Dis-moi ta vision de l’homme et je te dirai ta vision du monde

Le hasard à voulu que j’écoute ce jour à la radio le discours de jeunes intellectuels de gauche radicale, tout en lisant une interview d’un penseur de droite ultra-nationaliste.
Cet exercice paradoxal me conforta dans ma conviction: si on creuse, c’est la vision de l’homme qui les sépare.
———
La gauche radicale reprend la vision marxiste de l’homme, qui elle-même s’inspire de de Rousseau.
En bref: l’homme est bon et c’est la société qui l’abîme (qui «  l’aliène », selon les termes de Marx).
La conclusion est donc simple à tirer: changez la société et rééduquez l’homme pour qu’il  retrouve sa bonté originelle.
Il y a une part de vérité dans cette analyse.
La société conditionne et donc, souvent aussi, abîme les hommes.
Cependant, l’inverse est également vrai: ce sont les hommes qui abîment la société.
———-
La droite ultra-nationaliste part d’une vision de l’homme assez proche de celle du penseur anglais Hobbes, qui avait repris à son compte la formule: « homo homini lupus », c’est-à-dire « l’homme est un loup pour l’homme ».
D’où sa condamnation d’une politique « droite-de-l’hommiste et bisounours » dans un monde qui est est dominé par la survie des plus forts.
Il est vrai que celui qui fait l’ange fait la bête et que la politique doit faire preuve d’un sain réalisme.
Cela ne condamne pas pour autant les politiciens à l’égoïsme national et au cynisme international.
———-
La vision chrétienne de l’homme est celle d’un être capable du meilleur, mais blessé dans son âme (la doctrine du « péché originel »).
La vision chrétienne de la politique postule donc d’un homme capable du meilleur, mais aussi du pire.
Pour que l’humain puisse se réaliser dans une société à son image, il s’agit de le respecter et de le canaliser dans ses relations humanisantes: la famille, l’école, la société civile, les pouvoirs publics, la religion ou les convictions.
La vision chrétienne de l’homme engendre une vision politique de liberté canalisée: entre la justice économique (le même prix pour chacun) et la justice morale (il n’est pas juste que certains citoyens n’aient pas le minimum pour vivre), il y a la médiation de la justice distributive du politique (par l’impôt des plus riches, permettre au plus démunis de survivre).
Pareille vision du politique croit aux droits de l’homme et à la société internationale, mais sans angélisme quant à leur réalisation concrète.
———–
Dans une société où beaucoup aspirent à des réponses simples et claires, pouvant être résumées dans un ‘tweet’, la vision chrétienne de l’homme et de la politique souffre d’un handicap: … celui de s’adapter à la complexité de l’homme et d’être, dès lors, tissée de nuances.

8 réflexions sur « Dis-moi ta vision de l’homme et je te dirai ta vision du monde »

  1. Que faire? Quel homme providentiel pourra correspondre à une vision chrétienne du monde? En attendant, je note seulement que le peuple brésilien a voulu tourner le dos à la corruption, à la terrible insécurité et à la paupérisation qui minent ce pays qui mérite beaucoup mieux qu’une conception marxiste de l’existence. Qui pourrait lui jeter la pierre?

    1. l’homme providentiel n’est-il pas déjà venu? et ce n’est pas un homme politique, qui s’impose par la force ou même la persuasion, il nous donne de choisir, Jean-Pierre
      vous répondre au sujet de la mort me parait important :
      la mort, l’idée de la mort pour moi s’apprivoise mais sans volonté de notre part. Il ne faut pas vouloir, il faut juste s’asseoir paisiblement et laisser les pensées passer et s’en aller puis : je pense que chacun doit trouver ce qui convient à son âme : l’évangile du jour, un signe-miracle de Jésus, et le relire ( site des jésuites « prie en chemin » par ex.); pour d’autres un « je vous salue Marie » une prière à un Saint que l’on aime, quotidienne comme la fenêtre ouverte le matin au réveil que Muriel m’a enseigné ici sur le blog (merci Muriel) ou l’eau que l’on prend dans mes mains (merci vraiment Muriel)
      ou encore un psaume : comme un mantra (vous pensez au roi David poursuivit par Saül , en grand danger chaque jour il glorifie son Seigneur, le Dieu d’Israël ) ou encore pensez à Job un homme intègre,droit, craignant Dieu,s’écartant du mal, alors petit à petit sans même que vous vous en rendiez compte, la peur vous laissera tranquille, elle s’en ira peut-être dans les cochons comme dans Mtt 8, v28 et + ou ailleurs . Alors vous vous serez approché de Notre Seigneur, pas à pas chaque jour …et il vous bénira

      1. Tellement de bonnes choses dans ce que vous me dites, Godelieve! « Alors, petit à petit, sans même que vous vous en rendiez compte, la peur vous laissera tranquille ». Combien cette petite phrase si belle que vous avez écrite correspond à ce que je souhaiterais! Mais, tourmenté comme je le suis, je crois que sur ce point, la certitude qu’un jour toutes les souffrances, les injustices et les pleurs d’ici-bas seront transfigurées, réparées dans ce Royaume éternel que Jésus nous promet est seule à me permettre de me tenir encore debout et à refuser que la vie ne soit qu’absurdité. Puisse le Seigneur m’aider à conserver envers et contre tout cette espérance folle aux yeux du monde.

      2. merci, Godelieve, de me faire savoir que mes bouteilles à la mer ont pu inspirer quelqu’un. Cependant je me souviens très mal de ce que j’ai pu écrire ici. Aurais- je fais allusion à la prière de Saint François d’ Assise que j’aime dire en enclanchant la machine à laver le linge ou en me rafraichissant le visage ? : « Merci, Seigneur, pour notre soeur l’eau, humble et utile, chaste et précieuse ».
        Ou à l ‘ indien d’Amérique, descendant chaque matin vers la rivière pour rencontrer le Grand Esprit de la Terre ? Il s’y rend seul, son épouse choisira un autre moment car cette rencontre se fait de personne unique à Grand Esprit de la Terre. ( je cite de mémoire le livre de Mac Luhan).
        Qu’importe, remercions Saint François et les Indiens d’ Amérique de nous apprendre à vivre le quotidien avec Dieu et avec la nature.
        Et qu’il est bon de nous entr’aider à vivre en chrétiens. Tout simplement.

          1. Oui, Godelieve nous apprend à apprivoiser la peur et la peur de la mort par ses bonnes paroles.
            Anecdote amusante : la prière de gratitude envers notre soeur, l’ eau , m’ a guérie d’une vieille phobie de machine à laver ( électrocution, inondation générale de salon-lavoir etc….)

  2. Juste une info. Je viens de lire ce 31 octobre sur le site Pro liturgia (rubrique actualité), un article bien intéressant qui commence par ces mots: « A la racine de la crise actuelle se trouve une très profonde dégradation de la pensée philosophique… » Eclairant et pertinent. Si le coeur vous en dit de le consulter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.