« Le roc et la pierre du scandale » – 21° dimanche, Année A

« Ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. (Matthieu 16, 13-20)

Jésus pose à ses disciples la question capitale : « Pour vous qui suis-je ? » « Tu es le Messie. Le Fils du Dieu vivant », répond sans hésiter l’apôtre Simon. Jésus reconnaît ici la voix de l’Esprit et déclare : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église ».

Mais il y a la suite – ce sera l’Evangile de dimanche prochain (versets 21-23) : « Dès lors Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il allât à Jérusalem, qu’il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour. Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit : A Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : Arrière de moi, Satan ! tu m’es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. »

Le drame de Pierre est celui de toute l’Eglise : quand les baptisés écoutent la voie de l’Esprit, ils deviennent des rocs – à la suite de l’apôtre Pierre et de ses successeurs à Rome. Mais chaque fois que leurs peurs prennent le dessus – ils deviennent des « scandales », ce qui signifie littéralement « des pierres qui font trébucher le long du chemin ». 

3 réflexions sur « « Le roc et la pierre du scandale » – 21° dimanche, Année A »

  1. Et pourtant, il n’est pas humain, pas naturel, en d’autres mots bien compliqué de ne pas avoir peur.
    Avec le temps qui passe, j’ai pensé que la peur a une fonction de protection.
    En un mot l’Eglise doit-elle rester au milieu ?
    Jésus n’a pas eu peur, il a du très vite que les « iudaioi »traduits par les juifs dans Jean voulaient le tuer. Cela m’impressionne fort
    Bon dimanche

  2. Merci à vous d’avoir si bien comparé ces deux Évangiles distants d’une semaine.
    Il m’apparaît, clairement, que l’Esprit fonctionne avec force, comme chez Pierre, dans le premier Évangile, lorsqu’il se rassemble en une écologie intérieure intégrale,Tête-Coeur-Corps, tournée vers Jésus-Christ.
    La peur l’a désarticulé et l’a conduit à Le renier ou à vouloir Le détourner de Sa Mission!!!…
    Merci au pape François pour son Écologie Intégrale dans Laudato Si (2015) qui non seulement touche, l’environnement, la société, mais aussi, notre intériorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.