La marche des imams

Comment expliquer le peu de succès de la marche des imams de hier sur Bruxelles ? C’est la bonne question que pose l’édito du quotidien La Libre de ce jour : A cela, je réponds que – sans doute – les réseaux ne furent pas assez alertés. Personnellement, je ne l’ai appris que la veille (et donc trop tard pour m’y rendre), sans qu’aucune plateforme de dialogue interreligieux ne me prévienne. Elodie Blogie, la journaliste du quotidien Le Soir donne une autre explication : l’imam de Drancy sera perçu comme une « imposture », un tartuffe ou clown qui agacerait nombre de musulmans. L’explication est fondée, car je l’ai déjà entendue de la bouche de théologiens modérés de l’islam.

Il ne me revient pas de la réfuter. Tout juste de dire que l’homme que j’ai entendu hier soir dans l’émission radio « Au bout du jour » d’Eddy Caekelberghs ne me semblait pas un « sot », mais bien un citoyen courageux.
Mais il y a davantage : Il y a quelques semaines, j’ai participé à un événement interreligieux à Bruxelles. Au moment où j’allais entrer dans le lieu de culte, une voiture officielle s’arrête devant moi, avec trois gardes du corps pour protéger le même imam de Drancy. Ici apparaît – dans toute sa force – le drame de l’islam aujourd’hui. Un tartuffe ou clown catholique, laïque ou juif n’aurait pas besoin de protection policière. Mais l’islam vit une crise. Qui n’est ni propre ou unique à cette religion, car ce fut la crise de l’inquisition catholique, du péril rouge ou de la peste brune dans le passé. Mais une crise qui, aujourd’hui, est celle de l’islam. Voilà pourquoi je dis à mes amis musulmans : Pensez ce que vous voulez de l’imam Chalghoumi, mais battez-vous pour qu’aucun de vos coreligionnaires – si clown ou tartuffe vous semble-t-il – ne doivent vivre sous protection policière. Rappeler ce simple fait, mérite bien une marche des imams.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *