« L’herbe est toujours plus verte… »– 4e dimanche de l’Année, Année C


« Aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. » (Luc 4, 21-30)

« Pour qui se prend-il ? »  Telle est la réaction des habitants de Nazareth en entendant Jésus. Ils l’ont connu en culottes courtes – cela ne peut donc être l’Envoyé du Très-Haut.

Rien n’a changé aujourd’hui : « Parlez-moi de Mère Teresa ou de Sœur Emmanuelle. Mais chez nous – un saint ? Cela se saurait. » C’est connu : L’herbe est toujours plus verte chez le voisin. Et pourtant, chacun de nous a reçu au baptême l’Esprit du Christ. Chacun est donc appelé à la sainteté, dans le quotidien de ses jours. Vite dit, vite oublié. Mais – bon sang – qui prend cela vraiment au sérieux ?

Le Christ n’est pas du genre à s’imposer. Si nous esquivons son appel à la sainteté, tant pis pour nous. Comme à Nazareth, Il nous laissera vivre une existence bercée de plaisirs tranquilles : « Mais Lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin ». 

14 réflexions sur « « L’herbe est toujours plus verte… »– 4e dimanche de l’Année, Année C »

  1. Chez nous, on a quand même eu l’Abbé Froidure qui préfigurait l’action de l’Abbé Pierre non ? Rescapé de Dachau, fondateur des petits riens, actif pour le logement et contre les taudis …

  2. Et puis l’Abbé des Marolles ( Jacques Van Der Biest ?) et son combat permanent pour un logement digne pour les moins favorisés !
    Je n’oublie aucun des deux !

  3.  » Il nous laissera vivre une existence bercée de plaisirs tranquilles »
    vraiment? nous devons avoir l’art de nous compliquer la vie car vraiment je me demande encore qui, ici-bas, vit une vie tranquille d’un bout à l’autre de sa vie ?
    Nous n’aimons pas ne rien faire, chez nous en Belgique ; les conséquences en sont multiples…

    1. Si j’ai bien lu cet évangile, je ne vois pas très bien le rapport qu »il y a avec le travail social de l’abbé Jacques Van der Biest (prêtre dont j’ai connu l’oncle (Léon) , curé à Becco (La Reid) qui, jésuite lui aussi était remarquable pour son intelligence et pour sa foi).

      1. l’article commence par une référence à l’évangile
        « Aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. » (Luc 4, 21-30)

        J’ai voulu rappeler deux hommes extraordinaires qui ont été « prophètes » en leur pays !

  4. Merci, Marie-Madeleine. En cet instant où je vous écris, je vois de la neige dans mon jardin. J’habite tout près de Werbomont et plus haut, à la Baraque de Fraiture, les pistes de ski alpin sont ouvertes. C’est à 15 minutes de chez moi et c’est magique.

  5. Trouvé aujourd’hui sur le site français « Benoît et moi 2018-2019 » une lettre d’un prêtre italien désemparé. J’ai vu par là que je ne suis pas le seul à l’être. Hélas, les chrétiens de son espèce (et de la mienne) sont plus qu’ignorés à travers ce pontificat. Triste!

  6. « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jésus-Christ) « Il n’y a qu’un seul Dieu et un seul Jésus-Christ par qui sont toutes choses » (Saint Paul) « Le pluralisme et les diversités de religion sont une sage volonté divine par laquelle Dieu a crée les êtres humains » (Pape François) Qui se trompe? Jésus et St Paul ou le Pape? Cherchez l’erreur! Mais dans le cas où ce Pape aurait raison par rapport à l’Ecriture, je ne vois qu’une conclusion: nous avons affaire à un Dieu schizophrène.

  7. or Jésus lui-même a été envoyé aux brebis perdues d’Israël , même pas de Juda- en tant que royaume divisé en Juda et Israël, sans compter la Samarie ?
    Ah Jean-Pierre vous concluez bien vite
    Lorsque nous étions enfants , nous avions besoin de sécurité, de balises, de penser une religion, un roi, un pape etc…lorsque nous étions enfants les autres nous semblaient dangereux , au reste ils l’étaient, et s’emparaient de nos denrées, de nos richesses si nous étions incapables de les défendre.
    De la même manière nous avons pensé de bonne foi : « hors de l’église, point de salut »
    C’est pour la sécurité du troupeau que Pierre est devenu pasteur des brebis du Seigneur,mais il y a encore d’autres bergeries, rappelez-vous
    Aujourd’hui nous célébrons un événement formidable .
     » Un Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune signée par le Pape François et le cheikh Ahmed al Tayyeb, grand imam d’al-Azhar, en tant qu’instrument visant à attester aux yeux du monde que « la foi porte le croyant à voir dans l’autre un frère à soutenir et à aimer » et que « de la foi en Dieu, qui a créé l’Univers, les créatures et tous les êtres vivants – égaux pour Sa Miséricorde – le croyant est appelé à exprimer cette fraternité humaine en sauvegardant la Création et tout l’Univers et en soutenant toute personne, en particulier les plus nécessiteuses et les plus pauvres ». Tel est l’événement imprévu qui a marqué la participation du Pape à la Conférence sur la fraternité humaine en cours à Abu Dhabi au cours de l’après-midi du 4 février dans le cadre de sa visite apostolique aux Emirats arabes unis.
    La signature de ladite déclaration a eu lieu au Founders Memorial, après les interventions tenues à la conférence par le Prince héritier, le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, par Ahmed Al-Tayyib, grand imam d’al-Azhar, et par le Pape François. Les trois hommes sont entrés dans la salle de la conférence en se tenant par la main. Le grand imam d’al-Azhar, dans son intervention, a révélé que l’idée de signer ensemble un document sur la fraternité humaine et la paix était née autour d’une table à la Domus Sanctae Marthae, au Vatican, à l’occasion d’une visite de ce même cheikh Ahmed al Tayyeb au Pape François.
     
    Dans sa longue intervention, le Pape a commencé par rappeler la rencontre entre Saint François d’Assise et le sultan -Malik al-Kāmil – dont l’année 2019 marque le VIII° centenaire…. »
    Alors que des dangers redoutables menacent l’humanité et la terre que nous laissons à nos enfants des paroles se sont fait entendre , paroles d’espoir, de sagesse et de foi en l’homme et en Dieu
    Elles importent et nul ne peut faire qu’elles n’aient pas été prononcées

    1. Je viens de lire sur les sites « Belgicatho » et « Le blog d’yves Daoudal » un admirable texte du cardinal Müller (ex préfet de la Commission pour la Doctrine de la Foi). Je ne vous en direz pas plus, sinon que ceux et celles qui souffrent du relativisme et du syncrétisme dans l’Eglise actuelle seront réconfortés de lire les propos d’un apôtre fidèle et clair.

Répondre à Jean-Pierre Snyers Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.