Etonnant échange… – Baptême du Seigneur, Année C


« Moi, je vous baptise d’eau (…). Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. » (Luc 3, 15-22)

Les premiers chrétiens étaient surpris d’apprendre que Jésus avait reçu le baptême de Jean. Comment s’expliquer que Celui qui est sans péché, reçoive un baptême de conversion – un baptême destiné aux pécheurs ? Et pourtant, c’est ainsi. Avant d’entamer Sa mission publique, le Christ se rend pleinement solidaire du destin des hommes.

J’ai visité le lieu où – selon les Ecritures – Jean baptisait. Le fleuve y est boueux, car il charrie toutes les impuretés transportées depuis sa source. Celui qui est plongé dans le Jourdain à cet endroit, ressort de l’eau plein de boue – comme chargé du poids de péché des hommes. En demandant le baptême de Jean, c’est de cette boue humaine que le Christ se charge. Jésus se rend solidaire de notre condition pécheresse pour nous rendre solidaire de son intimité avec le Père, dans l’Esprit.

Par notre baptême chrétien, nous sommes plongés dans la vie et la mort du Christ pour ressusciter avec Lui. Etonnant échange : Lui se charge de notre boue, afin que nous soyons revêtus de Sa lumière. Comme prophétisa Jean : « Moi, je vous baptise d’eau (…). Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. »        

Une réflexion sur « Etonnant échange… – Baptême du Seigneur, Année C »

  1. Ce passage de l‘Evangile racontant le „ baptême“ du Christ par Jean m‘intrigue depuis bien longtemps.
    Comme EDB dit, l‘évènement se situe avant la vie publique de Jésus, donc à un moment où le message du Christ est encore enfermé dans l‘écrin du judaïsme.
    Or le judaïsme ne connaissait pas le concept du baptème tel que les chrétiens devaient le connaître plus tard: comme un acte solennel effaçant la tache d‘un péché originel.
    La pratique était plutôt celle d‘un bain rituel, le mikveh, à des fins de purification à différents moments de la vie.
    Curieusement, il semble que cette pratique est d‘ailleurs relativement récente ( le premier siècle de notre ère, mais c‘est une coïcidence).
    Encore plus curieux, le bain rituel juif, régulièrement pratiqué dans les milieux orthodoxes, est devenu part entière de la cérémonie de conversion au judaïsme ( et ce-ci pour tous les courants du judaïsme ) rejoignant en cela ( deuxième coïncidence) le rôle du baptême chrétien.

    Je crains que les Evangiles , rédigées de longues années après les évènements qu‘elles relatent, ne pèchent par une „ time inconsistency“ qui peut être dangereuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.