« Page Facebook de Jésus » – 2e dimanche de l’Année, Année B

« Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi, où demeures-tu ? » Il leur dit : « Venez et vous verrez. » (Jean 1, 35-42)

Le temps de la Nativité se termine et – jusqu’au début du carême – nous commençons le cycle des dimanches, dits « ordinaires ». Les prêtres et diacres portent des vêtements liturgiques verts – couleur de l’espérance. Ce n’est donc pas par hasard que l’Evangile de ce dimanche parle de l’appel des premiers disciples, car en ce début d’année 2018 – Il appelle chacun de nous.

Que faire pour ressentir l’appel du Christ ? Le chercher – comme les deux premiers disciples. Mais chercher ne suffit pas. Lorsque nous ressentons Sa présence spirituelle, il s’agit de prendre du temps pour mieux le connaître. C’est ce que permet la prière, la lecture de la Bible, ou encore la pratique dominicale de l’Eucharistie.

Quand des jeunes (ou des moins jeunes) se cherchent sur « Facebook », ce n’est pas avant tout pour connaître l’adresse internet de l’autre, mais bien pour mieux découvrir qui est cet autre. Cependant, rien ne remplace une rencontre. C’est ce qui arrive avec les premiers disciples. Jésus leur demande : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi, où demeures-tu ? » Ce faisant, ils ne demandent pas son adresse, mais cherchent à découvrir qui Il est. Alors, Jésus leur dit : « Venez et vous verrez. » (Jean 1, 35-42)

2 réflexions sur « « Page Facebook de Jésus » – 2e dimanche de l’Année, Année B »

  1. le pays où il demeure est le-même que celui où nous et vous demeurez seulement il est dégagé de l’ambition, de la vanité, des comparaisons, de la suffisance, de la superbe et de la honte de ce monde, il ne comprend pas la haine , l’arrogance, l’envie , la convoitise mais de quoi ? il n’y a plus de reproches, plus d’exigences, dans ce pays-là l’homme , la femme , l’enfant se dressent, se redressent, la liberté et la vérité s’y rencontrent, le soleil, la lune et les étoiles et les oiseaux et les minuscules y exultent la gloire de Dieu

  2. Belles et bonnes paroles, Godelieve. On s’y croirait déjà. Et quand vous dites  » pays ….dégagé de l’ambition, de la vanité, des comparaisons , etc ….. etc ….. » j’ ai envie d’ajouter plus prosaïquement :  » Dégagé ? C’est ça , dégage Satan avec tes valeurs à la noix, tes valeurs de mort  » ;-) je reste polie .
    Bonne journée à tous par la grâce de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.