«  Shalom – Salam – Pax  » – 3° dimanche de Pâques, Année B

« Comme ils parlaient encore, Lui-même était là au milieu d’eux et Il leur dit : La paix soit avec vous » (Luc 24, 35-48)

Le principal message du Ressuscité à ces proches est : « La Paix soit avec vous ». La paix… voilà un mot récurrent dans toutes les grandes religions et spiritualités : shalom, salam, pax,… Tout naturellement, nous assimilons la paix avec le repos, voir la mort. « Laisse-le en paix, il dort », dit la maman à son petit quand papa fait la sieste. « Enfin en paix », pensons-nous une fois rentré à la maison après une rude journée. « Repose en paix », dit-on en pensant à un défunt (abrégé en latin, cela donne R.I.P : « requiescat in pace »). Bref, l’agitation serait du côté de la vie en société et la paix du côté du retrait de ce flot incessant d’activités qui nous assaillent. Il y a du vrai en cela : pour nous épanouir, nous avons besoin d’une dose de silence et de solitude.

Et pourtant, la paix qu’offre le Christ n’est pas celle du hamac, de l’île déserte ou des cimetières. Il s’agit de la paix que ressent Celui qui croise spirituellement le regard du Ressuscité. Celui-ci « ouvre l’esprit à l’intelligence des Ecritures ». Il donne de comprendre qu’en Lui l’amour est vainqueur même de la mort. Alors une paix nous gagne, même au cœur des pires turbulences. Elle n’est pas synonyme de « tranquillité », mais bien de « sérénité ». Celle que ressent l’homme qui se sent inconditionnellement aimé.

11 réflexions sur « «  Shalom – Salam – Pax  » – 3° dimanche de Pâques, Année B »

  1. Je m’y suis reprise à deux fois pour entrer dans votre blog. J’étais envoyée, par mauvaise manipulation de ma part, dans les fameux biscuits!
    J’ai survolé « appel à la sainteté » du pape François; C’est très dense et je vais l’acquérir en version papier pour l’avoir à portée de prière.

  2. A propos de « paix », permettez-moi de dire toute mon opposition à l’égard des bombardements en Syrie faits par les USA, la France et le Royaume Uni. De quel droit et pour quels motifs, sans preuves, sans mandat de l’ONU, sans présomption d’innocence, en violation du droit international et avant toute enquête, Trump, Macron et May ont-ils décidé de frapper le régime de Bachar El-Assad? Macron a, paraît-il les preuves d’une attaque chimique par le régime syrien. Eh bien qu’il les donne et surtout qu’il nous prouve que celle-ci ne provient pas de rebelles voulant faire croire qu’elle émane du gouvernement syrien (qui n’avait d’ailleurs aucun intérêt à le faire). Une fois de plus, lamentable ingérence!

  3. Pour entendre un autre son de cloche sur la guerre en Syrie : Priester Daniel Maes ( norbertin présent en Syrie depuis 2010 ) , Annie Laurent et Mgr Bonny ….

    1. J‘ai fait un „Google“ sur Daniel Maes.
      Grand supporter de Assad, Putin et…Hezbollah.
      Anti-sioniste, star de Gloria-Tv….

      What a joke…

      1. A Kees ,

        Daniel Maes, prêtre …. J’ai seulement parlé d’un autre son de cloche.
        Que gloria tv le cite n’est en rien de sa faute .
        Il vit en Syrie depuis 2010 .
        Il est normal qu’un chrétien soit antisioniste , le sionisme étant une idéologie et , pour nous, toutes les idéologies sont des idoles.
        ( si vous voulez des chrétiens sionistes, voyez les évangélicals américains, pro Trump, qui pensent que le Christ ne reviendra en gloire que lorsque tous les juifs du monde seront revenus coloniser Israël ).
        Il y a un urgent besoin d’ enseigner dans toutes les écoles du monde la différence entre antisionisme et antisemitisme. ( Ceci dit, je comprends les motivations sionistes et essaie toujours de différencier la personne de ses opinions idéologiques ).

        Mgr Bonny, évêque d’ Anvers, a récemment fait le tour de la Syrie en  » taxi  » pour soutenir les chrétiens d ‘ Orient ( surtout orthodoxes ) et son témoignage bouleversant n’ a pas de mots pour qualifier les mensonges dont nous sommes accablés par presse bien pensante . Mgr Bonny est connu pour ses prises de position modernistes et a eu bien du mérite de ne pas regarder de haut ces affreux tradis de Chrétiens d’ Orient. Sa visite fut un réel réconfort car ils sont très isolés. Religieusement et politiquement.

        1. Il est „normal“qu‘un chrétien soit anti-sioniste, parce que le sionisme est une „idéologie“ ?

          J‘avoue ne pas comprendre votre assertion, mais alors, pas du tout.

          Pour commencer, le terme „sionisme“ et , partant, anti-sionisme, est galvaudé. Le sionisme, à son origine, est un projet: celui de créer un état pour le peuple juif. C‘est donc un projet réalisé depuis la fondation de l‘Etat d‘Israel en 1948.

          L‘existence de l‘Etat d‘Israel est garantie par la communauté internationale, y compris le monde arabe, à l‘exclusion de l‘Iran et d‘organisations telles que le Hezbollah et le Hamas ( qui semble changer son fusil d‘épaule…)

          C‘est par une extension abusive que le terme „sionisme“ s‘applique aujourd‘hui à la politique de colonisation de la rive occidentale du Jourdain. Malheureusement, ceux qui se définissent aujourd‘hui comme anti-sionistes „font rarement dans le détail“: aiguillés au départ par leur opposition à la politique de colonisation, ils en sont venus à reclamer l‘abolition pure et simple de l‘Etat d‘Israel. Beaucoup d‘entre eux étendent ensuite leur haine de l‘Etat d‘Israel pour attiser le feu d‘un anti-sémitisme virulent.

          Alors, est il „ normal“ pour un „ chrétien“ d‘être „anti-sioniste“ ( au sens premier du terme)?
          Non, pas du tout!
          Car cela représente un refus fait au peuple juif d‘avoir son propre état. En fait, je n‘arrive pas à comprendre comment on peut être chrétien et anti-sionisme.

          L‘Eglise a d‘ailleurs, depuis 2004, une position officielle sur ce point: elle condamne l‘anti-sionisme comme une nouvelle forme d‘anti-sémitisme.

          1. Moi non plus, je ne comprends pas; l’état d’Israël a été créé suite à un vote à l’ONU et à l’époque le projet était de deux états, l’un juif et l’autre palestinien, ce que les arabes ont refusé; depuis lors, la situation n’a fait que se dégrader…

            Je me dis aussi que si tous les pays européens avaient protégé leurs citoyens juifs, la face de l’Histoire aurait peut-être été bien différente; heureusement, des engagements privés ont eu lieu mais en trop petit nombre !

          2. cher Kees, il faudrait un livre pour vous répondre . J’ ai été autrefois obligée de m’intéresser à l’histoire du sionisme parce que la communauté catholique des Beatitudes était  » sioniste  » . ( à cause de ce retour du Christ en Gloire dès que le dernier juif aurait atterri en Israël etc …. ).
            J’ ai admiré ce peuple , non seulement pour leurs kibboutz ( qui n’ existent pratiquement plus ) mais aussi , par ex. pour cette génération de nouveaux historiens juifs critiques qui ont retrouvé toutes les annales depuis la fondation de l ‘etat d’ Israel et n’ont pas eu peur de révéler les exactions , actes « militaires  » des milices de l’irgoun etc …. ils ont aussi découvert qu’un ministre de l’ agriculture avait démissionné disant qu’il ne voulait pas se comporter comme les allemands pendant la guerre ). Depuis la moitié des palestiniens a quitté la Palestine et leur retour ne fait même plus partie d’ éventuelles négociations car avec toutes ces colonisations ( unanimement condamnées, Papes compris ) , c’est devenu impossible . J’ admire aussi les juifs qui ont manifesté contre le mur de séparation ( 700 km ,un désastre humain et écologique ) , qui ont analysé les injustices faites au peuple palestinien etc…. ….. Il y faudrait un livre .
            Quand nous, chrétiens, pensons à notre Terre Sainte , nous prions Notre Dame qui fait tomber les murs et aussi pour une juste paix entre les deux états.

          3. A Muriel 19.07

            Bien sûr, tout le contentieux du sujet Palestino-Israelien suscite de grandes émotions de toutes parts et votre réaction le reflète.
            Mais, surtout lorsque les émotions fusent de partout, il est important que les mots gardent toute leur signification , parce que seule la précision du langage permet encore d‘avoir un debat.

  4. cher Kees ,
    Sincèrement, merci de me comprendre . Sans doute suis je a-sioniste. En effet , je viens de trouver un article  » Antisionisme -Antisemitisme même combat ?  » CCLJ – Centre communautaire laïc juif David Susskind vendredi 2 novembre 2012 . Je me retrouve dans les trois premiers intervenants . Je pense aussi , qu’ à l’ ULB, le cercle que j’ admirais le plus, en secret, était, l’ UJJP ( Union des jeunes juifs progressistes ).J’ avais participé à l’un de leurs WE. Je me souviens des discussions sur les marches de la cité universiataire, pendant la guerre des 6 jours . C’ était terrible parce que c’ était la guerre et personne ne l’aimait . Les souvenirs de la Shoah revenaient . Il y avait aussi des étudiants palestiniens souffrants mais ouverts au dialogue . Au moins deux grands pacifistes de ce conflit ont été assassinés.
    Et face à Dieu, les juifs sont nos frères aînés.

    1. Ben oui, Muriel, « face à Dieu, les juifs sont nos frères aînés ». Hélas, depuis qu’il a changé de camp, depuis qu’il n’est plus réduit aux nazis, en étant devenu surtout le fruit de l’islamisme, une étrange et bien regrettable tolérance existe vis-à-vis de l’anti-sémitisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.