M… de mémoire

Il y a quelques jours, c’était le 70° anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Dans quelques semaines (janvier 2019), ce sera le 100° anniversaire de l’ouverture de la Conférence de Paris, qui donnera le traité de Versailles.
Deux étapes de conclusion des deux guerres mondiales. Avec une différence: malgré les insistances du président américain, le traité de Versailles (1919) posa un regard profondément nationaliste sur le monde. Il chercha donc à punir ou affaiblir les nations perdantes. Une génération plus tard, celle-ci – ivres de vengeance – offrirent le pouvoir au monstre nazi. La suite est connue. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, par contre, dans le prolongement du « traité de l’Atlantique » entre Churchill et Roosevelt (1941) subordonna la nation au bien-être des peuples et des personnes. En ’45, l’Allemagne ne fut donc pas « punie », mais bien dénazifiée et reconstruite. Et 70 années plus tard, l’Europe vit en paix.
———-
M… de « mémoire ». Mais aussi de « misère », « malaise », « marasme »… Les héritiers de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ne semblent plus convaincre. La lettre « M » ne porte pas chance aux politiques européens du moment: Merkel? En bout de course. May? Dans l’impasse. Macron? Bloqué. Michel? Plus personne ne sait.
La question posée aux citoyens d’aujourd’hui est la suivante: Continuons-nous à nous inscrire dans la filiation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ou allons-nous reprendre les vieilles recettes nationalistes? L’histoire invite à bien réfléchir, car avec le traité de Versailles, nous savons où le nationalisme aboutit. « Le nationalisme, c’est la guerre », disait… Mitterand.

2 réflexions sur « M… de mémoire »

  1. Bientôt nous nous souviendrons qu’il y a 2000 ans, les Anges de nos campagnes ont chanté :  » Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté  » ( Et in terram pax hominibus , bonnae voluntatis ). Et, bien que j je ne suive pas la politique de très près, deux  » M » resteront dans ma mémoire pour leur grand moment de  » bonne volonté ». Merkel :  » Wir schaffen das  » et Michel pour son récent playdoyer à l’ ONU. Et aussitôt ( car c’est ainsi que ma mémoire fonctionne ) des foules de petits gestes de bonne volonté – tant envers le climat, qu’envers les réfugiés, les victimes de guerre ,les délaissés …. la liste est très longue -une foule de petits gestes donc , me reviendront ….en mémoire,comme pour m’encourager.
    Merci, Père Eric de nous ramener, encore et toujours, vers des pensées de justice et de paix.
    Bel Avent à tous !

  2. Il y a plus de vingt ans, l’Europe a refusé d’inscrire ses racines judéo-chrétienne dans sa Constitution. Reniant ses racines et devenue un ventre mou, elle a vu depuis lors s’engouffrer un serpent que l’on vient à nouveau de voir à l’oeuvre à travers l’attentat de Strasbourg. Sans doute ne savait-elle pas qu’en mettant Dieu à la porte, le diable entrerait par les fenêtres. Sans doute ne savait-elle pas non plus qu’en nous imposant une société multiculturelle, c’est une société multiconflictuelle qui verrait le jour. Complètement sourds aux attentes et aux angoisses des citoyens, ceux qui, comme le président français, gouvernent contre leur peuple (peuple qu’ils se gardent bien de consulter par référendum), persistent dans leur déni, dans leur idéologie mortifère dont on voit les résultats tragiques. Combien de litres de sang laisseront-ils encore couler dans nos rues avant de réaliser ce que d’autres pays européens ont compris? En quelle langue faut-il dire à Monsieur Macron que sa signature au bas du pacte de l’ONU sur les migrations ne fera qu’aggraver les choses, tant au niveau sociétal que financier et que la place des « fichiés S » n’est pas sur les marchés de Noël? En quelle langue faut-il dire au pape François de se soucier d’abord de ceux qui migrent vers l’au-delà avant de s’occuper de ceux qui migrent d’un coin à l’autre de cette terre, tout en se gardant bien d’en accueillir chez lui au Vatican? De grâce, messieurs les ministres et présidents bisounours, ouvrez enfin les yeux, regardez sans détourner la tête ce que votre Europe est en voie de devenir. Au nom de ceux qui nous suivront, réveillez-vous!

Répondre à muriel lehembre-bailleul Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.