Ils ont refusé…

Qui étaient ces 29 Coptes égyptiens qui se trouvaient dans l’autocar ? Des adultes et des jeunes. Des hommes et des femmes avec leurs qualités et leurs défauts. Avec les petits drames de toute histoire et son chapelet d’humaines mesquineries et disputes. Bref, rien qui fasse de ces 29-là, des êtres hors du commun.

Et pourtant, quand les hommes masqués leur ont demandé de renier leur foi pour avoir la vie sauve, ils ont refusé. Ce fut donc la balle dans la nuque. Tous ont témoigné de leur attachement au Christ au prix de leur vie, rejoignant l’immense foule de celles et ceux qui les ont précédés sur cette route de calvaire.

Le sang des martyrs est semence des chrétiens – disaient les anciens. Il ne s’agit pas de souhaiter que ce genre de tragédie se multiplie. Il ne convient pas, non plus, de tomber dans le piège que tendent ceux, qui voudraient attiser les brasiers pour que s’enflamme une nouvelle guerre de religion. Non – il y a simplement à souligner ce geste, tellement incompréhensible pour tant de nos contemporains post-modernes : Si ces gens ordinaires avaient prononcé une petite formule d’adhésion à l’islam (quitte à se rétracter ensuite), ils seraient aujourd’hui sains et saufs. Aucun n’a accepté. La foi de leur baptême était non-négociable.

Et en pensant à leur témoignage – humble et puissant, tout à la fois – me revient ce passage du « dialogue des Carmelites » (Bernanos), lorsque sœur Constance dit : « On ne meurt pas chacun pour soi, mais les uns pour les autres, ou même les uns à la place des autres, qui sait ? » Puisse la mort, autant absurde que glorieuse, de ces 29 Coptes, réveiller la foi en chacun de nous. Face aux hommes masqués, comment réagirions-nous?

9 pensées sur “Ils ont refusé…”

  1. Ils étaient partis pour un pélerinage d’un jour, en famille , vers un monastère situé à 200 km du Caire.

  2. Ils étaient partis pour un pélerinage d’un jour, en famille , vers un monastère situé à 200 km du Caire.

  3. Le pape François durant ses 27 heures au Caire les 28 et 29 avril, avait rappelé « le sang innocent de fidèles sans défense versé cruellement nous unit »
    et le Ramadan a commencé….
    ah certes l’esprit souffle…que de plaies à panser, de désolations à consoler, quelles sont nos plaintes à nous? ensemble prions

  4. Comment réagir lorsque sa vie est menacée ? Abjurer, dit comme ça, ce n’est pas envisageable mais il y a le canon de l’arme qui s’approche et la mort avec … Je n’ose même pas penser à ce que serait ma réaction. Une fausse adhésion vite annulée, oui mais est-on certain que cela suffira ? Ne va-t-on pas y passer quand même ? Et le temps manque pour tout envisager et si on a des enfants avec soi, c’est encore pire …

    On a du mal à se représenter une telle sauvagerie et pour quoi, pour qui ?

    Mais, pour être honnête, je n’oserais dire que j’aurais le courage qu’ils ont montré. Des martyrs chrétiens au 21e siècle… j’aimerais avoir un peu de cette Foi immense et « non négociable » !

  5. Oui, Marie Madeleine, grâce à la communion des Saints on peut demander à ces martyrs d’intercéder pour notre pauvre Foi, très négociable.

  6. je pense que chère Marie-Madeleine et chère Muriel, vous comparez des communautés très différentes : les coptes forment un peuple, des familles, des clans ils sont reliés comme nous l’ étions autrefois, cette appartenance aux autres, nous ne la connaissons plus dans nos sociétés où nous habitons des maisons individuelles . Eux ne connaissent pas la solitude dont nos jeunes font très tôt l’expérience, ensemble, ils se sont levés, ensemble ils ont témoigné se dressant face à l’Autre , aux Autres , J’avais été frappée au Congo par la joie , la confiance qui émanait souvent des jeunes africains pourtant en butte à des relations dominants-dominés, cette joie-là je pense que les communautés de Chrétiens coptes la connaissent aussi . Nous , nous avons à payer le prix de notre spécialisation ,de cette incroyable société aux mille besoins, à la diversification inouïe, nous avons à payer le prix de notre liberté , illusion peut-être mais tout ado de nos sociétés est invité à choisir son orientation de demain, il ne grandit pas en fonction du groupe, il grandit individu, nous avons aussi à payer le prix de notre égalité- illusion encore- au Congo chacun se situe sur l’échelle sociale il sait à quelle famille il appartient qui est son père, qui est sa mère, nos enfants, me semble-t-il, l’apprennent aussi mais …. il y a un mais….ce n’est pas pareil
    Notre Foi a évolué , est devenue individuelle, non collective….Etienne, Jude, Barnabé, Paul, Jacques, Jean existent-ils pour nous?

  7. Suivant un long chemin qui m’amène depuis Tel Aviv, Haifa, Acre, le Golan, Capharnaum, me voilà ce soir à …. Jérusalem.
    Contemplant, pour la première fois, cette vue inoubliable de la ville depuis le Mont Scopus, en famille, épouse, enfants, petits-enfants…c’est un des plus beaux jours de ma vie.

    Me penchant sur la maison de Pierre, à Capharnaum, là où le Christ a prêché, voyant les ruines d’une synagogue, à quelques dizaines de mètres où il a sans doute parlé….que d ‘émotions!
    Et tout celà, expliqué en menus détails, et avec énormément de respect, par notre guide juif, à mes petits-enfants qui grandissent dans la religion juive et adorent leur grand-père catholique qu’ils voient prier voient prier à cet endroit si important pour lui.

    1. Merci Kees, de partager votre bonheur . On a l’impression de recevoir des nouvelles écrites d’une écriture penchée au dos d’une très belle carte postale…..

  8. merci d’avoir témoigné pour nous de ce que vous viviez , Kees, de nous avoir permis de vous accompagner, ce bref instant. Jérusalem, Israël, notre mère, notre terre d’origine plus que je ne l’imaginais, retrouvée avec l’âge car c’est notre héritage grec qui me fut d’abord transmis…chrétiens et juifs ne se reconnaissaient pas encore , ils se pensaient en terme de filiation , n’osaient guère s’apercevoir qu’ils avaient évolué en parallèle pendant des siècles comme des frères ennemis , et qu’à toutes les persécutions, le petit reste des juifs survivait, témoin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *