le produit de leur travail et dont le nombre ne cesse de diminuer ». Et donc notre église belge fait également partie du problème, même si elle n’en est pas la cause. Chûûût, pas de vague…

          2. Bonjour,
            Je suis du même avis que Luc, et je trouve vos paroles tout aussi graves, blessantes et injustifiées.
            Tout comme je trouve grave, blessante et injustifiée l’attitude de nos évêques durant cette pandémie : accepter de donner les clés des célébrations à l’Etat, pour quelque raison que ce soit, est extrêmement préoccupant.
            Tout comme je trouve grave, blessant et injustifié ce terme dévoyé de « jeûne eucharistique » : j’ai besoin de la Sainte communion, je n’ai pas honte de le dire, parce que je ne puis rien sans le Dieu qui me sauve. Le vent souffle où il veut, certes… cependant, il ne nous appartient pas, ni à moi ni à vous ni à nos évêques ni à nos ministres de l’empêcher de souffler, en confisquant les célébrations, les confessions, l’ensemble de la vie pastorale.
            C’est de cela dont le clergé aura à répondre, pas à moi, pas à vous, mais au Christ lui-même.
            Le temps des regrets est dépassé : il ne suffit plus de regretter une situation, il nous appartient de nous lever pour redire avec force et confiance ce que nous sommes. Des chrétiens, qui proclamons le Christ Jésus, mort et ressuscité, et nous n’avons pas peur de ce virus, nous n’avons pas peur de la mort, car nous croyons que le Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie.

        2. PS à Luc : Je me suis mal exprimée en disant que vous faites tache.
           » Faire tache « , ce ne serait pas grave.
          Au contraire. Des moutons noirs, des sonneurs d’alerte, il en faut.
          Mais les accusations fausses , les généralisations abusives, la hargne, la grogne et la rogne ne sont un bien pour personne.
          En fait, vous bloquez nos tentatives de vivre l’ Avent de tout notre coeur, au delà des obstacles.

          1. Bonjour à tous
            On se calme et on reste chrétiens entre nous et donc frères en Jésus Christ, notre source d’amour et de bonté

        3. Et elles vont continuer à se vider… il faut reprendre a 0 tout le rituel , voir quelles sont les sensibilités des pratiquants d’aujourd’hui, faire une analyse sociologique(peut être déjà faite, je ne sais). Convertir notre compréhension du sacerdoce commun des fidèles et celle du sacerdoce ministériel, selon les expressions « consacrees » . J ‘ai ma petite idée que la pandémie est une grace , oui une grace a saisir (et c est urgent car quand la pandémie sera plus ou moins résolue, il faudra attendre un autre « kairos ») pour revisiter tout un pan de l’ecclesiologir (doctrine de l’Église)

        4. Ben oui… curieux que l’Esprit n’ai pas appelé comme prêtre un super-apôtre comme vous. Et évidemment, si les églises sont vides, vous n’y êtes pour rien. Quelqu’un aurait-Il parlé de la paille et de la poutre? 😉

          1. Les églises sont vides pour différentes raisons. Mais l’Eglise n’y est pas pour rien non plus (ex. Vatican II, la messe obligatoire tous les jours). Il y a quelques années, j’ai même eu droit à une homélie virulemment anti-israélienne et donc virulemment antisémite. Je suis sorti sans communier. A vomir.
            Dans un autre registre, Franck Dufroc du gouvernement Decroo-Magnette, pour ne pas dire Decroo-Magnon car en 6 mois il est parvenu à nous faire reculer d’un siècle, a déclaré à la télévision flamande que « le risque de contamination dans les magasins est faible mais il fallait prendre une décision choc, à ce moment-là : il fallait créer un électrochoc ». Idem pour l’HoReCa. Et donc on aura ruiné des gens et le pays pour un électrochoc? On appelle cela de la haute trahison. Et les monseigneurs les z’évêques ont marché dans cette combine criminelle ! On se fout de qui ?

        5. Tout à fait d’accord avec vous.
          L’ Eucharistie est primordiale pour que le monde continue à vivre. A Chenois en Belgique, à Bruxelles au moins dans deux endroits, après avoir suivi la messe les paroissiens peuvent aller communier tous les dimanches. Nous sur Liège Verviers pas de prêtre, pas de communauté qui sont créatifs comme l’a dit une certaine ministre. L’Eucharistie est essentielle, nos jeunes quittent l’église sur la pointe des pieds et nos petits enfants ne connaissent plus la joie de vivre l’Eucharistie.

    2. La communion pour les Chrétiens ainsi que la vie en communauté est aussi essentielle pour nous que d’aller chercher notre pain chez le boulanger. Cela doit être rappelé à
      nos dirigeants politiques par les Évêques de Belgique.Mais il faut faire très attention de ne pas donner le virus aux personnes plus fragiles. Et il y a beaucoup de personnes âgées dans les fidèles de nos églises. Nous avons la chance d’avoir KTO, nous pouvons avoir des vidéoconférences pour garder un peu de cette vie en communauté.La communion spirituelle c’est bien mais le manque commence à se faire sentir. Les prêtres doivent donner la communion à leurs paroissiens qui le désirent dans leur église avec rendez-vous comme pour le sacrement de pénitence. En attendant de pouvoir retrouver nos églises , nos évêques doivent tout faire auprès des autorités pour que ce soit le plus tôt possible et être plus présent dans les médias. Notre souffrance de ne pas pouvoir vivre notre culte doit être portée dans les médias et auprès de nos dirigeants politiques.

      1. Oui ok. C ‘est vexant de voir les présidents d »Eucharistie communier « concretement » et nous, devant la tv, les regarder comme des enfants pauvres qui n’ont pas reçu leur assiette de St Nicolas comme les enfants des familles plus nanties. Allez, créez, bon sang. Osons, risquons, qu’avons-nous à perdre avant qu’il ne soit trop tard. Baptisés et confirmés (je le suppose) nous avons TOUT ENTRE NOS MAINS. Ne sommes-nous pas devenus prêtres, prophètes et rois? Qu’est-ce que cela implique concrètement?

    3. Grotesque, rien ne vous empêche de croire quoi que ce soit, quel que soit le lieu! Le principal souci est celui de protéger les autres et non de se gargariser d’un nombrilisme fût-ildoi- disant chrétien. La névrose, c’est de se sentir persécuté pour s’arroger le droit de se prétendre plus chevalier de la cause. Mais l’invitation est plus à révolution intérieure et aux véritables gestes de solidarité

    4. Oui, mais l’Église n’est pas que dans les églises…ni l’Eucharistie non plus d’ailleurs Mais à ce sujet que de remises en question a faire..
      Ah oui, les catacombes, les greniers etc pourquoi pas? L’Eglise est la et même l’Eucharistie ou il y des croyants, même dans une etable🙂

    5. Alors si pendant la révolution et les différentes guerre qu’il y a eu les chrétiens on continue de faire la messe c’est parce que ce qu’il se passait risquait de les tuer certe mais ils ne risquaient pas de se transmettre la mort. Ici on est dans un moment où il faut se résigner, ce n’est pas simple mais il faut le faire. Est-ce mal de faire preuve de solidarité, de faire ça pour la sécurité des chrétiens et de touts les Hommes sur cette terre. Non. Dans votre message on voit en fait que vous ne vous intéresser que à vous et tant pis pour les autres. D’accord le gouvernement aurait quand même pu dire un mots mais un oubli ça arrive. Dans ce cas ils n’ont pas parlé non plus des mouvements de jeunesse pour les plus de 12ans, des sports pour les plus de 12ans et j’en passe. Et dans cette crise on peu même ce dire que les plus touché c’est les jeunes de plus de 12ans. Est-ce que on s’en plain énormément je ne crois pas. Sur ce bonne journée.

    1. Nos églises et cathédrales ne sont-elles pas suffisamment spacieuses pour accueillir les chrétiens qui souhaitent vivre cette belle fête de Noël et communier, par plus petites assemblées, sans aucun risque, dans le respect des mesures de précaution sanitaire ? Certainement.
      Cependant un choix semble avoir été posé, étant donné les drames vécus par tant de familles, le danger toujours bien présent et la volonté d’être en communion avec les souffrants et les soignants, les indépendants et les intermittants …
      Il ne nous est pas interdit de prier, ni d’entrer dans des églises ou chapelles, parfois même de recevoir la communion après une célébration en ligne ! Les crèches s’installent dans nos églises, sur des Grand-Place ou plus petites, ainsi que dans nos masures. Réjouissons-nous, car c’est très loin d’être le cas dans le monde entier !

      Merci, Éric, pour cette belle réflexion sur Noël, qui sera, c’est clair, un peu différent cette année.
      Qui sera, sans doute, un peu plus comme Jésus, rejeté de l’auberge, de la vie sociale, confiné avec ceux avec qui il vit ses premiers jours, sous le même toit, de la crèche qui plus est.
      Et ce premier temps de Noël sera d’abord pour les petits, les pauvres bergers, avant d’être porté à la connaissance des Rois et gouvernants de ce monde.
      Cependant, comme l’étoile, qu’il a fallu reconnaître, il faut admettre aussi que, dans notre petit Royaume politique assez anti-clérical, nous n’avons jamais autant entendu citer le mot de Noël dans la bouche de tous nos chefs de gouvernements au cours d’une même conférence de presse ! Et dans toutes les langues ! Une nouvelle Pentecôte ? Il n’y a décidément plus de saisons !
      Si cela n’est pas déjà un merveilleux miracle de Noël !

      1. « Cependant un choix semble avoir été posé, étant donné les drames vécus par tant de familles, le danger toujours bien présent et la volonté d’être en communion avec les souffrants et les soignants, les indépendants et les intermittants … »

        C’est là que je peine à vous rejoindre. Le Concile Vatican II a affirmé que « l’Eucharistie est la source et le sommet de la vie et de la mission de l’Eglise ». Cela veut dire qu’elle est la source de la charité concrète et qu’elle nourrit la prière personnelle. Ces trois « pôles » (Eucharistie, prière et charité) ne s’excluent pas, bien au contraire.

        La célébration de la Messe n’est-elle pas la plus belle solidarité que l’on puisse vivre avec nos contemporains, la plus profonde des manières d’être en communion avec eux ? La Messe n’est pas qu’une simple rencontre entre les fidèles. Elle est aussi ce lieu où toutes les souffrances du monde peuvent être déposées. Il y a réellement quelque chose de transcendant qui s’y joue.

        Je rappelle que chez nos voisins français, le Conseil d’Etat vient de juger les mesures gouvernementales disproportionnées. Que dire alors de l’interdiction pure et simple en vigueur chez nous ? Est-elle proportionnée ? Là me semble être la question.

        N’oublions pas non plus que pour nombre de personnes, l’Eucharistie dominicale ou de semaine est le seul lieu de réconfort, le seul moment de la semaine où ils peuvent faire Eglise et aller puiser force et courage auprès du Seigneur. On parle beaucoup d' »églises domestiques ». Fort bien, mais tout le monde n’a pas la chance de vivre dans une famille où tous les membres sont chrétiens. Beaucoup de couples sont « mixtes » religieusement parlant, sans parler des personnes qui vivent seules. Certes, nous pouvons les visiter, mais pourquoi, encore une fois, distinguer charité et culte ?

    2. C’est pas si grave. N’y a t il pas séparation Ehlise-Etat en Belgique.? On peut se débrouiller sanscattendte l’autorisation de papa-etat, non?

      1. Et non, il n’y a pas de séparation entre l’Eglise et l’état en Belgique. Vous ne voudriez tout de même pas que l’Eglise belge soit libérée de l’état. Enfin, vous n’y pensez pas, un électron enfin libre, les « progressisses » qui nous feront bientôt vivre comme des Amish diront que ce serait faire le lit de l’extrême drwate ultrrra-libérrâââllle, ultrrrra-conserrrrvatrice. S’ils le disent. Et en effet, l’état paie les salaires du clergé, ce qui explique beaucoup de choses et notamment qu’il tient ce dernier par les c. C’est d’ailleurs le but. Mais je ne suis pas certain qu’une situation à la française soit une solution, vu que le clergé français, très courageusement, ne dit rien sur le fait que les Catholiques de France doivent par exemple financer l’avortement avec leurs impôts. Génial, non? Nous devons donc souffrir en silence, vous comprenez, c’est ça être catholique. Il y a pourtant des combats très mobilisateurs à mener, mais bon on préfère rentrer la tête dans le sable et suivre les consignes. Pas de vâââgue…C’est aussi Commode qu’un empereur.

          1. Bonjour Monsieur le Chanoine. C’est cela, mais jusqu’à preuve du contraire. La position du clergé n’est pas facile, certes. Mais faire un choix, je crois, s’impose. J’aurais espéré que ce choix se porte sur les fidèles et non sur l’ineptocratie. Les Catholiques attendent tellement cette mobilisation face à cet état de non-droit. Alors soupirez par charité si vous le souhaitez. Cela ressemble à de la charité par mépris. Très bien, j’ai assez l’habitude et même votre soupir me fait plaisir. Merci à vous ! De quoi ou de qui avez-vous peur? De l’état? Mais l’état, ce n’est rien du tout au-delà de ce que l’on veut bien qu’il soit.

  3. Monsieur le chanoine, Merci de votre texte de ce 28 novembre, que j’ai lu par hasard. En écoutant les nouvelles – par internet – hier soir et ce matin à la radio, j’étais peiné du fait qu’on – ni les politiciens, ni
    les médias – nous ignore simplement : ce n’était même pas la peine de mentionner les religions. Si encore il avait une simple phrase comme celle-ci : « pour les chrétiens, Noël est avant tout une fête religieuse et on comprend que les fidèles ont de la peine avec la perspective de ne pas pouvoir célébrer cette fête dans leurs églises », on pourrait se sentir encouragé dans notre attitude généralement respectueuse des dispositions gouvernementales. Peut-être devons-nous quand-même oser dire que nous aussi aimons avoir une perspective. Bien à vous, P. Jean Geysens, osb

  4. Bonsoir,
    Je pense que les deux positions se défendent ( taper du point sur la table …ou pas). C est là que nous devons demander à l’esprit saint d’eclairer nos consciences.
    Cependant il y a un problème de liberté : que le gouvernement classifie la dangerosité de telle ou telle activité ! Soit. C est sa responsabilité.
    Cependant qu’il décide ce qui est le plus important pour moi ne me convient pas. Et c’est là que nous devons nous exprimer pour que la justice et la liberté soient respectées. C’est un devoir citoyen.
    Concernant l’eucharistie j’ai peur que de ne pas rappeler de la part des évêques à quel point elle est centrale dans notre foi risque d’achever la pratique …Ou achever notre adhésion à la réforme…car finalement la messe à la télé c’est aussi bien.
    Notre religion est incarnée…et c’est pour ça que cette situation est plus difficile pour nous.
    J’ai exprimé mon inquiétude à monseigneur Warrin. Je trouve que des évêques français se sont exprimés très clairement.
    Notre espérance reste la même

    1. merci Frédéric d’ éclairer avec bienveillance les données, les multiples aspects du problème. Car problème il y a.
      Merci aussi de nous rappeller que  » ce jeûne eucharistique nous crucifie  » ( Ce sont les mots utilisés par le Père Eric).
      Et comme vous dites vous même, demandons l’ Esprit Saint. Et que ceux qui peuvent contacter leur évêque, le fassent.

  5. Sans vouloir me faire l’avocat du diable, bien qu’ayant en tête tous ces cas graves de Covid et la situation difficile dans les hôpitaux, le Comité de Concertation, sauf erreur de ma part, n’a pas évoqué non plus ni les enterrements (drôlement important!), ni les mariages, ni.. ni… plein de choses. Tout ce qui n’a pas été évoqué explicitement resterait inchangé.
    Cette traversée est une épreuve qui semble si longue..N’est-il pas de la responsabilité des chrétiens et de leurs bergers d’encourager à tenir bon dans les consignes données, à se soutenir mutuellement et à se montrer responsables vu les répercussions en boule de neige de nos comportements ?

  6. Visitons Jésus prisonnier du tabernacle. Organisons nous. Nous avons le droit d’ être quatre. ( chapelle, église ou cathédrale) .

    Nous avons aussi le droit d’ attendre la naissance de Jésus dehors, avec des chants, des danses, peut être même en déposant des petits cadeaux sur le seuil des « masures  »

    Glissons des cartes de Noël, des petits textes, des contes de Noël dans les boîtes à lettres de tous ceux que nous croisons dans notre vie quotidienne. En suivant les règles d’hygiène, bien sûr.

    Certains commerçants ont peur de ne pas savoir gérer les files d’attente, les règles de distanciation. Alors, pourquoi ne pas remettre les cadeaux à plus tard, la Chandeleur, par ex. ?

     » En ce temps de l’ Avent qui s’ouvre, ce jeûne eucharistique, si crucifiant soit-il, peut aussi être l’ occasion pour les chrétiens d’ approfondir la prière plus personnelle et d’aiguiser l’ attention aux autres « . ( Eric de Beukelaer ).

    ( enfin pour rire un peu, envoyons à ceux qui nous gouvernent,des photos de cathédrales remplies par …… 4 personnes avec un garde chiourne implacable à l’entrée. Et de longues files d’attente comme l’ étaient en URSS les queues pour le pain ….. la Russie où , rappelons- le , après un long enfouissement, la foi renaît comme l’ herbe au printemps ) .

    1. J’aime bien votre commentaire Muriel : nous ne devons pas nous laisser enfermer dans nos coutumes et nos habitudes et nous pouvons improviser aussi !

      D’ailleurs, le Sauveur qui naît dans une étable, ce n’est pas aussi un peu … improvisé ? ;-) et c’est l’occasion de penser à tous ceux qui sont sans toit, sans repas, sans amour …

      J’utilise l’internet pour chercher de beaux témoignages, des chants pleins de sérénité et je les envoie à tous ceux dont je pense qu’ils en tireront profit. Pas question de faire l’impasse sur la fête de la Nativité mais inventer d’autres modèles.

      Bien à vous !

      1. Merci, Marie-Madeleine …..
        Et en effet, dans toutes les grandes villes, on s’organise autour de ceux sui, comme vous dites bien, sont  » sans toit, sans repas, sans amour « …..

    2. Je me souviens qu’une année la crêche de la Grand-Place de Bruxelles avait été (un peu) vandalisée. Donc, les autorités avaient entouré tout le décor avec des barrières fixées par des chaines et je suis rentrée chez moi, un peu démoralisée, me disant « et voilà, Jésus est né en prison ». Puis, je me suis dit que c’était peut-être un signal, un appel à penser aux gens en détention … Bonne nuit

  7. Les évêques ne sont ni solidaires ni responsables. Ils sont transparents ! Que l’exemple français nous inspire: les mots de Mgr Aupetit sont sans équivoque …

  8. Pouvez vous me dire quand vous avez vu nos évêques sur les baricades la dernière fois? C’était peut-être là un moment où il fallait l’etre? Toujours aussi silencieux, effacés et politiquement correct à en vomir.

  9. Mais quelle « culte » à rendre à Dieu ? Rites inadaptés pour le moment. Les évêques et pasteurs n’auraient-ils pu dès le début engager les chrétiens à réfléchir et être constructifs… sens du baptême, les diverses Présences Réelles du Christ… Parole, Solidarités… La Vie de ressuscités !

  10. Merci Monsieur l’Abbé pour ce « mot. » Restons unis dans la paix autour de nos prêtres. Soutenons-les en ces temps difficiles pour tous. Les Evêques français ont choisi de ne pas reprendre les célébrations Eucharistiques afin d’éviter toutes discriminations. « Priez et aimez. Voilà la vigilance. Invoquons : « Viens Seigneur Jésus. »(Extrait de l’homélie de la Messe 29 11 2020 Pape François) Saint temps de l’Avent.

  11. Le silence des politiques n’est que le triste écho de celui de nos évêques. Où sont-ils quand d’autres en France défendent courageusement leur troupeau? Merci pour cette voix dans le désert, M. le chanoine.

  12. « If we only knew how God regards this sacrifice, we would risk our lives to be present at a single Mass »
    (St. Padre Pio)

    Que dire de plus?

  13. « Si les évêques de Belgique avaient été sur les barricades pour « exiger le retour au culte », plutôt que de se montrer solidaires et responsables » ? Cette phrase me fait bondir !! Depuis quand revendiquer le droit au culte en respectant tous les critères de sécurité – et Dieu sait que c’est le cas – serait-il irresponsable et égoïste ? Le fait de réouvrir les commerces ne l’est pas, n’est-ce pas ? Alors ? Il serait peut-être bon que les évêques et autres prêtres ne confondent pas sens des responsabilité et lâche timidité puisque « l’homme ne vit pas seulement de pain » !!!

    1. Très cher Monsieur Petitfrère,
      C’est vous qui parlez de lâcheté?
      Ayez le courage de vos opinions et ne signez pas avec un pseudo.
      « Celui qui fait la vérité, vient à la lumière »…. (Jean 3, 21)
      Bien chrétiennement,
      EdB

      1. Vous vous trompez. Nous avons une adresse commune avec mon époux. Ce n’est donc pas mon pseudo, mais mon nom de jeune fille – Gisèle de mon prénom. Que l’Esprit vous éclaire de sa Lumière en ce temps de l’Avent, c’est ce qu’on peut vous souhaiter de mieux, je crois.

  14. Solidarité, discipline collective, patience, … que de contorsions pour désigner la tiédeur. Et pendant ce temps, de l’autre côté de la frontière, la foi est bien vivante et bien visible.

    1. J’ajouterai qu’ il est normal que les non catholiques ne comprennent pas notre faim eucharistique.
      L’ Eucharistie est un mystère.
      Elle fait même partie, depuis peu, des 20 mystères du Rosaire.
      Prions les mystères, joyeux et les mystères lumineux en ce beau temps de l’ Avent.
      Rien de tel quand on doit attendre patiemment, que de prier, méditativement, quelques mystères du Rosaire.

  15. Bonjour mon Père, vous vous doutez que ce post fait réagir:

    1. Tout d’abord, pourquoi utiliser des techniques grossières de diabolisation des catholiques qui considèrent disproportionnées les mesures prises à l’encontre des cultes et l’absence de date pour un retour des célébrations dominicales encadrées par un protocole strict ? A la lecture de votre post, il y a d’un côté (le votre) les blanches colombes qui sont patientes, disciplinées, solidaires, décentes et donc les autres qui sont impatientes, indisciplinées, égoïstes et indécentes. Le procédé est choquant car il fait penser que ces hurluberlus veulent tout, tout de suite, sans aucune mesure sanitaire et pour leur propre petit confort spirituel alors que les revendications s’appuient sur les incohérences entre l’ouverture des magasins ou des piscines, les transports en commun parfois bondés et le risque limité de faire circuler le virus dans des assemblées respectant des mesures sanitaires strictes. Ce que je ressens (donc subjectif) est que vous divisez la communauté catholique en deux: vous et nos Evêques (les bons) et les mauvais et que vous prenez toutes les mesures nécessaire (cordon sanitaire, un peu comme avec le vlaams belang) pour ne pas être assimilé à ces derniers. J’avais en tête une autre idée de ce qu’est un berger.

    2. Quelle place faites vous dans ce discours pour le personnel soignant ou les petits commerçants ou les personnes âgées ou malades catholiques qui auraient bien besoin de reprendre des forces dans le sacrement de l’Eucharistie pour tenir dans ce moment critique ? » Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos ». Je ne comprends pas non plus en quoi il serait indécent de vouloir célébrer des messes (en respectant tous les protocoles sanitaires) alors que certains d’entre nous vivent des moments particulièrement angoissants, sauf à assimiler la messe à un spectacle égoïste et consumériste qui ne serait au bénéfice que de ceux qui y assistent (un peu comme un match de foot ou un concert)

    3. Pour finir, faut-il parfois taper du poing sur la table ? L’Evangile nous montre la sainte colère de Jésus qui chasse les marchands du temple, qui en ont fait une maison de commerce. Au jour ou notre gouvernement range la messe et les lieux de cultes plus bas que les piscines, que les commerces, même non essentiels, n’est-il pas de notre devoir de leur rappeler de quoi il s’agit ?

    1. Une pétition circule actuellement sur internet:

      Signature à la Carte Blanche adressée à Alexander De Croo.
      ( écrite avec grâce, elle se lit facilement )

      1. La lettre en elle-même décrit très bien la situation. Rien à redire. Mais elle fait encore la part trop belle à l’état de non-droit. Ce n’est pas suffisamment incisif, ni percutant. Moi, je suis cash: pas de salamalecs avec cette association de malfaiteurs. Et donc je ne signe pas ce document car il valsera au bac. On parie?

          1. et alors, Monsieur Bourguignon ?
            Je me tiens près de tous les bergers qui se donnent du mal à bien nous guider en ce beau mais néanmoins difficile temps de l’ Avent. Surtout quand leurs mots sonnent juste.

  16. Monsieur le Chanoine, je reviens vers vous au sujet de votre texte. Vous déclarez à juste titre que « Si je prône la patience et la discipline collective, c’est par solidarité avec la population et par soutien envers le personnel soignant. Si je prône la patience et la discipline collective, c’est par solidarité avec la population et par soutien envers le personnel soignant ». Effectivement, notre personnel soignant, ce sont des héros ! Merci infiniment à eux tous. Cependant, j’attire votre attention sur le fait que les media ont évoqué à de nombreuses reprises l’insuffisance en nombre de ce personnel soignant. Pourtant, n’est-ce pas l’ineptocratie et ses imbéciles satrapes élus à vie qui ont imposé le numerus clausus en faculté de médecine et autres, notamment au travers de rémunérations insuffisantes du personnel infirmier au vu de ses prestations ? Il y a quelques années, j’ai moi-même été soigné par des infirmières roumaines (pas de problèmes) et j’ai été reçu par un chirurgien également roumain dont j’ai immédiatement refusé les services connaissant trop bien l’Europe de l’Est. Était-ce nécessaire d’imposer ce numerus clausus pour après faire venir un personnel médical au rabais ? Vous écrivez que « Je ne jette pas la pierre à nos gouvernants, tellement coincés entre virologues et lobbys socio-économiques, qu’ils ne savent plus à quels saints se vouer ». Ah ben moi si, Monsieur le Chanoine, je leur jette la pierre et plus encore, les pôôôfs pitis chouchous. Rien ne les obligeait à imposer ces dispositions suicidaires. Au final, nous payons des impôts parmi les plus élevés au monde et nous avons donc droit à un service maximum en échange. Mais on sait bien qu’avec le socialisme, tout est rationné, y compris les soins médicaux. En lisant mon commentaire, vous pourrez toujours soupirer par charité. Je m’en fiche complètement. Ces politiques doivent et devront rendre des comptes en temps utile. C’est ça aussi la démocratie. Non mais.

    1. Pourquoi se formaliser, M. Bourgignon? Vos lourds impôts sont bien utilisés: nous avons le taux de mortalité le plus élevé au monde. Mais il vrai qu’en Belgique on est les champions du comptage. Sauf pour l’Eucharistie où la jauge reste coincée à zero. Je vous invite donc à faire ce que nous disent les évêques: vous rendre dans une église, vivre un bon moment de contemplation et de réflexion, et puis mettre une pièce pour les pauvres. Au moins votre solidarité servira à quelqu’un.

  17. Mais non, Johan, il faut que ça bouge et ça commence à bouger en France. En effet, une plainte au pénal pour génocide du peuple français vient d’être (enfin) déposée contre le Macron, ses ministres et son administration. Celle-ci a été déposée par une certaine Madame Bonny, ancien médecin militaire aux maladies infectieuses. Voilà ce que je veux voir et pas de l’angélisme, ni du béni-oui-oui. Ah ils veulent changer de monde. Ca tombe bien, moi aussi. Et donc le monde des bisounours, c’était avant. Aujourd’hui, c’est terminé. A quand la même chose chez nous? Que le Christ nous vienne en aide !

  18. Donc conclusion, Monsieur l’abbé de Belgique vos précautions oratoires du début sont anéanties par la conclusion de votre discours. En France, nous avons tenus à être visibles, à travers des présences pacifiques ou priantes autour des églises et cathédrales, afin de nous rappeler au bon souvenir du Gouvernement Français, démarche comprise par la plupart des Évêques , dénoncée par Mgr Aupetit qui croyait que c’était une contestation de son autorité. Il a raté le train en marche et a perdu durablement notre confiance. L’important n’est pas là : la présence d’un maximum de fidèles a été autorisé, le mot culte, a été rajouté sur les Autorisations de déplacement, nos compatriotes musulmans ont pu constater que nous n’avions pas apostasié. C’est en sortant des catacombes, que les premiers chrétiens ont évangelisé, sur les places, devant les forum, durant les processions païenne. Courage, c’est pas fini.

    1. Donc conclusion, Madame la grande apôtre de France, votre attitude est parfaitement ultra-moderne. Très « clic and collect ». Si Mgr Aupetit pense comme moi, je « like » sinon – je balance. On en reparle dans dix ans? « C’est à ses fruits que l’on reconnaît l’arbre ». Portez les fruits de l’Esprit – joie, paix, bienveillance, patience,… – et le Royaume s’établira. Excellent temps de l’Avent.

      1. Pourquoi cette invective? Ce qui fait très « click and collect » c’est cette soupe « solidaris » qu’on nous sert à la place de l’Eucharistie… Force est de constater que les catholiques français ont fait preuve de courage (y compris Mgr Aupetit). Le conseil d’état belge vient lui aussi de reconnaître l’atteinte au culte… grâce à une action de nos frères juifs! Nos autorités ecclésiastique – dont la patience est admirable – n’ont donc plus qu’à s’engouffrer dans la brèche.

        1. svpl, johan, relisez  » l’invective » du Père Eric : il ne fait que défendre Mgr Aupetit, lourdement attaqué, personnellement, sans faits à l’ appui.

          1. Madame Lehembre, l’intervention de FAIN ne se résume pas à son point de vue sur Mgr Aupetit (qu’elle a le droit d’exprimer) à moins de lui appliquer une lecture très étroite et très myope. FAIN écrit: « L’important n’est pas là, la présence d’un maximum de fidèles a été autorisée ». Voilà le but de son intervention. Et voilà un fruit bien visible de l’Esprit. Alors pourquoi feindre d’ignorer ce point essentiel et lui répondre par l’invective?

          2. Johan, si pour défendre  » un fruit de l ‘Esprit  » comme cous dites , on a besoin, négligeamment comme en passant, d’exprimer un  » point de vue  » destructeut et non étayé par les faits sur la perconne de Mgr Aupetit ( ou de n’importe qui d’autre ) , je crains que ce fruit ne soit pas tout à fait de » l’Esprit  » .
            Quand on se permet d’attaquer une personne sans devoir fournir la moindre preuve ( Mgr Aupetit croyait que c’était une contestation de son autorité  » ,  » a perdu durablement notre confiance  » sont des attaques sans faits à l’ appui) , il faut s’attendre à ce que d’autres défendent cette personne . Et accepter que la parole soit donnée à la défense.

  19. A Madame Fain,
    Prière de ne pas nous ennuyer avec vos divisions internes.
    Je vois que les frontières n’arrêtent malheureusement ni le covid, ni la médisance.
     » L’ important n’est pas là  » dites vous après craché une méchante insinuation .
    Si ce n’est pas important, pourquoi le dire ? Pour que nous n’allions pas vérifier ce que Mgr Aupetit A
    VRAIMENT DIT ???
    En Belgique, nous aimons et admirons beaucoup Mgr Aupetit .
     » A dans dix ans  » comme le dit si bien, le Père Eric.

    1. Et pourtant, non, nous n’admirons pas tous tout ce que dit Mgr Aupetit (bonheur la chance?), ni IVGE, ni la France d’aujourd’hui. Cependant, je relève au moins un oxymore dans le message de Fain. Vous aurez deviné lequel.

  20. Le débat a commencé
    en évoquant l’Eucharistie et c’est vrai que nous sommes « en manque », mais nous sommes aussi troublés et certains même sont perturbés, en colère… Je crois qu’il faut remettre d’abord la paix dans nos esprits avant d’aller recevoir le pain de Vie …

      1. Paul, c’est vous qui avez inspiré Kroll dans  » le Kroll du jour sur la réouverture des piscines ?
        (  » Voir lesoir.be ou la page fb eric de Beukelaer ).
        A tous, ne réveillez pas le chat, le chien, les voisins …..rn éclatant de rire.

    1. Le débat est large car beaucoup d’éléments sont présents. Bien sûr, la politique y joue un rôle crucial. Quant aux esprits perturbés ou en colère, je ne suis ni l’un ni l’autre, le rejet total et inconditionnel de l’état étant ma raison d’être pour ce qui est de son interventionnisme intrusif dans les domaines non-régaliens, à savoir la santé, les retraites et l’éducation pour ne citer que ceux-là. Les événements me donnent amplement raison vu l’incompétence crasse des soi-disant zélites dont nous sommes témoins un peu plus chaque jour. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas assez de moyens (6 gouvernements, 6 parlements, 1 sénat, des intercommunales avec constellations d’administrateurs, des milliers d’associations lucratives sans but, etc.). Mais évidemment, comme je défends les libertés de chacun, si vous aimez tellement l’état, ses gaspillages et ses nombreuses incohérences, c’est très bien si vous y croyez mais n’obligez pas ceux qui n’en ont que faire de payer pour cet état et ses brols. Cette obligation, cela s’appelle du fascisme, le vrai, le pur et dur . Le droit naturel, ça vous dit? Quant à la paix d’esprit, l’un n’empêche pas l’autre. Tout ce que j’ai écrit est parfaitement raisonné. Maintenant, chère madame et sa copine, il faut cesser d’empêcher le débat, y compris lorsque celui-ci ne vous plait pas. La contradiction, ça existe et le débat est fait pour ça. Nous ne sommes pas sur les chaines de télé qui nous servent des contre-vérités et du monde à l’envers avec nos sous à longueur de journée et de soirée, à moins que. Mais tout l’intérêt de ce blog, trop discret à mon humble avis, est justement de mettre en relation la Parole divine avec la Foi dans la vie de tous les jours. Et ne pas vouloir se laisser faire par des abrutis n’est que justice. Vous connaissez l’adage: obéir sans réfléchir, c’est accepter et même encourager l’absurde. Cela pourrait être le Onzième Commandement.

      1. Message de MR Patrick Bourguignon 27 novembre 2020

        Pour mémoire :
        (…) J’ai dit ce que j’avais à dire et ne souhaite ni débat, ni dialogue d’aucune sorte.

        1. Le débat ne m’appartient pas. Je suis un esprit libre et décide si je vais au débat ou pas. Le jour où j’ai écrit cela, j’avais décidé de ne pas y aller car vous tentez régulièrement de censurer les divers intervenants qui ne vont pas dans votre sens ou celui de votre copine en utilisant la technique de culpabilisation: « paroles graves, blessantes et injustifiées » (voir plus haut). Je suis donc passé au-delà. Vous comprenez?

          1. A Patrick Bourguignon
             » ACCUSATIONS graves, blessantes et injustifiées  » . SVPL, citez moi correctement.
            ( 28 nov. 22h 44 )

  21. Pour le Conseil d’Etat, les mesures prises par le gouvernement violent la liberté de culte. En effet, hier le Conseil d’État a ordonné, dans le cadre d’une demande en référé de membres de la communauté juive d’Anvers, que « l’État belge modifie ce régime, à tout le moins provisoirement, de sorte qu’une restriction éventuelle de l’exercice collectif du culte ne soit plus disproportionnée ».

    Het recht om geloof ‘op collectieve wijzen te belijden, samen met geloofsgenoten, behoort tot de kern van de vrijheid van eredienst’, aldus de Raad van State. Avec tout mon respect, c’est tout de même un peu étrange qu’il nous fallait une communauté juive pour nous le rappeler et pour faire valoir ce droit fondamental.

    D’ailleurs, c’est dans ce cadre que le philosophe argentin, Rubén Calderón Bouchet, (déjà en 1991) a fait preuve d’une grande lucidité en écrivant:

    « Si nous devions limiter la santé humaine à l’équilibre instable de son système physiologique et tenter de résoudre toutes ses difficultés conformément aux canons de la médecine intégrale, nous convertirions l’ordre social en un code de lois hygiéniques dont aucune de nos actions – qui seraient dès lors placées sous surveillance médicale – n’échapperait.
    N’oublions pas, nous qui nous approchons de cette dangereuse chimère scientifique, que la médecine couvre des aspects très réduits de la vie humaine.
    Mettre la complexité de l’existence humaine entre ses mains, c’est réduire le répertoire vital à des réactions minimales et donner à l’État un pouvoir sur nous-mêmes que même la plus exécrable des tyrannies n’a pas pu imaginer.
    L’homme est bien plus que son corps, et si le mystère de son origine et de son destin échappe au contrôle des sciences positives, il ne faut pas croire que ce mystère a cessé d’exister ».

  22. Madame Lehembre, votre empressement soudain à prendre fait et cause pour Mgr Aupetit (dont je suis un admirateur) est très encourageant. Comme lui, vous ne manquerez pas d’énergie pour dénoncer haut et fort la discrimination dont sont victimes les catholiques privés de messe et l’atteinte inqualifiable à la liberté de culte.

  23. Monsieur Johan,
    Défendre une personne est une chose, dénoncer  » la discrimination dont sont victimes les catholiques privés de messe  » en est une autre.
    La motivation est très différente. Défendre une personne procède d ‘ une sorte d’instinct. ( Dans les cours de récréation , on voit déjà des enfants de 8-9 ans défendre le faible, l’opprimé, le harcelé, le brimé, l’ accusé, le calomnié . C’est une sorte de morale , de justice instinctives qui apparaît chez la plupart des enfants vers les 8- 9 ans.
    J’aurais défendu Mgr Aupetit même si je ne l’avais pas admiré.
    Mais tant mieux, évidemment si vous et moi, l’ admirons.
    Et tant pis, si Madame Fain ne peut s’empêcher de déforcer la cause de la liberté des cultes en s’attaquant personnellement à son évêque ( et en promettant de ne pas oublier de si vite . Relisez ce qu’elle a écrit ).

    En fait, je voudrais , dans la mesure du possible, dépolitiser MA PARTICIPATION au débat .  » Rendre à César ce qui est à César …
    Retrouver la paix du coeur, la paix des esprits dont parle Marie-Madeleine Clobus.
    J’ ai connu de longues périodes apolitiques ( avec ici et là, une signature de pétition ou même un sit in pour un cause précise )
    J’ ai constaté que pendant ces périodes, le monde a continué de tourner ;-) .

    1. Madame Lehembre, merci pour votre réponse. Peut-il y avoir une paix fondée sur une injustice? La privation ou la limitation imposée aux catholiques en est une. Et c’est même une illégalité comme l’a reconnu le conseil d’état (c’est à dire César). Alors si les esprits s’échauffent un peu pour cette cause c’est pardonnable. Ce qui le serait beaucoup moins c’est d’accepter la situation sans broncher.

      1. J’ ai bronché : j’ai signé et diffusé la pétition ci dessus ( un modèle de pétition).

        Je remercie et félicite la communauté juive pour l’ efficacité de sa réaction face à l’injustice.

  24. Merci, Mr le Chanoine, pour cette réflexion sage, mesurée et posée. Vous ne cachez pas votre attachement à l’Eucharistie mais les contraintes santaires sont là. De plus il est évident qu’autoriser, même un nombre limité de personnes pour une célébration, à 2 semaines de la Noël serait sanitairement de la folie car c’est probablement le jour de l’année où il y a le plus de monde dans les églises. En temps liturgique ordinaire par contre, si les chiffres devaient reprendre une « franche descente », autoriser un nombre maximal de fidèles au m2 ne mettrait personne en danger …. en tous les cas beaucoup moins que dans les piscines publiques ou les centres commerciaux. Je partage, comme vous, votre amertume, votre frustration que le gouvernement n’ait pas un mot, pas un, pour les catholiques privés d’Eucharisties. … j’ai déjà entendu des déclaration de bienveillance et de compassion pour d’autres confessions religieuses à la veille de moments liturgiquement forts de l’année …. n’en disons pas plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.