« L’âme en repos »– 16° dimanche, Année C


 «Tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses». (Luc 10, 38-42)

L’Evangile de ce dimanche, raconte l’échange entre Marthe – qui aimerait que sa sœur cadette donne un coup de main à la cuisine – et Jésus, qui répond : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée ».Je m’imagine la suite : Marthe plantant là ses casseroles en disant – « Dans ce cas, Seigneur, tu iras te le préparer tout seul, ton repas… » Je plaisante, bien sûr. Jésus ne reproche pas à Marthe son dévouement et ses talents domestiques. Et Dieu sait qu’il en faut pour faire tourner une maison. Ce qu’Il rappelle, c’est qu’il n’est pas bon de vivre avec une âme inquiète, qui  s’agite pour mille et une choses – sans jamais se mettre au repos.

Toutes les machines ont un bouton « off »et souvent même un bouton « pause ». Apprenons à laisser le monde parfois tourner sans nous. Mettons-nous l’âme en mode « pause », afin de revenir à l’Essentiel : Comme Marie, tenons-nous aux pieds de Jésus et écoutons sa parole. Le temps des vacances sert aussi à cela. 

A l’occasion de la fête nationale qui vient, prions aussi pour notre pays, qui se cherche des gouvernements. Que ces mois d’été insufflent à ses dirigeants la sagesse nécessaire.   

3 réflexions sur « « L’âme en repos »– 16° dimanche, Année C »

  1. « Laissons parfois le monde tourner sans nous. Mettons notre âme en mode pause pour revenir à l’essentiel », écrit Eric. Très juste parce que Dieu est notre fondement et nous rend témoins d’un monde qui ne passe pas dans un monde qui passe.

  2. Moi, mon bouton « off », c’est une expédition Londres-Budapest en moto, partant Mardi matin.
    Au passage je verrai des amis qui m’ont toujours inspiré, en Belgique, en Allemagne, en Pologne, Hongrie.
    Dont un qui a perdu ses cordes vocales il y a 40 ans, conséquence désastreuse d’une maladie de Lyme mal comprise à l’époque…Nous nous sommes connus étudiants et il avait un humour fou, sauf que maintenant c’est son épouse qui raconte ses blagues autour d’une bonne bouteille de Johnny Black Walker…Quand je les vois, c’est eux qui rechargent mes batteries!

  3. Moi, c’est Taizé ! En dehors des périodes d’affluence (d’ailleurs réservées en priorité aux jeunes), 5 ou 6 jours dédiés au silence, à la prière, aux rencontres avec des gens venant de partout dans le monde (et des rencontres étonnantes et qui, parfois aussi, restent de vraies amitiés).

    Quel bonheur de pouvoir échanger avec des chrétiens de « toutes les familles », sans devoir expliquer, sans détailler et en étant tout de suite « sur la même longueur d’ondes » …

    Pour moi, une image du paradis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.