« Bonne Nouvelle »– 3e dimanche de l’Année, Année C

« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Ecriture » (Luc 1, 1-21)

Notre pape François est parti à la rencontre de la jeunesse aux JMJ de Panama. Si vous suivez ce qu’il enseigne et les actes qu’il pose, vous constaterez qu’il y a un projet à la base de son pontificat : Celui de rappeler que l’Evangile est « bonne nouvelle » – un message de libération et de joie.

Trop souvent, le christianisme est travesti en morale pesante et puritaine. Il existe des principes moraux – bien sûr – mais ils découlent de l’amour gratuit de Dieu. Et non pas l’inverse : Ceux qui pensent que l’amour de Dieu « s’achète » à force de bonnes actions, n’ont pas compris le message chrétien : « L’Esprit du Seigneur (…) m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur ».  

3 réflexions sur « « Bonne Nouvelle »– 3e dimanche de l’Année, Année C »

  1. Notre Pape est un homme très simple qui se permet de rire et de sourire lorsque le moment s’y prête. Il est aussi être très sympathique et ouvert envers les personnes qu’il rencontre, par exemple les personnes handicapées … Je n’oublierai jamais lors de son élection, alors qu’il circulait en voiture ouverte, la façon dont il a fait arrêter pour aller embrasser un jeune handicapé, soutenu par ses parents… Moi qui sais ce que c’est qu’avoir un enfant handicapé, j’en ai été bouleversée et, je n’ai pas peur de le dire, j’en ai eu les larmes aux yeux ! Merci Saint-Père d’avoir toujours le mot juste et bienveillant qui réconforte et qui me fait dire « vous êtes dans les pas du Christ » !

  2. oui, Marie-Madeleine, je suis bien d’accord avec vous
    seulement comme il est sj. il doit avoir aussi connu un esprit compliqué, le miracle, c’est ce qu’il en a fait
    au reste il est un miracle permanent, vu son âge, , j’apprécie aussi la silhouette de celui qui ne le quitte pas et lui tend les écrits au moment où il le faut. J’ai le sentiment que celui-là agit par amour et devoir et qu’il préférerait être ailleurs. Vive le devoir que l’on accomplit en sachant que c’est là que le Seigneur nous veut et nulle part ailleurs
    Jean-Pierre , je suis confuse de ne pas vous avoir répondu , trop de petite chose à faire ne m’ont pas laissé de temps ,
    votre réponse cependant m’a poursuivie : je n’aime pas que vous écriviez et pensiez cela : » je ne peux que me rendre compte que dans le fond, je suis nul, incapable, désemparé, impuissant » : voyons, vous êtes disciple de Jésus et vous pensez cela ? c’est comme si vous étiez encore au bord de la route et que vous criiez vers lui, écoutez-le vous répondre, car ce que fait Jésus , c’est justement cela : vous regarder dans les yeux en vous aimant en vous disant que vous êtes son frère et mieux encore son ami : vous n’avez pas le pouvoir de changer le monde, mais vous avez le pouvoir de découvrir qu’il vous demande votre amitié et de l’entendre car lui vous entend et il ne croit pas que vous soyez nul, en fait il s’en fiche….

  3. Oui c’est vrai, l’amour n’est pas à vendre.

    Mais si il n’est pas en nous, faire de bonnes actions est une façon d’entrouvrir sa porte.

    Peut-être alors entrera t’il.

    Restant cependant je l’avoue humblement convaincu que personne n’a ni n’aura jamais le monopole de l’amour, pour les siècles des siècles.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.