La religieuse et la colère…

Ce samedi 29 avril, il y eut la translation des reliques de la bienheureuse Marie-Thérèse Haze, fondatrice des Filles de la Croix, vers la cathédrale de Liège, où elle repose désormais, plus accessible à la dévotion du peuple de Dieu. Ce fut une belle fête, saluant une rayonnante figure de notre Eglise. Fille du secrétaire du dernier prince-évêque de Liège, sa famille avait connu l’exil et la pauvreté, suite à la révolution liégeoise. La petite Jeanne aurait pu se nourrir de ressentiment et de colère en se réfugiant dans la nostalgie et le désir de revanche. Au lieu de cela, elle se lancera dans l’éducation des filles de condition modeste et fonda un institut de vie consacrée, en devenant sœur Marie-Thérèse. Aujourd’hui, les Filles de la Croix fleurissent en Inde et au Pakistan, ainsi que dans divers pays d’Afrique. Un archevêque pakistanais m’expliquait l’importance des écoles catholiques dont s’occupent les religieuses dans son pays. La majorité de leurs élèves sont des musulmanes, qui ainsi profitent d’une éducation de qualité et d’une ouverture d’esprit. Quand on pense que la première chose que font les Talibans, c’est d’interdire la présence de filles à l’école, l’actualité d’un institut comme celui fondé il y a plus de 150 ans par Marie-Thérèse Haze, saute aux yeux. Ce n’est donc pas sans raisons que le pape Jean-Paul II la béatifia.

Comment ne pas faire le lien entre cet événement et le débat qui fait rage sur ma page FaceBook depuis qu’il y est question du second tour des élections françaises ? Pour la première fois – alors que je suis adepte du débat anglo-saxon, ouvert et sans tabou – j’ai dû intervenir plus vigoureusement et supprimer des publications qui franchissaient un peu trop allègrement ce que je considère comme la « ligne rouge ». Par contre, j’ai laissé les commentaires m’accusant de sortir de mon rôle et d’être partisan. Il est vrai que j’aurais pu confortablement me tenir à l’écart de ces échéances politiques capitales. J’avais toutes les bonnes excuses pour le faire, en tant que citoyen belge et comme prêtre catholique. C’est d’ailleurs ma ligne de conduite habituelle, même lors du referendum « Brexit » dont l’enjeu m’était affectivement plus proche, vu mon attachement au Royaume-Uni. Le temps semble révolu où le grand cardinal Lustiger parlait du FN comme d’une « résurgence du paganisme le plus cynique et le plus dangereux ». Et le mouvement « En Marche! » n’est pas pour un chrétien synonyme d’avènement béat du Royaume. De plus, celui-ci peine à se faire entendre par ceux qui dénoncent un capitalisme sans âme, ni visage. D’où les absentions massives dans le camp de la « France insoumise » et la tentation d’anciens communistes à oser un « vote de rupture ». Enfin – et là, je rejoins mes critiques – l’Eglise n’a pas à donner des consignes de vote. Les citoyens sont assez grands pour décider tout seul.

Pourtant, cette fois – et en conscience – je ne puis me taire. Il s’agit d’un scrutin qui engage la civilisation dans laquelle j’ai grandi et en laquelle je crois. Si l’Eglise n’a pas à entrer dans des luttes partisanes, sa doctrine sociale défend un idéal politique. Le scrutin français déterminera l’avenir de l’Union européenne. Les catholiques du continent ne peuvent simplement assister en spectateurs muets à un choix qui engage le cœur même de ce projet de paix. Comme citoyen, je défends donc l’idée européenne contre un nationalisme frileux – moi qui prie pour la béatification de Robert Schuman. Non seulement, un repli sur les frontières nationales serait néfaste pour l’économie française, mais il condamnerait les nations membres de l’Union à l’insignifiance. Et relancerait à terme des guerres économiques sur notre vieux continent – voire la guerre tout court.

Cependant, ce n’est même pas cette conviction qui me motive à parler. Le citoyen que je suis, n’est pas infaillible et d’autres feront des analyses politiques différentes. Plus profondément en moi, il y a ce que le chrétien et le prêtre ressent. Et qui est d’ordre spirituel. C’est à ce niveau-là, que je souhaite surtout m’exprimer. Une chose me glace – c’est la « petite musique » qui accompagne les arguments de tant de catholiques identitaires. J’y décèle un ton incantatoire et une fuite du réel dans un passé recréé. D’où une rhétorique qui ne s’embarrasse pas des contradictions et autres « faits alternatifs ». Le moteur de tout cela est le même que celui qui a prévalu durant les années ’30 et qui sévit aujourd’hui en Russie, en Turquie, aux Etats-Unis, en Inde,… Il s’agit d’une colère nourrie par le ressentiment et la peur d’une société nouvelle, qui est en train de naître dans la douleur. Je ne parle pas ici d’une « sainte colère » – celle qui se dresse contre l’injustice. Non, il s’agit de cette colère, qualifiée par l’Eglise de « péché capital ». Se greffant sur un narcissisme blessé, elle se décharge en violence et détruit le lien social en se créant un adversaire fantasmé – en guise de bouc-émissaire.

La noire colère est le sentiment que ressassent nombre de ceux qui se sentent les laissés pour compte du continent numérique. C’est à ce peuple que s’adresse la « petite musique » des populistes, qui invitent au repli et désignent à leur vindicte – c’est selon – les élites profiteuses, les immigrés musulmans, l’Europe sourde, la mondialisation sans sécurité… Aveuglés par la colère, ces concitoyens ingurgitent les discours simplistes, qui chantent que tout est la faute de « l’autre » et qu’ils seront enfin protégés. D’où la détestation de la société ouverte et multiculturelle qui a façonné notre Europe sur les ruines de la dernière guerre mondiale et la chute du mur de Berlin. D’où la séparation mortifère de la société entre « eux » et « nous ». C’est pareille colère qui amena, en d’autres époques, des chrétiens généreux et idéalistes à commettre des crimes avec une parfaite bonne conscience. Si pareille colère emporte l’élection ce dimanche, je crains une nouvelle ère de glaciation politique sur notre continent.

Je confie donc les échéances électorales françaises à l’intercession de la bienheureuse Marie-Thérèse Haze. Jamais elle ne fut une nostalgique de l’ancien régime, alors que la révolution avait ruiné sa famille et causé la mort prématurée de ses parents. Jamais, cette perdante du nouveau monde ne laissa l’humiliation et la colère lui dicter une conduite. Au contraire, accueillant le XIXe siècle tel qu’il s’offrait, elle se mit à l’écoute de l’Esprit pour y bâtir concrètement le Royaume du Christ, au service des plus démunis. En ce début de XXIe siècle, plutôt que de se réfugier dans un forteresse emmurée par la peur, que les catholiques imitent son exemple.

16 pensées sur “La religieuse et la colère…”

  1. voici un avis qui mérite réponse , voici des gens qui ont mentis pendant 40 ans ou plus qui ont promis et fait espérer pour leur pays , leur famille leurs enfants eux mêmes qui se sont vus offrir par l’Europe des lendemains qui chantent , la paix, la prospérité , le bonheur quelques exemples en bas de page parmi des quantités hélas, non respect de la démocratie pas de respect pour le référendum, hollandais , français, irlandais sommée de revoter à plusieurs reprises, non respect du référendum grec et on parle du danger le pen? mais en plus de l’aveuglement il y a un changement dans la signification des mots ! la distature c’est en europe au sein des institutions qu’elle se manifeste pas au front national! ce sont les personnes à l’emploi solide qui la défendent pour les autres … un petit exemple le retraites: Par exemple, un huissier ayant commencé au bas de l’échelle (grade 1 échelon 1) terminera sa carrière après 40 ans de service avec un salaire de 4 384 euros et donc 3 068 euros de pensions.

    En revanche, le plus haut fonctionnaire (grade 16 échelon 3) de l’administration, qui gagne 18 517 euros par mois, touchera à sa pension 12 961 euros.

    Et un fonctionnaire de grade moyen (grade 8, avec 6 350 euros par mois) ayant travaillé 10 ans aura droit à 1 143 euros (10 x 1,8% du dernier salaire). je n’évoquerai même pas la gabégie de transporter tout le parlement européen chaque mois à strasbourg et autres « fantaisies marques d’une défense des intérêts des européens.
    mais il est impérieux d’y croire . l’europe à la pointe de quoi ? nouvelles technologies? non-développement économique ? voir les résultats ceux qui s’en sortent le mieux à l’exception de l’allemagne et de l’autriche et pour cause la monnaie les avantagent ont conservé les leurs, suède , Danemark, royaume uni,la défense des frontières chengen , un désastre, politique agricole un échec , acier charbon, disparues ( sauf en allemagne) et passé chez mital, comme en belgique , constructions navales quasi disparus erasmus ? du tourisme pour étudiants sans résultats probants sur le plan économique. pas de guerres… avec quoi ?outre leur intégrations dans l’otan( l’europe n’a pas d’armées sauf sur le papier) aucune n’est capable de lutter sans le support américain, politiquement « l’aventure balkanique et ukrainienne ont démontré l’incompétence européenne en ce domaine. stop sur l’europe, un livre n’y suffirait pas . et la france ? depuis 40 ans et le coup de génie de Mitterrand qui a litéralement créer le front national bien plus que n’importe quel ex waffen ss( première mistification) le fn a joué le rôle de repoussoir pour gagner les élections sans avoir à justifier son action , brillant! et cela fonctionne toujours au prix de millions de chomeurs et de pauvres( 9 millions) à qui on somme de voter contre le fn, c’est à dire pour l’autre , macron en occurrence pour sauver la patrie de la peste brune, pourtant c’est du cancer rose et bleu que la france est malade les mois présidents, les changements c’est maintenant etc… toutes ces escroqueries qui font souffrir toujours les mêmes ce monde n’en a cure le candidat macron , repérer par jacques attali, a travaillé pour sarkozy avant d’être présenter à hollande par ce même attali là il devient conseiller et ministre , à ces occasions il est à l’origine du cice crédit d’impôtscompétitivité, 41 millards en échange de création d’emplois et …rien, vente d’alstom avec comme banques conseil Hsdc et …rhotschild( premier conflits d’intérêt) désastre stratégique, et pertes de 1800 emplois, pas emplois, plutôt des familles qui voient leur vie bouleversée
    ensuite vente de sfr(numericable) à patrick drahi avec sans doute 5000 em plois détruits bref ce monsieur est le principal soutien de macron on appelle cela retour sur investissement , ce personnage qui regroupe l’ensemble des médias, de la finance du haut patronat du monde politique dont hollande vals , sarkozy ) sur son nom , c’est lui qui est proposé comme obligation morale par rapport à marine le pen? cela donne la nausée toute cette réalité factuelle en échange d ‘un fantasme ? c’est un détournement de démocratie d’un calibre rarement atteint depuis bien longtemps , ce qui me ferait voter Marine si je le pouvais c’est une seule et unique disposition l’instauration du referendum d’initiative populaire cette unique disposition permettra aux français de rester maître de leur destin quelque le parti au pouvoir en rejetant des lois ou en proposant des textes auxquels le corps politique ne pourra pas déroger cela est vital pour le pays et la démocratie tout le reste du programme ne compte pas car il pourra être empêché ou modifié par l’application de cette disposition. avec cette loi jamais hollande n’aurait pu mener sa politique destructrice , la suisse qui l’applique a un niveau de vie deux fois supérieur au français , et il n’y a pas de raisons que cela ne fonctionne pas pour les autres. si cette loi passe, vous pouvez voter pour qui bon vous semble seules les mesures que le peuple acceptera pourront être votées.
    voici quelque lectures qui aprofondissent quelques points abordés dans ma réponse.

    Après une reprise significative de 2009 à 2011, l’industrie européenne connaît une nouvelle période de repli. , Les données préliminaires pour 2012 indiquent que la contribution de l’industrie manufacturière au PIB de l’Union européenne (UE) a encore diminué pour s’établir à 15,1 %, s’éloignant ainsi de l’objectif indicatif de 20 % fixé par la Commission en 2012. Avec près de 20 millions de personnes sans emploi, le taux de chômage dans l’Union européenne atteint 8 % en février 2017, et 9,5 % dans la zone euro. Il n’a cessé de décroître depuis 2013. La France, elle, affiche un taux de chômage de 10 %, soit l’un des taux les plus élevés de l’Union européenne.
    https://www.francebleu.fr/…/agriculture…/une-video-choc-sur-le-suicide-des-agriculte..
    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/01/05/31007-20150105ARTFIG00339-vente-d-alstom-les-dessous-des-cartes-par-jean-michel-quatrepoint.php

    1. Vous dites beaucoup de choses ici et il serait difficile de vous répondre sur chacune d’elles.
      Mais vous êtes clairement quelqu’un de très fâché, peut-être principalement à cause du fonctionnement de l’Europe. Vous la trouvez à beaucoup d’égards non-démocratique et celà fait sans doute le succès du populisme.
      Mais ce dont l’Europe a besoin, ce n’est pas d’être dynamitée, mais réformée. Et celà de toute urgence.

      Une victoire de Le Pen dimanche prochain dynamitera l’Europe. Et comme les économies et les marchés sont plus interdépendants que jamais, cette gigantesque explosion sera non-seulement instantanée, elle déclenchera des forces que les pays concernés trouveront incontrôlables.

      Et dans ce que les militaires ont coutûme d’appeler le « collateral damage » figurera un petit pays sympathique mais profondément déchiré appelé Belgique.

      1. Sympathique ? cher Kees , ne nous idéalisez pas, je vous prie . Certaines villes, certains villages sont certainement plus sympatiques que d’autre mais nos lois et leurs dérives ( euthanasie, avortement ), notre chômage, notre morosité, notre sens citoyen ( » sluikstorten  » …..), notre pollution ( micropoussières (fijnstoffen ) …. ), notre incurie ( plus de 500 jours sans gouvernement ), nos tribunaux -hôpitaux -prisons , écoles en manque de personnel ( onderbemand ) ,nos sans abris, notre  » sobriété heureuse « et autres efforts écologiques au point mort ……chacun complétera……. .Et nous avons aussi, depuis longtemps, populisme et extrème droite dont nous nourissons le terreau par tout ce qui précède . Sans oublier une extrème gauche en croissance , qui fait des analyses assez justes mais qui du point de vue éthique donne des frissons dans le dos.
        Heureusement,en Flandre, nous avons Radio Maria,  » Moeder van Vrede « , Sant’ Egidio …. Et en Wallonie …. Marie-Thérèse Haze, des communautés nouvelles ….. ( le lecteur complétera)

        1. « plus de 500 jours sans gouvernement  » est plutôt lié à notre incapacité à faire des compromis, à être diplomate, respectueux de l’ adversaire ……à faire une saine autocritique , un petit mea culpa ……Mais non ,ce serait  » faire preuve de faiblesse  » ( encore un nouveau péché …..il y en a plein . Rien n’est plus culpabilisant que cette pensée unique )
          En fait, nous n’ avons plus confiance . Comment savoir si l ‘accueil des migrants n’ est pas sous tendu par l’espoir d’une main d’oeuvre à bon marché ? Comment savoir si on ne cherche pas surtout à pêcher des voix ?

        2. Bien sûr, Muriel, que la Belgique a comme chaque pays ses  » shortcomings », mais ceux que vous citez sont ceux de tous les jours et dont bon nombre affligent un pays tel que l’Angleterre où je vis.

          Non, ce qui m’inquiète beaucoup plus à propos de la Belgique ce sont les réformes multiples que je vois depuis cinquante ans et qui, chacune constituaient un pas vers l’éclatement.
          Non seulement elles ont  » coulé dans le béton » , si je puis dire, les différences historiques entre les communautés, elles ont surtout engendré une structure de l’état – avec ses multiples gouvernements, parlements, communautés au niveau régional et fédéral…- qui ont rendu le pays « dysfunctional » et, malheureusement, souvent la risée à l’étranger.

          Or, cette structure extrêmement lourde et, vue de l’étranger, inextriquable, de l’état belge, avec dans sa traîne un appareil administratif très étouffant…est en fait un « luxe » que les Belges ont pu se payer à l’abri de la croissance économique au sein de la communauté européenne.

          Si un éclatement de l’UE devait survenir, cette structure fédérale avec sa lourde bureaucratie, grevant une petite économie avec une dette publique élevée…pourrait couler la Belgique.

          1. La Belgique, c’est comme un château en cartes à jouer ! toutes les cartes sont interdépendantes et si vous en retirez une seule … tout s’écroule !

          2. Merci Kees pour ce point de vue intéressant qui m’inspire. Car nous avons , en Belgique des lois assez exclusives qui font que psychiatres et pédiatres du monde entier nous regardent bizarrement et nous désavouent pour des raisons éthiques graves.
            – L ‘euthanasie des enfants, des mineurs d’âge : il n’ y avait jamais aucune demande de leur part et la loi est passée sans quasiment de débat , en survolant les lourdes bureaucraties dont vous parlez très justement, à une vitesse vv’.
            – L’euthanasie de personnes psychiatrisées qui , bien que n’étant pas du tout en phase terminale se jugent, sont jugées incurables.
            -L’ avortement en fin de grossesse pour handicap grave OU incurable. ( le  » et  » de la loi : handicap grave et incurable , a été trafiqué en  » ou  » ).
            – L’ avortement routinier d’enfants trisomiques ( 82 à 90 %) . Ici cependant la France d nous a dépassé avec l’interdiction du petit film montrant des enfants trisomiques heureux de vivre , d ‘ échanger de l’ affection, de faire circuler l’ amour … ( Fabrice Hadjaj , philosophe et père de famille nombreuse parle d’eux bien mieux que moi …..)

            Heureusement que tous les pays européens ne sont pas aussi  » avancés « ,aussi  » modernes  » que notre belle patrie …..

      2. Je prie pour que MLP ne passe pas; la France et les français ne méritent pas ça, ni leurs voisins d’ailleurs ! Ceux qui ont connu la dernière guerre sont particulièrement prudents lorsqu’on tente de dresser les gens les uns contre les autres pour des raisons … obscures !

        1. Pour des raisons obscures ? Pas plus obscure ni opaque que la Loge derrière Macron ….
          Plus de trente organisations catholiques françaises appellent à ne pas voter pour l’ extrème droite . Et elles ont raison .Mais veuillez considérer qu’il est dur pour un catho de devoir choisir entre la Loge , l’ extrème droite ou l’ abstention. Le Catéchisme de l’ Eglise Catholique nous dit que  » pour le bien commun  » nous ne pouvons nous abstenir de voter . Ce CEC date de 1992 . Pouvait il prévoir qu’un jour on doive voter pour la Loge ? ( je l’ ai déjà fait, par ignorance, je l’ ai bien regretté ).

          1. sans oublier l’intercession de Saint Maximilien Kolbe . Aussi pour les ennuis qu’ont actuellement nos amis juifs de Belgique.

  2. Mea culpa : j ‘oubliais : le travail bénévole est bien organisé et il y a environ I million de bénévoles . Celà suscite les critiques de syndicalistes purs et durs mais personne n’ a envie d’ essayer sans les bénévoles . Ils sont souvent comme des petites bougies dans l’obscurité.

  3. merci père Eric
    avec un sentiment de désolation : comment en sommes-nous arrivés là : pourquoi une femme devenue candidate à la présidentielle française n’a-t-elle ni parlé, ni échangé avec courtoisie et écoute de l’autre, pourquoi ce débat n’a cherché qu’à aplatir l’autre en face d’elle, pas un seul préjugé favorable, pas la moindre estime, et ni reconnaissance de compétences ….
    Comment en sommes-nous arrivés là ? Monsieur deMarcken, je comprends que vous soyez en colère, où trouver la réponse à cette colère : les médias, internet ont changé nos regards sur notre monde en bien et en mal : j’ai le sentiments que nos connaissances du réel sont approximatives et que nos émotions interviennent à notre insu, dans cette violence exprimée
    « les affaires » étalées dans nos journaux nous font oublier que tous ne sont pas nourris de convoitises ,
    pourtant ne sommes-nous pas en marche tous sur le sentier de nos vies , à la recherche de bonheur , et d’équilibre …? avec la possibilité de réajuster nos buts à chaque croisement de route
    et si nous relisions les évangiles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *