En Lui, J’ai mis tout mon amour… – Baptême du Seigneur, Année A

« C’est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c’est toi qui viens à moi ! » (Matthieu 3, 13-17)

Les premiers chrétiens étaient surpris d’apprendre que Jésus avait reçu le baptême de Jean. Comment s’expliquer que Celui qui est sans péché, reçoive un baptême de conversion – un baptême destiné aux pécheurs ? D’où la remarque du Baptiste : « C’est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c’est toi qui viens à moi ! »  

Mais voilà – avant d’entamer Sa mission publique, le Christ se rend pleinement solidaire du destin des hommes. J’ai visité le lieu où – selon les Ecritures – Jean baptisait. Le fleuve y est boueux, car il charrie toutes les impuretés transportés depuis sa source. Celui qui est plongé dans le Jourdain à cet endroit, ressort de l’eau plein de boue – comme chargé du poids de péché des hommes. En demandant le baptême de Jean, c’est de cette boue humaine que le Christ se charge.

Jésus se rend solidaire de notre condition pécheresse pour nous rendre solidaire de son intimité avec le Père dans l’Esprit. Par notre baptême chrétien, nous sommes plongés dans la vie et la mort du Christ pour ressusciter avec Lui. Lui se charge de notre boue, afin que nous soyons revêtus de la lumière de Celui dont la Voix du ciel déclare: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en Lui J’ai mis tout mon amour. »        

3 réflexions sur « En Lui, J’ai mis tout mon amour… – Baptême du Seigneur, Année A »

  1. MERCI Éric de nous partager le fruit de votre méditation…
    « Jésus se rend solidaire de notre condition pécheresse pour ns rendre solidaires de son intimité avec le Père dans l’Esprit… »

  2. Bonjour et merci pour vos chroniques dans la Libre toujours essentielle

    J’ai répondu à votre dernier appel aux intellectuels chrétiens de se lever et ai envoyé une contribution à La Libre qui m’en a remercié poliment en refusant de la publier pour des raisons que Mr Dotreppe juge lui même paradoxales.
    je vous envoie son message et ma contribution qui peut être vous intéressera, car elle est d’actualité; Merci de m’envoyer votre adresse e mail où je pourrai vous faire parvenir ma contribution. mon adresse mail: « g.colson@ulg.ac.be »

    « Professeur,

    Nous vous remercions beaucoup pour l’envoi de votre texte.
    Pour un journal qui a publié un texte appelant les intellectuels chrétiens à se lever, vous jugerez sans doute notre réponse paradoxale.
    En effet, pour l’instant nous ne pourrons pas donner suite à votre contribution. Non pas à cause de sa qualité, mais parce que nous avons publié plusieurs textes sur la question sensible de l’avortement, et la majorité d’entre eux allaient dans le sens pour lequel vous plaidez. Nous ne devons pas respecter une stricte égalité entre les points de vue, mais nous préférons attendre avant de publier de nouvelles tribunes sur cette question.

    Nous vous remercions pour votre compréhension et restons à votre disposition,

    Bosco d’Otreppe pour La Libre Débats

  3. Dans votre article courageux sur l’avortement publié dans la libre le jeudi 9 janvier vous mettez l’accent sur le fait que le foetus est une vie nouvelle.

    Dennis Prager dans sa vidéo expose le même point de vue.
    « The Most Important Question About Abortion » 2,833,873 views•Aug 17, 2015
    On peut se réjouir que cette vidéo ait une visibilité importante.
    Il n’est pas chrétien mais en tant que juif il se réfère aux dix commandements.

    La philosophie qui voit l’homme comme le maître absolu de ses choix peut devenir vite très brutale comme le montre Jean-Francois Braunstein. On supprime les « infirmes » et les « défectueux ».
    Livre : La philosophie devenue folle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.