« Allumer le feu »– 20e dimanche, Année C

 « Je suis venu apporter un feu sur la terre… ». (Luc 12, 49-53)

S’il y a bien un cliché concernant les cathos qui a la vie dure, c’est celui qui veut que ceux-ci soient « gentils ». Le mot prend ici une connotation doucereuse. Celle que l’on retrouve avec la voix éthérée de quelques célébrants ou dans les sourires mièvres de plusieurs pieuses âmes.

En ce sens-là, Jésus n’a rien d’un « gentil ». Le Christ est la bonté faite homme, mais sans rien de tiède ou de fade en lui. « Allumer le feu !»…  A la manière de la chanson de Johnny Halliday, le Fils de l’homme rappelle que sa parole n’est pas du guimauve. Elle divise. Elle choque. Elle remue. « Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division ».Pour celui qui le prend au sérieux, l’Evangile du Christ – ressemble au scalpel du chirurgien. Ca tranche. Ca fait mal. Mais ça guérit.        

Pour celui qui le prend au sérieux, l’Evangile du Christ – ressemble au scalpel du chirurgien. Ca tranche. Ca fait mal. Mais ça guérit.        

9 réflexions sur « « Allumer le feu »– 20e dimanche, Année C »

  1. Bonjour !
    Je vous ai entendu sur KTO TV parler de votre livre « L’urgence humaniste » et je suis entièrement d’accord avec vous. Souvent d’ailleurs, je me pose la question tout en m’adressant aussi à Dieu, de savoir ce qu’il faut faire de plus pour être vraiment un humaniste. Me sentant si pécheur depuis toujours, je me dis que je suis loin d’être à la hauteur, mes faiblesses, mes péchés ne me rendant pas suffisamment disponible pour être un véritable humaniste disons chrétien dans la mesure où Jésus nous dit de tout donner pour AIMER vraiment, à 60 ans je suis encore loin du compte. Alors, en secret, après avoir péché je demande encore et en permanence pardon……….. mais je recommence à pécher tout en tentant maladroitement de défendre des valeurs humanistes dont je suis loin d’être à la hauteur, quel paradoxe tout cela et que l’homme est fragile au fond !!!…..

    Alors, si je vous écris, c’est pour vous dire que j’ai aussi un blog personnel http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/ où, modestement, je tente, à travers pas mal d’éditos, de défendre un certain humanisme en me basant sur l’actualité du moment et aussi sur mon expérience de Responsable-bénévole ayant été dans 4 associations caritatives et ceci sur près de 25 ans. Ce blog, s’il vous intéresse bien entendu, je vous invite à y jeter un oeil et si un ou deux textes vous intéressent, vous pouvez les utiliser librement. Depuis que je suis en retraite, je vais dans les établissements scolaires du Morbihan (département de Bretagne !) rencontrer les élèves d’écoles, collèges ou lycées catholiques. Là, je tente avant tout de débattre avec eux, en utilisant la vidéo comme support, sur trois thèmes que je connais bien : La pauvreté en France, la situation des enfants du Sénégal et le respect des différences. L’important pour moi, c’est que la jeune génération s’empare des thèmes de société pour se forger leur propre opinion tout en luttant contre tous les préjugés et il y en a tellement, vous le savez mieux que moi, j’imagine !

    Quant à la dernière association festive et humanitaire que l’on a créée en 2010, vous pouvez aussi la découvrir sur : http://pourlesautres.fr
    Merci à vous d’avoir pris le temps de lire ce message et si vous pouvez me donner votre avis sur ce que j’écris j’en serais heureux, vive cet humanisme qui manque tant à notre époque si tourmentée avec un monde qui se cherche, comme tout homme finalement et je ne fais pas exception, que Dieu vous bénisse ! Guy Gillet

    1. « Pour finir, en vieil idéaliste bien imparfait que je suis, je rêve obstinément que les citoyens de demain pratiqueront une solidarité plus instinctive et naturelle et, pour cela, je reste persuadé que cela s’apprend dès le plus jeune âge. Cela permettra de toujours regarder la réalité en face et le monde s’en portera vraiment mieux, car on lui aura redonné son véritable sens, merci d’y croire aussi ! »

      Poursuivez à cultiver ce bel idéal ! EdB

    2. Votre intervention m’intéresse car comme croyant, je suis toujours en recherche du sens du mot « péché »…
      Quels sont donc ces péchés qui vous accablent tant ??

      Pour ma part, je suis un quadragénaire de la classe moyenne, avec un métier de cadre moyen en entreprise, qui paye ses impôts, participe aux élections et a accompli son service militaire.

      Je ne sais pas que confesser ! Je vis séparé de ma compagne depuis longtemps, et ne suis coupable ni de vol, ni de meurtre, de viol, ou de quelqu’autre fourberie…

      Que devrais-je confesser ? Qu’il m’arrive de me masturber sur des sites pornos ? qu’il m’arrive de rouler à du 130 km/h sur la E40 entre Bruxelles et Liège ? que parfois je fais une course de 20 minutes sans payer l’horodateur ?…

      Je ne crois pas que Jésus a souffert sa passion pour des « péchés » tels que ceux-là…
      C’est ce qui m’ennuie le plus dans l’exercice de ma foi.

      1. Cher Philippe, Le péché est puissant: il s’agit du manque d’amour. « Aimer ses ennemis, prier pour ceux qui nous persécutent. » Regardez une cour de récréation d’enfants et vous verrez notre monde en petit: le meilleur y côtoie la plus grande cruauté. C’est de cela que le Christ vient nous libérer. Je ne dis pas que rouler à 130 km/h soit une vertu, mais je pense que vous en êtes resté à la conception infantile du péché: aller dans le pot de confiture. C’est plus profond et plus grave – hélas. Sinon, le monde serait bien plus proche du Royaume qu’à annoncé le Christ. Bien à vous. Eric

      2. Bonjour,
        Comme le précise le père Eric, le péché étant entendu comme manque à la charité envers le prochain, peut-etre serait-il intéressant d’observer les mouvements de votre âme dans diverses situations :
        – l’envie par rapport à un collègue qui obtiendrait de meilleurs résultats,
        – le mépris éprouvé envers ceux qui ne partagent pas vos opinions,
        – la colère envers votre ex compagne, ou envers l’ingratitude d’éventuels enfants,
        – la rancune envers un père pas assez présent, ou envers un frère trop écrasant,
        – …
        Les occasions ne manquent pas de manquer à l’amour, ou plutôt à la « charité » (l’amour à aujourd’hui une connotation un peu mielleuse), ce qui doit inviter le chrétien d’une part à examiner ses manquements à la charité pour demander pardon, et d’autre part à accorder son pardon à ceux qui l’ont blessé.
        Telle est la voie du Christ.
        Quelques livres intéressants à ce sujet :
        – Tactiques du diable de C. S. Lewis (assez drôle),
        – Introduction à la vie dévote de St Francois de Sales (plus « vieillot » mais pertinent).
        Bon cheminement à vous.
        Dieu vous garde.

    1. Ce sont les chrétiens, qui comme tant d’autres, ont forgé le terme gentil pour se distinguer des méchants, labellisés de différents termes pas toujours très sympathiquement.
      A un moment, ça reviens, voilà pourquoi je citais l’évangile « qui a tué périra par l’épée ».
      Sans vouloir troubler le repos dominical.

  2. « Pour celui qui le prend au sérieux, l’Evangile du Christ ressemble au scalpel du chirurgien. Ca tranche, ça fait mail mais ça guérit » Belle et parlante image d’Eric. Autrement dit: « Ca fait mal, mais c’est pour que puisse venir un bien ». Personnellement (et cet extrait de l’Evangile en témoigne), je ne vois pas comment certains peuvent voir en Jésus-Christ quelqu’un de consensuel. « Que votre oui soit oui, que votre non soit non », nous dit-il. Pas de place pour les « oui mais… » Pas de place pour les circonvolutions ni pour les ambiguïtés. Ou on est pour Lui, ou on est contre Lui et entre les deux, pas de place pour les tièdes, pour ceux qui, désirant plaire, veulent adapter son message à ce qui serait recevable par le monde, par la société dans laquelle ils se trouvent. Que cela plaise ou non, ce que vise Celui qui a dit « Je suis le chemin, la vérité et la vie » n’a rien à voir avec les discours lénifiants de ceux qui proclament que la vérité est plurielle et qui, adeptes d’une religion mondiale, ne retiennent de l’Evangile que ce qui les arrangent, que ce qui ne risque pas de choquer le commun des mortels. Mais en voulant plaire à ceux-ci, réalisent-ils que c’est le Christ Lui-même qu’ils choquent, qu’ils renient et qu’ils trahissent tout en faisant le jeu de celui qui est le prince de ce monde?

    1. Vous critiquez  » ceux qui proclament que la vérité est plurielle », aussi je vous conseille de vous adresser directement aux rédacteurs de la Sainte Bible :)
      Je vous rappelle en effet, ce terme « Elohim », magnifique prototype de tous les pluriels de majesté du monde.

      On ne va pas discuter de l’interprétation ici, mais la Vérité à été déjà été dite plurielle de très haute main cher Monsieur.

      Pour moi, on ne peut pas encapsuler Ses forces dans la capsule d’une religion.
      Dieu n’est pas un pokémon à notre service :)

      Pour revenir à votre passion, le littéralisme religieux radicalisant, dont vous n’avez malheureusement pas le monopole:

      Je vous rappelle que le fanatisme religieux est l’un des plus grands crime que l’humanité ait commis envers l’humanité cela n’appelle aucune démonstration, sauf si vous voulez qu’on rappelle les vieilles casseroles du christianisme.

      D’ailleurs avez-vous lu le livre de M.l’abbé à ce sujet ?

      Sinon, je vous recommande chaleureusement celui-là, je ne l’ai pas lu, je le confesse, j’en ai lu un qui m’intéressait davantage (les errements du christianisme ne sont pas mon dada), mais votre point de vue est intenable à l’aune des leçons de l’histoire Monsieur Snyers.

      Beaucoup ont cru servir Dieu, tandis que le prince de ce monde comme vous dites fort bien, les tenait ainsi dans le creux de sa main, et vous n’y avez pas assez réfléchi.

      Vous demandez vous parfois si vous ne le serviriez pas par mégarde à votre insu ? Cette question, on devrait tous se la poser de temps à autre, le faites-vous seulement une fois l’an ?

      De toutes façons c’est votre affaire, pas la mienne, mais si vous ne faites que vous servir de ce blog comme d’une chaire sans avoir pris la peine de lire les livres « d’Eric », qui n’est pas juste « Eric », mais un pasteur de votre église, et donc votre pasteur, ce n’est pas très sain.

      Même en simple qualité d’intellectuel, qui intervient ici depuis des années, on pourrait se dire que vous devriez eu avoir la curiosité de lire ce livre.

      De plus, vous ne pouvez pas juger qui est avec Dieu et qui ne l’est pas….croyez-vous sonder les coeurs M.Snyers ?
      L’évangile ne sers pas à juger les autres, sinon il vaut mieux aller planter des choux.

      Mon propos plus haut est de dire qu’on ne peut pas dire impunément et impudemment faire savoir à toute l’humanité qui n’est pas de notre religion, qu’elle est complètement à l’ouest, et aller se plaindre ensuite quand on nous prends pour des idiots à notre tour : c’est juste l’exercice d’une forme de justice immanente comme qui dirait, dans toute son infaillibilité avec laquelle on ne peut pas tricher, qui que nous soyons, où que nous soyons.

      …., mais arrêtons nous là, le message de M.l’abbé, bien qu’il soit rechauffé qu’à petit feu, à le mérite de contenir une part de vérité qui personnellement m’est utile néanmoins, rendons à l’abbé de Beukelaer ce qui est à l’abbé de Beukelaer (et à la justice ce qui est à la justice).

      Autre chose ne dites pas que c’est le Christ que certains propos choquent, vous n’en savez fichtrement, rien.
      Merci de ne pas faire porter au Christ ce qui est de vous, en parlant à sa place, je trouve cela un peu déplaisant, et pour tout dire pas très respectueux de celui qui est sensé être Dieu pour vous.

      Pour répondre à la question que vous posez : je ne crois pas du tout trahir spécialement le Christ, et je constate plutôt que l’esprit de l’enseignement du Christ me devient plus clair au fil des années, humblement, et je comprends aussi mieux les torsions dont il fait l’objet par le pharisiens que vous êtes par littéralisme, intellectualisme, va-t’en guérisme, ignorance en un mot.

      Si vous êtes choqué, personnellement je suis choqué de tout le mal que le fanatisme religieux à fait, et de voir que vous n’avez probablement pas médité le livre de celui qui est censé être votre pasteur sur le sujet si ce n’est pas le cas, mais en tant qu’intellectuel et travailleur de l’esprit, c’est certainement une faiblesse de votre part.

      C’est sans doute pour ça qu’on s’entrechoque.

      Si vous voulez élever un peu le débat, et bien dites moi ce que vous avez pensée du livre de l’abbé de Beukelaer sur l’Eglise de Judas, ça m’intéressera largement plus que vos histoire de pokemon, qui primo cassent les pokeballs, et secondo, sont les nostalgies radicalisantes d’une sorte de colonel en retraite d’un christianisme va t’en guerre que je mets visiblement sur la défensive par maladresse.

      Autre chose, et la dernière : vous voudriez bien que le christianisme soit « une religion mondiale », ne le cachez pas, reconnaissez-le, vous m’accusez de vos propres désirs.

      La tolérance n’est pas une religion vous savez, c’est juste la capacité d’accepter que les autres ne soient pas comme nous, la capacité de ne pas vouloir régenter leur vie intérieure en faisant mal, sous prétexte que que nous on est guéri … c’est l’acceptation de la différence comme disait M.Guy Gillet, dont les propos sont à première vue lumineux.

      L’homme blanc est fou.

      Mon but n’étant pas de troubler la paix de ce blog, il est très probable que j’arrête de vous répondre car je ne vois pas d’issue à cette discussion, vous détenez la vérité à 100 pourcent, j’aime avoir raison aussi pour ma part, par manque de maturité sans doute, et nos défauts respectifs risquent de se heurter davantage et il n’en sortirait probablement rien de bon, en fait c’est couru d’avance.

      Avez-vous oui ou non lu ce livre ?
      C’est la seule question que j’ai à vous poser, j’aimerai bien que vous me répondiez humblement si c’est possible, sinon tant pis.

      Cdt

Répondre à Merlot Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.