« Esprit de liberté » – Solennité de l’Ascension, Année A

« Et moi, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28, 16-20)

Si le Ressuscité avait voulu nous garder sous sa coupe, Il se serait contenté d’apparaître de temps en temps dans les églises ou au coin des rues. Plus besoin d’Evangile, de Vatican, de curés et chacun serait convaincu…

Convaincu, oui. Croyant, non. Il faut être libre pour vivre l’aventure de la foi. Le Christ – qui est Liberté suprême – ne s’impose pas à notre conscience. Avec l’Ascension, Il retourne dans la gloire de Son Père et nous envoie Son Esprit. C’est cet Esprit de liberté qui nous guide vers toutes les nations, pour annoncer la Bonne Nouvelle et baptiser au nom du Père, du Fils et de l’Esprit.

Neuf journées séparent l’Ascension de la Pentecôte – fête du don de l’Esprit. Prions chacune de ces neuf journées. Demandons que le Souffle de Dieu nous renouvelle.  Avec l’Esprit, le Christ « est avec nous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ».    

9 réflexions sur « « Esprit de liberté » – Solennité de l’Ascension, Année A »

  1. Oui, comme tu l’écris, Eric, « Le Christ est la liberté suprême » et, pauvre homme que je suis, je ne me vois pas espérer être un jour véritablement libre sans Lui. Juste une réflexion: cette liberté n’est-elle pas dépendante de la vérité? « La vérité vous rendra libre », dit Celui qui a dit: « Je suis LE chemin, LA vérité et LA vie »… autrement dit une parole qui, à mon humble sens, aurait bien du mal à s’accorder avec une pensée qui voudrait que Dieu a VOULU le pluralisme et la diversité des religions…

  2. Est-ce que la « vérité » ne peut pas être présente dans différentes religions ? Est-ce que les croyants d’autres religions ne sont pas « vrais » en esprit ? Je dois dire que je ne comprends pas bien cette « exclusivité » !

    1. Vous ne comprenez pas cette „exclusivité“ ?
      C‘est tout à votre honneur.
      Quels dégats, à travers les siècles, cette notion de „seule vraie foi“ n‘a-t-elle pas causés?
      Que de sang versé, de persécutions….même les chrétiens entre eux s‘en sont donné à coeur-joie!

  3. D’infinis mystères n’ont pas été écrit noir sur blanc comme Saint Jean l’a écrit pour conclure sa théographie, l’esprit du monde ne pourrait les contenir…

    Le Christ parlait en paraboles aux foules afin de ne pas les troubler.

    Les religions sont les tentatives de Dieu pour dire à l’homme Sa vérité, comme une musique, sur tous les modes et tous les tons.

    L’homme en les interprétant en fait des hymnes patriotiques qui s’opposent et « s’insupportent les uns les autres ». Curieuse interprétation de l’évangile en effet… merci Mme Clobus.

    M.Snyers plus jeune que vous et n’a sans doute pas la largeur de vue d’une ancienne.

  4. Je pense que Jésus parlait en paraboles pour être bien compris de tous (et pas pour éviter des troubles) ! Je pense aussi que les religions sont, disons, une « méthode » pour mettre sa Foi en application, pour célébrer et prier …

    Dieu ne participe pas à une sorte de « formatage » de la Foi et je ne pense pas que Jésus ait proposé de culte particulier, étant lui-même juif et pratiquant le judaïsme.

    Après, on pourrait discuter plus longuement de la signification du mot Dieu mais ça nous mènerait à Noël ;-) Bref, de longues années de lectures et de réflexions m’ont amenée à toujours « chercher Dieu » et par rapport aux autres religions, j’ai rencontré tant de personnes des diverses familles chrétiennes qui pensaient comme moi que je ne peux absolument pas « hiérarchiser » ces croyants…

  5. C’est vrai pour les paraboles.

    « Après, on pourrait discuter plus longuement de la signification du mot Dieu mais ça nous mènerait à Noël ;-)  »
    Et le vrai Noël c’est en soi.
    Quand l’expérience de Dieu nait en soi, là on sait…

    Ce que vous dites des gens qui partagent cette vision tolérante, est comme une forme de « common decency », qui peut être endommagée par l’homme.
    Je ne suis pas très fort en common decency d’ailleurs.

    Merci pour le dernier article de votre blog M.Snyers.

    Cdt.

    1. Merci à vous, Paxomin d’avoir la gentillesse de me remercier pour le dernier article de mon bien modeste blog. Quant au petit commentaire que j’ai écrit, je ne voulais pas créer de polémique. Ma pauvre logique ne me permettant pas de mettre ensemble des contraires, et le fait d’être conforme à l’esprit ambiant n’étant pas, selon moi, un critère de vérité, je ne peux faire comme si Jésus avait dit: « Je suis un des chemins, une des vérités, une des vies et chacun va au Père avec ou sans moi ». En 2000 ans d’histoire de l’Eglise, tant de témoins (à commencer par St Paul) ont donné leur vie jusqu’au martyre parce qu’ils ont cru que le Christ est, comme Il l’a clairement dit, est LA vérité et que nul ne va au Père que par Lui. Que cela ne plaise pas à ceux qui voudrait faire de Dieu un être polymorphe qui se contredit sans cesse à travers toutes les religions du monde, j’en conviens. Que je ne sois pas pourvu d’une » logique » qui me permettrait d’affirmer qu’un cercle est aussi un triangle ou que la terre est à la fois ronde et plate, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Il reste qu’une chose est sûre: ce n’est pas au nom d’une religion mondiale, du dialogue inter-religieux, de l’écologie ou de la fraternité humaine que les apôtres et tant de témoins et de saints à leur suite ont évangélisé sans relâche jusqu’à subir le martyre. Quand on sait ce que l’Ecriture dit des idoles et des faux-prophètes, comment souscrire au syncrétisme? Dès lors, une question se pose: est-ce ceux qui ont pris au sérieux les paroles de leur Maître, qui leur a donné mission de convertir et de baptiser les nations pour le salut éternel de l’âme, qui ont trahi leur Maître ou est-ce ceux qui se croient plus malins et plus chrétiens que Jésus-Christ?

  6. Bah vous inventez une opinion qui ne correspond à rien sur la base de vos propre fantaisies religieuse (ah si vous pouviez convertir la planète entière à votre propre vérité Ultime, indiscutable et intolérante !).

    Ensuite vous la brocardez avec délices comme on plante avec malice des aiguilles dans une poupée qu’on a modelé.

    Et tout ceci avec le sentiment d’aboyer à l’approche de tout ce qui semble autre que son Maître, le sentiment du devoir alors que vous dévoyez en vérité le pouvoir du Verbe pour envoûter vos interlocuteurs et les faire aller là où vous voulez : lorsque vous partez en croisette.

    On pourrais voir le positif de votre message, une maîtrise polémiste, un certain humour, ou quand vous dites que certains se croient malin, et je dirais même une sorte de côté paternel a tout prendre pas mauvais

    Mais bon voilà pour moi l’intérêt de cette discussion reste assez limité et bon là j’ai a faire, peut-être que je parlerai de la logique plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.