33 réflexions sur « Pourquoi je suis « Charlie » – La Libre p.47 »

  1. Et bien moi, je ne suis pas Charlie. Et je ne crois pas que vous soyez vraiment Charlie non plus. Mais même, je défends la liberté de parole et d’expression qui doit être totale. On peut en effet défendre cette liberté sans pour autant être d’accord. Je n’aime pas ces caricatures, surtout quand elles touchent au domaine du sacré, mais j’aime encore moins les doubles standards. En effet, avec les Cathos, il y a moins de risques. A la RTBFake News et chez RTL-ce-n-est-pas-nous, les parangons de la couillonosphère belge, ils devraient en prendre de la graine. Car ils ne sont certainement pas Charlie et ils ne défendent pas la liberté d’expression non plus. RTL passe encore car c’est une compagnie privée. Mais RTBFake News est financée en partie avec nos impôts, ceux de tout le monde sans exception (IPP, TVA, etc.), ce qui implique un devoir absolu de justesse et d’impartialité, analyses et débats contradictoires. C’est très, très loin d’être le cas.

  2. Eh bien moi non, je ne me sens pas Charlie. Certes, que l’on puisse contester l’Islam, l’athéisme ou de bouddhiste à travers des arguments rationnels, quoi de plus évident quant à la liberté d’expression? Mais faut-il pour cela tomber dans ce qui est vécu par l’autre comme étant un blasphème? Comment s’indigner face à des représentations honteuses du Christ en applaudissant celles qui sont faites à l’égard de Mahomet? Je ne puis faire ce grand écart. Pourtant, Dieu sait si je suis souvent qualifié de « traditionaliste » mais de là à approuver le blasphème à l’égard de ceux qui sont heurtés par des caricatures faites je ne le peux pas

    1. Le blasphème fait partie de la liberté d’opinion comme le reste et le dire ne fait pas de vous nécessairement un Charlie, un charlot ou un charlatan. Charlie-Hebdo – Charlie-Erdo ? – est une publication d’extrême-gauche quasi-confidentielle et personne n’aurait fait attention s’il n’y avait eu tout ce foin pour rien. C’est d’un stérile. Mais nous ne pouvons nous laisser dicter nos libertés de l’étranger. Nous avons bien assez à faire avec notre monde politique déjà liberticide et donneur de leçons. Imagineriez-vous le contraire? Les USA ou l’Europe exiger la censure de la presse dans un pays étranger pour une ligne ou un dessin jugé inapproprié? Je ne crois pas, non. Je suis sûr de ma Foi et suis suffisamment fort pour garder le cap. L’esprit critique fonctionne dans les deux sens. C’est la leçon que j’en retire.

      1. Personnellement, je ne suis pas Charlie et je ne l’ai jamais été parce que, d’une part, je suis totalement allergique aux caricatures – quel qu’en soit le sujet – et d’autre part parce que j’ai toujours considéré ces publications comme dangereuses et – malheureusement – l’histoire m’a donné raison.

        Je suis tout à fait d’accord que personne n’est obligé d’adhérer à l’une ou l’autre religion ni même à en admettre l’importance mais je trouve que le coût en vies humaines est totalement disproportioné et surtout que CELA NE CHANGE RIEN !

        Ce n’est pas avec de telles armes qu’on arrêtera le radicalisme d’où qu’il vienne, au contraire car le seul résultat à mes yeux ce sont des vies humaines innocentes qui en paient le prix … C’est tout à fait injuste !

        En ce qui concerne ce pauvre professeur décapité pour avoir exhibé les photos en classe, je me pose une question « philosophique » : ne peut-on pas expliquer la liberté d’expression sans exhiber des images dont on connaît l’effet meurtrier et SURTOUT ne faut-il pas l’expliquer en utilisant des supports divers au lieu d’images, toujours les mêmes ?

        Voilà, je reste avec mes questions, sachant que dire cela équivaut à se faire traiter de … mouton !

        1. Vous avez utilisé le mot « je » témoignant qu’il s’agit de votre opinion personnelle. C’est bien normal et c’est très bien même si je ne la partage pas. Lorsque vous dites que le coût en vies humaines est trop lourd, je m’interroge sur le « trop ». En effet, et j’en terminerai par la vraie citation de Benjamin Franklin: « Ceux qui peuvent renoncer à la liberté essentielle pour obtenir un peu de sécurité temporaire, ne méritent ni la liberté ni la sécurité” (et non « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux »). Je sais bien que la sécurité est la première des libertés car rien n’est possible sans elle. Mais il ne faut pas confondre la cause et l’effet ou la conséquence. Cette mise au point n’est pas dirigée contre une religion donnée ou contre ceux qui s’en revendiquent, mais bien contre le rôle de l’état qui profite de la peur pour instiller plus de peur et plus de contrôle au nom de la sécurité, avec pour conséquence moins de liberté. Ca marche à chaque fois. Nous entrons alors dans une spirale qui ressemble à un cercle vicieux, à ceci prêt que les libertés ne sont pas conférées par l’état, mais par Dieu même si l’état pense le contraire et veut nous faire croire qu’il est notre ami. La liberté est un droit naturel et à ce titre elle est inviolable. De là à dire que dans la crise actuelle l’état outrepasse ses prérogatives (c’est un doux euphémisme), il n’y a qu’un pas que je franchis sans aucun problème.

          1. Sauf que, certains ont pris les risques de caricaturer et que d’autres (qui n’y ont pas participé ou n’y pensent même pas) l’ont payé AUSSI !

            En quelque sorte, si certains veulent mettre en balance leur sécurité, je peux les comprendre mais ils n’ont pas le droit d’y incorporer MA sécurité, tout au moins pas sans m’avoir consultée.

            Et puis sur la question de l’utilité, on voit bien que ces publications font pire que mieux et provoquent et re-provoquent toujours plus de réactions de violence … C’est donc totalement contre-productif.

            Reste la question du droit à la violence ou du droit à provoquer la violence. En tant que chrétienne, je ne peux pas comprendre qu’on caricature et insulte TOUTE une population de croyants pour s’en prendre à quelques-uns : c’est la meilleure façon de recruter toujours plus de djihadistes !

          2. Vous inversez le problème et faites la part belle aux criminels. Si vous ne voulez pas de jihadistes comme vous dites, et bien il ne faut pas les laisser rentrer ou les faire rentrer. Au lieu de vous en prendre à des caricatures aussi débiles que confidentielles, prenez-vous en à ceux qui ont laissé et continuent de laisser rentrer tout cela alors que les lois sont claires. Ensuite vous parlez d’amour. Très bien. Je suis un grand partisan des Dix Commandements. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais au fait, c’est quoi l’amour? Bien sûr que non, on ne peut pas aimer tout le monde de la même manière. L’amour, c’est aussi faire des choix. Vous parlez d’humiliation. Le Christ ne dit-il pas « Heureux ceux qui souffriront à cause de moi »? De plus, je ne vois pas à quelle humiliation vous faites référence exactement en parlant de ces caricatures. Vous semblez accuser les Etats-Unis et l’Occident (pour changer). Par contre, un autre pays envahit et occupe une partie de l’Ukraine et de la Géorgie et je n’ai vu aucune manifestation massive devant les ambassades de ce pays. Toujours ces doubles standards, ces deux poids – deux mesures aussi étranges qu’insupportables.

          3. A Patrick Bourguigon,
            J’ ai utilisé le mot  » blasphème » dans le sens donné par le petit Robert :  » Parole outrageant la divinité, la religion  » .
            Condoleeza Rice n’ étant ni une divinité, ni une religion , la loi permet de la dessiner comme on veut.
            Si Condoleeza Rice était une divinité ou une religion , vous pourriez manifester devant une ambassade palestinienne mais il faudrait alors passer la frontière. En Europe, l ‘état Palestinien n’est reconnuu que par la Suède et le Vatican.

            Et la seule exception à la liberté d’expression que je demande c’est de ne pas représenter le prophète par une image car celà blesse nos amis musulmans et empêche tout travail de déradicalisaion auprès des jeunes . Ce travail est très difficile, exige beaucoup de patience et une seule provocation par caricature interposée (les dessinateurs ont admis qu’ils cherchaient à provoquer ) peut tout détruire .

            Nous chrétiens prions pour les bourreaux, pour les victimes et pour leurs proches.

            Pour nous, le blasphème ( dans le sens du petit Robert ) est un péché grave. Mais les blasphémateurs non- croyants seront sans doute pardonnés car  » ils ne savent pas ce qu’ils font ». De toute manière nous prions pour qu’ils soient pardonnés.

            Quant à la politique migratoire que vous évoquez, nous sommes invités, en tant que catholiques à suivre le Pape François. Cet engagement concret nous permet de mieux connaître les musulmans ( entr’autres) et parfois même de leur donner le nom  » d’amis « .

        2. chère Marie-Madeleine,
          Vous n’êtes pas un mouton . Je pense que, comme moi, vous choisissez de ne prendre que des risques calculés.
          J ‘ai évoqué ci dessous les caricatures danoises et les dizaines de milliers de manifestants défendant leurs prophète devant une quelconque ambassade occidentale. Dans des pays, anciennes colonies, où les droits de l’homme ne comptent pas et où on protège, euh, fermement, les ambassades des pays auxquels on est lié par de juteux contrats commerciaux. . J’avais peur pour eux, mes souvenant de mes anciennes manifs contre la guerre du Vietnam. J’ai peur des grenades lacrymogènes qui peuvent blesser en profondeur et aussi des coups de matraque ( J’ espère que le droit d’avoir peur est répertorié dans les droits de l’homme ;-) ). Et donc je n’allais pas jusqu’à l’ ambassade américaine. Un jour, j’ ai failli y aller. Dieu merci, un photographe de presse ami me confia ses deux petites filles pour les éloigner. Nous allâmes manger une glace. J’ ai dû prier. C’était avant ma conversion mais je priais déjà quand j’ avais peur ( quel obscurantisme ;-) ).
          chère Marie Madeleine, moi aussi je reste avec mes questions. Un dessin humiliant est un dessin humiliant qu’il soit humiliant envers une race ou qu’il soit humiliant envers une communauté religieuse. Or les premiers sont interdits tandis que les seconds sont tolérés . Mais pas partout. Dans de nombreux pays d’Europe ( Grèce, Italie, Allemagne ….) le blasphème est interdit . Tous des obscurantistes qui ne savent rien des  » Lumières  » ? ?????

          1. Ne me remerciez pas, Marie-Madeleine, vos deux commentaires sont beaucoup plus clairs et mieux argumentés que les miens . Et grâce à vous nous avons une pensée pour les policiers , les passants, ce prêtre italien ……. Bonne soirée. ….

        3. Tout ça me fait penser à cette histoire avec Picasso( ou avec un autre peintre ) à qui on demandait :  » Supposons qu’il y ait le feu au Louvre et que vous ayiez à choisir entre sauver la Joconde ou sauver un petit chat ? A quoi Picasso répondait :  » Je sauverais le petit chat, bien sûr  » .
          J’imagine le tollé chez ceux qui n’aiment pas les chats:  » Je suis la Joconde, je suis la Joconde  » .
          ‘L art au dessus de tout. Kunst boven alles . Kunst uber alles « .

          1. PS : inutile d’ajouter, je suppose, que moi aussi j’ aurais sauvé le petit chat.
            La Joconde, s’il n’ y avait aucun risque.
            Et s’il m’ était resté du temps, j’ aurais ramassé le Charlie Hebdo
            parce que je suis chrétienne et que je dois aimer tout le monde.
            Et que j’aime tout le monde. Y compris mes amis musulmans.
            Dont je ne veux pas perdre l’ amitié.

          2. Parce que  » Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas  » .
            Et  » Vérité en deça des Pyrénées, erreur au delà « .
            (ça ne vient pas, pardonnez moi, de Jean-François Arouet, dit Voltaire mais de Pascal, Blaise ).
            Je simplifie ? Mais le problème était simple depuis le début: Il eut suffi de sortir le » droit au blasphème  » du droit pénal. Comme dans de nombreux autres pays.
            On nous a fait croire que toute la liberté de de la presse et des arts était en jeu. La censure. L’autocensure. Anastasie et ses grands ciseaux.
            Alors que toutes les lois souffrent d’ exceptions.
            Parfois même quelqu’un prend courageusement les devants : Notre roi Leopold III a CHOISI d’ abdiquer malgré sa majorité électorale. Simplement pour éviter d’autres affrontements sanglants.
            .

          3. Je continue d’essayer de comprendre.
            Les similitudes entre les caricatures de Charlie Hebdo et les caricatures de la  » Propaganda » nazie ( le juif aux mains et au nez crochus) sont frappantes.
            Le racisme et les caricatures politiques dénigrantes ont en commun un ingrédient de base fondamental et redoutable : la généralisation abusive.

        4. Nous ne sommes pas toutes seules, .Marie-Madeleine.
          Nous avons à nos côtés Toeger Seidenfaden , rédacteur en chef du journal danois centre gauche  » Politiken  » qui s’est excusé sur toute une première page, d’avoir publié les caricutures danoises représantant le prophète.

          1. Et donc, beh, la liberté d’opinion, c’est du fascisme. C’est évident ! Cela me rappelle la caricature faite de Condoleezza Rice enceinte d’un singe dans un journal palestinien. Je n’ai vu personne s’en morfondre. Pourquoi une loi antiblasphème musulman ou antiblasphème tout court? Pourquoi des lois d’exception qui en rappellent d’autres? Ceci dit, je n’aime pas Charlie, ni ses caricatures. Mais si l’on interdit cette publication, après ce sera autre chose et ainsi de suite. C’est déjà le cas. Et pour finir, si chaque fois que les valeurs judéo-chrétiennes sont insultées ou, pour reprendre votre terme, humiliées dans les media bien de chez nous autres, il fallait couper la tête des journalistes, je crois qu’il n’y aurait plus un seul journaliste dans ce pays. Mais cela ne se produit pas. C’est une question de tenue et de culture. Ici, c’est encore l’Europe des Lumières et à ces messieurs, je dirai ceci: à Rome, fais comme les Romains.

    1. A Paxomin,
      Dans les commentaires de  » S’aimer soi même  » j’ ai mis un mot d’excuse pour avoir posté un commentaire qui ne vous était pas destiné.
      Il s ‘ agit du com :  » vous mettez dans ma bouche des mots que je n’ai pas prononcé ». Bien sûr , vous n’ avez jamais fait ça …. ça ne vous ressemble même pas.
      J’ étais distraite, j’ai enmêlé mes pinceaux . Mille excuses.

  3. Je me souviens du temps des premières caricatures : les danoises.
    Lors d’un débat televisé , un vieil imam tentait de défendre sa religion. Un jeune journaliste lui parla avec ironie :  » Oui, mais nous en Occident, nous avons quelque chose qu’on appelle  » Les Lumières « . C’était dit avec tellement de prétention, de mépris …..
    Je pensai alors à toutes ces manifestations devant ambassade, dans le monde ( voir Wikipedia : caricatures danoises, réctions dans le monde ) Sachant le plus souvent à peine lire et écrire, ces manifestants furent chassés à coups de lacrymogène . Il y eut de nombreux blessés et même quelques morts . Ils ne savaient pas qu’une ambassade c’est plus sacré qu’une religion. C’est ainsi que tout a commencé.
    Le journal centre gauche danois  » Politiken  » regretta d’avoir publié ces caricatures et présenta des excuses en première page.
    La presse du monde entier se déchaîna contre ce traitre à la Cause des Droits de l’ Homme. Il eût beau expliquer qu’il s’agissait seulement pour lui de savoir comment se comporter envers les minorités religieuses, rien n’y fit.
    La presse …. ceux qui ont appris à s’exprimer dans de hautes écoles. Et qui ont bien retenu que , si la diffamation et l’incitation à la haine sont punissables, il y a toujours moyen de contourner ces interdits, de jouer sur les mots grâce à des caricatures pures et sans tache, exemptes de toute diffamation et de toute incitation à la haine. Ces caricatures sont sacrées .Personne n’osera les critiquer ni mettre en doute leur candeur. Personne. Même pas les scientifiques.
    Car enfin, on pourrait mesurer scientifiquement les réactions émotitves face à une caricature qui vous blesse dans ce que vous avez de plus cher : taux d’adrénaline, rythme cardiaque, expressions de tristesse sur le visage, mains moites , paleur, rougeur, scan de cerveau que sais- je… Les caricatures irrévérencieuse avec allusions porno susciteront encore plus de chaos émotionnel ……Et toutes ces émotions que ceux qui n’ont pas appris à s’exprimer verbalement, ou qui ne sont pas très doués verbalement, rentreront bravement dans leur coeur, exploseront un jour en haine.
    John Gottman a étudié les effets du mépris ( ironie, irrespect, moquerie, insulte, soupir , yeux levés au ciel …. ) . Je résume :  » L’objectif du mépris est de faire en sorte que l’ autre se sente inutile, sans valeur morale « .
    Si nous voulons que les jeunes musulmans se déradicalisent un jour, il faudra, en même temps apprendre aux caricaturistes et aux autres à contrôler leur mépris.
    PS : tout au long de cet article , je me suis efforcée d’ éviter toute ironie . C’est très difficile.

    1. Je vous rappelle également qu’Erdogan n’est pas une divinité non plus et pourtant le monde musulman a fait tout un foin de la dernière couverture de Charlie-Erdo. Et quand vous dites « Nous Chrétiens », je ne crois pas que vous ayez le monopole et l’ascendant de déterminer ce qui est chrétien ou pas. Sinon, cela se saurait. Vous avez parlé de racisme et de caricatures politiques dénigrantes au-delà du fait religieux. Cependant, blasphémer ou publier une caricature politique dénigrante, ce n’est pas du racisme car une divinité ainsi qu’une religion ne sont pas une race. Alors que caricaturer une Condoleezza Rice enceinte d’un singe, c’est bel et bien du racisme. Pendant 4,5 ans, Trump a été dénigré et caricaturé à toutes les sauces avec un acharnement rare. Macron, Hollande, Sarkozy sont passés par là également. Vous qui n’aimez pas les caricatures politiques dénigrantes, où étiez-vous? Toujours le deux poids-deux mesures. Un peu de cohérence serait bienvenue car là je m’y perds dans vos jugements.

      1. Depuis ma conversion j’ évite de parler politique dans la mesure du possible ( même si ici je n’ai pas pu m’empêcher de raconter une anecdote de ma folle jeunesse pour dérider l’ ambiance. Apparemment, ça a raté )

        j’ évite surtout de juger les personnes . D’autant plus que je connais très mal tous ceux que vous citez. Un nom cependant a fait tilt : celui de Condoleeza Rice . Car en tant que catholique soucieuse de savoir si une guerre est juste ou injuste ( CEC) le nom de Condoleeza Rice me fait penser au mensonge américain sur la possession, par Saddam Hussein, d’armes de destruction massive . Ce gros mensonge, mis en lumière par Colin Powell ( faute avouée, faute pardonnée) fut à l’ origine de centaines de milliers de morts ( source: Le figaro mag) .
        Je peux donc comprendre que Condoleeza Rice ait été critiquée mais comme Madeleine Clobus je suis assez allergique aux caricatures politiques dont j’ ai du mal à en comprendre la signification.

        (en humour, J’aime Sempe, Claire Brestecher, Quito ( Mafalda) ….voyez …J’ aime aussi les blagues et les caricatures sur les cathos quand elle ne sont pas blessantes. J’ en connais quelques unes de pure autodérision :-))) et j’ aimerais bien prendre part à un concours sur ce site . Mais je n’ose pas pas être la première à en raconter).

        Quant aux caricatures politiques dénigrantes que j’ ai évoqué c’était uniquement par rapport aux caricatures nazies dont je venais de parler.

        Sinon je pense m’ être tenue au thème du débat : la liberté d’ expression et ses interdits : le racisme, l’incitation à la haine et le blasphème. L’interdit du blasphème variant, en Europe, d’un pays à l’autre. Et ces variations elles mêmes sont très nuancées.

        1. On s’en tire comme on peut, n’est-ce pas. Tantôt c’est le terroriste Bobby Sands dont vous faites l’apologie. Tantôt ce sont les USA, le Vietnam. Maintenant l’Irak. Vous dites ne rien comprendre aux caricatures et pourtant vous voulez les interdire. Vous voulez donc interdire ce que vous ne comprenez pas. C’est étrange comme raisonnement. Ensuite, vous faites l’impasse sur pas mal de thèmes abordés dans mes messages. Les caricatures des gens que vous n’aimez pour des raisons soi-disant pacifistes (pourtant, il y avait des ADM en Irak), ça passe. Par contre, on ne vous entend pas sur la Crimée, la Géorgie, l’Ukraine et aujourd’hui l’Arménie, premier pays officiellement chrétien avant la Rome antique. C’est curieux votre deux poids-deux mesures. J’aimerais comprendre. Allez au bout de votre raisonnement. Je pense que vous avez beaucoup de choses à dire. Je suis prêt à vous écouter.

    1. Je n ‘ai rien à vous dire car j’ ai l’impression que mes propos sont déformés. Ce que je supporte très mal.
      Impression subjective ou objective : les lecteurs de ce blog peuvent en décider. S’il en reste ….. Ce dont je doute fort.

      Relisez vous, relisez moi . Je ne peux pas m’exprimer plus clairement. voir aussi le lien ci dessus ( les lettres bleues ) : blasphemer en Europe.

      bonsoir ,dormez bien

      PS : je souscris entièrement à ce que dit Marie-Madeleine Clobus.
      Je pense qu’elle s’exprime plus clairement que moi.
      Moi, je ne suis là que pour aérer le débat avec des anecdotes, des citations , ma minable ambition d’être la voix des sans voix .

      PPS : J’ ai défendu Bobby Sands parce que tout le monde, Bobby Sands compris, a le droit d’être défendu. Et aussi parce que, malheureusement Danielle Mésot n’est plus là pour le défendre.
      Repose en paix, Danielle ….. Tu me manques ….
      Parallèment j ‘ai défendu le statut de  » prisonnier politique » versus le statut de  » prisonnier de droit commun  » .

      1. Vous êtes donc la voix des sans voix. Mais de qui parlez-vous exactement? Vos propos sont déformés? Lesquels? Dès que l’on vous pose une question, c’est toute une affaire. Tantôt vous êtes émue, puis vous en appelez aux défunts, ensuite vous criez au secours (« je me sens moins moins seule »), quand vous ne vous autocongratulez pas. Mais on ne fait que parler. Vous en appelez ensuite aux lecteurs afin qu’ils vous soutiennent. Vous n’aimez pas ce que j’écris. Et alors? Et c’est donc pour ça que je dois me taire? Vous dites « J’ aime aussi les blagues et les caricatures sur les cathos quand elle ne sont pas blessantes ». Et moi, j’aime la torture surtout si ça ne fait pas mal et la pluie tant qu’elle ne mouille pas. Enfin, Madame, ça ne va pas, quoi. Viviez-vous dans un monde de bisounours? C’est toute la difficulté d’être croyant et de garder la Foi aujourd’hui.

  4. Moi, je n’ai pas envie de me re-lancer dans de longs développements. Je me demande simplement si le Christ aurait moqué la Samaritaine comme on moque et ridiculise les musulmans. Cest tout.

  5. Je dois dire que je viens de relire le commentaire de Mr Bourguignon (9 novembre 2020 à 23 h 21 min) sans savoir exactement à qui il s’adressait; est-ce à moi ou à Muriel lehembre, je ne vois pas bien car écrire par exemple « Si vous ne voulez pas de jihadistes comme vous dites, et bien il ne faut pas les laisser rentrer ou les faire rentrer » ne me semble avoir aucun rapport avec mon commentaire situé un peu plus haut (9 novembre 2020 à 21 h 03 min) … Quelqu’un y voit-il plus clair que moi ?
    En conclusion, il vaut mieux en rester là et surtout rester en paix. Une excellente nuit à tout le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.