Prêtre…

Je reviens de la belle célébration de la Messe chrismale en la cathédrale de Liège. Eglise bondée (750 fidèles ?) et nombre important de prêtres et de diacres (140 ?). Certains, qui par fatigue en ces jours pastoralement chargés ou par ressentiment contre une décision diocésaine, n’étaient plus venus depuis longtemps – sont revenus.
Depuis le bout des stalles de la cathédrale, je vis cette célébration avec intensité. J’observe autour de notre évêque et deux de ses confrères émérites, les prêtres et diacres qui sont rassemblés. Ils sont de tous âges, styles, options ecclésiales, couleurs de peau, responsabilités pastorales, réussites et échecs,…
Il y en a en soutane, en clergy, en croix de Taizé, en jeans et col roulé…. Il y en a qui prient beaucoup et d’autres un peu moins. Il y en a des classiques et des originaux. Il y en a qui sont pleins de vertus et d’autres aux défauts apparents. Il y en a à la théologie droite et d’autres au credo quelque peu « buissonnier ». Il y en a qui sourient et d’autres qui ont le visage fermé. Il y en a qui m’apprécient et d’autres, sans doute, que j’énerve. Il y en a qui, peut-être, disent du bien de moi et d’autres qui, sans doute, parfois me critiquent. Qu’importe – tous sont mes frères de prêtrise.

A ce moment-là, je pense surtout à tous ceux qui ne sont pas là. Ceux qui ont déjà rejoint la maison du Père. Ceux qui sont malades ou que le grand âge retient. Comme ce confrère de 99 ans, qui fêtait ce jour son jubilé de… 75 ans d’ordination. Il y a aussi ceux qui sont en dépression ou en burnout. Je n’oublie pas, non plus, ceux qui ont été écarté du ministère, voire condamnés par la justice, suite un écart de conduite ou délit de mœurs. Il y a enfin ceux qui ont quitté le ministère, mais qui restent prêtre dans le cœur de Dieu.

Il y a encore ceux qui exercent leur ministère au loin, comme missionnaire au service des jeunes Eglises. Ce soir, comme à chaque Messe chrismale, je pense en particulier à un ami prêtre, qui est parti, il y a quelques années, dans la brousse africaine. En sortant de la Cathédrale, je l’ai appelé. Le téléphone et les mails abolissent la distance. Cela nous permet d’échanger et de nous soutenir. Sa force spirituelle m’aide à supporter ce qui semble lourd. Il m’écrit ce qu’il fait dans ces cas-là : « J’ai besoin de prier et je le fais. J’allume une bougie comme un cierge pascal et je remets toutes ces pensées sous le signe de la résurrection. Cela me fait du bien… Avec ce « cierge pascal » allumé, tout peut se transformer, la main est passée du côté de Dieu. »
C’est en communion avec lui – et tous les autres – que j’ai réitéré ce soir, avec les évêques, prêtres et diacres présents dans la cathédrale, mon engagement :

« Seigneur Jésus,
ton cœur est toujours plein d’amour
pour notre monde dispersé
comme un troupeau sans pasteur.
Nous te rendons grâce pour la force de ton Eprit
Qui te consacre aux services de nos frères.
Donne-nous d’aller jusqu’au bout de l’amour,
Sans compter.
Rends-nous soucieux les uns des autres,
Fais-nous travailler à la mission de ton Eglise :
Qu’elle réalise la mission que le Père t’a confiée
Et que tu veux réaliser par l’Esprit-Saint.
Et donne-nous, par-dessus tout, de te bénir
Pour le soin que tu prends de tout homme
Aujourd’hui et pour les siècles des siècles. »

J’ai prononcé ces paroles avec gratitude pour cet appel à la prêtrise qui m’est tombé dessus, il y a plus de trente années.
Gratitude aussi, pour toutes les personnes que le Seigneur a mis sur ma route et qui ont façonné, chacun à leur façon, mon cœur de prêtre.
Gratitude enfin, pour l’Esprit qui m’a accompagné et protégé dans les jours de joie comme dans les jours de peine.

Alors – priez pour vos évêques, vos prêtres et vos diacres. Et priez avec eux. Les critiquer est si facile. Et c’est parfois mérité. Mais est-ce cela qui édifie l’Eglise ?
Et puis – demandez au Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson. Il y avait ce soir aussi 6 séminaristes dans la cathédrale. Les prémices de l’Eglise de demain. Priez aussi pour eux et pour ceux entendront encore cet appel fort et fou, à devenir « pêcheur d’homme ».

 

9 pensées sur “Prêtre…”

  1. Ce matin du Jeudi-Saint, je lis ton blog sur le kalëïdoscope du Clergé liégeois que tu évoques à propos de la Messe Chrismale, et çà me fait bien de la peine ! Quand tu étais jeune vicaire au Sart-Tilman, tu es venu à Grivegnée, participer à la fête de mes 25 ans de prêtrise ! Bientôt, j’en serai à 50 !!! Or à 67 ans, en septembre 2014, j’ai été jeté aux oubliettes, dans une maison de repos sordide ! J’avais été en clinique un mois, et souffrant du foie, on me croyait bon pour le rebut ! Mais depuis plus d’un an, (février 2016) j’ai été déclaré complètement guéri par l’oncologue qui ne veut plus me voir !!! Donc je cherche à sortir d’ici et à reprendre du service actif au moins comme vicaire dominical ou prêtre-auxiliaire mais apparemment personne ne veut de moi ! Je ne suis ni pédophile, ni alcolo, ni hérétique et je ne pique pas dans la caisse ! Mais je gêne ! Même l’évêque qui est là depuis 3 ans et qui fait des visites pastorales tout autour de moi (Fléronnais, Base-Meuse, plateau de Herve) n’est jamais venu me voir … Son visiteur ‘Mathias Schmetz ‘ vient une fois l’an … Jean Bedin est venu me voir début mars, il m’a promis de revenir avec André Arimont … Albert Klinkenberg – mon vieil ami – m’a rejeté sans raison Sa dernière visite c’était il y a 2 ans en Juin 2015 !!! Je pourrais continuer … Ici, c’est une maison anticléricale, je n’ai besoin d’aucun soin, et pourtant je dois payer 48 € par jour, pour être malheureux comme les pierres, et constater que je suis complètement exclu du Clergé et d’une Eglise où j’ai été ordonné à 23 ans après tant d’efforts (j’ai même dû apprendre le latin !!! sinon c’étai un an de plus au Séminaire!) … Depus 4 ans, je ne dis plus la messe, et encore moins les autres sacrements ! Je finirai par déprimer alors que ce n’est pas mon genre du tout ! J’ai l’impression d’être entouré par des murs opaques ! Ce jeudi-saint j’irai dîner à Chêvremont, tout seul pour fêter mon sacerdoce !!! Merci pour tout ce que tu écris sur ton blog et sur FB çà me fait du bien, mais hélas, c’est bien insuffisant ! J’espère revivre un jour … Amicalement in Xto

    1. Bien cher Père Conrads,
      le cri de votre coeur me touche, d’autant que nous sommes une grande famille et que quand un membre souffre, il faut en prendre soin! Avez-vous tenté de venir au sanctuaire de la Vierge des Pauvres, moi qui vit à Banneux, j’ai souvent vu des prêtres venir pour un temps de service ou de repos, il serrait bon que vous repreniez du service à votre rythme, dire la messe est un devoir sacerdotal et un bien inestimable… J’aimerais pouvoir partager ce moment avec vous. En ces jours de la neuvaine de la Miséricorde Divine, je souhaite appuyer votre démarche et demander toutes les grâces nécessaires pour que vous soyez soutenu.
      Bien à vous en Jésus-Christ.
      Fabienne Siegenthaler (fabi.sieg@yahoo.fr)

  2. Cher Jacques, J’ai bien reçu ce message. Si tu es mobile, à ta place je demanderais un rdv avec l’évêque pour venir à Liège et parler avec lui de ta situation. Et si tu viens à Liège, fais-moi signe et je t’invite à manger un bout. Si c’est trop difficile, je viendrai te voir dès que possible. Merci de continuer à réagir sur mon blog. Saint vendredi saint. Je prie pour toi. Eric

  3. Que dire, Monsieur l’abbé Conrads, sinon que vos mots me touchent beaucoup, sinon qu’ils m’attristent! « Seul pour fêter votre sacerdoce, rejeté sans raison par un vieil ami, exclu du clergé… » Comment rester indifférent à ce que vous vivez! Comment ne pas partager votre souffrance! Même si je ne pense pas que mes opinions tradis (celles d’un catho « identitaire », »rigide ») soient les vôtres, sachez que, si le coeur vous en dit, un morceau de baguette, un bout de camembert et un coup de cidre vous attendent chez moi.

  4. oui, chez nous aussi, si vous n’habitez pas trop loin, car nous (mon mari et moi) sommes aussi des personnes âgées et ne nous déplaçons plus comme nous l’avons fait, donnez-nous le moyen de prendre contact.

  5. Eric,

    Reading you, I thought what on earth is a « Messe Chrismale »
    Google tells me it’s Chrism Mass.
    OK, that clears it up then,…or not!

    Anyway, I wish you a Happy Easter!

    Kees

    1. Dear Kees, ‘Chrism Mass’ it is, indeed i.e. Mass celebrated by the bishop normally on the eve of Good Thursday. During the liturgy, he blesses the sacred oils (used by clerics along the year for baptisms, confirmations, sacrement of the sick, etc.) and the priests and deacons of his diocese renew their sacred engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *