« Talent caché – talent gâché » – 33e dimanche, Année A (Matthieu 25, 14-30)

«J’ai eu peur et je suis allé enfouir ton talent dans la terre» (Matthieu 25, 14-30)

La parabole des talents est bien connue. On s’étonne, car le pauvre type qui n’en a reçu qu’un seul (grosse somme tout de même) n’a rien fait de malhonnête : il rend l’argent – tel quel – à son patron. Et pourtant, il se fait traiter de « mauvais et paresseux ». Pourquoi ? Parce que – plutôt que d’oser prendre des risques – cet homme a écouté sa peur. Il a caché l’argent qu’il aurait pu faire fructifier.

La somme d’argent vise ici nos potentialités : c’est d’ailleurs – suite à cette parabole – le sens que le mot « talent » a reçu dans le langage courant. Le message est le suivant : tous nous avons reçu des talents. Tant pis si – parfois – nous connaissons l’échec : cela fait partie de la vie. La seule chose qui nous sera reprochée, c’est d’avoir caché nos talents par peur de mal faire : talent caché – talent gâché.

 

3 réflexions sur « « Talent caché – talent gâché » – 33e dimanche, Année A (Matthieu 25, 14-30) »

  1. Bsr à tous !
    Quid si la vie constitue UN MUR où tout se bloque ou arrive trop tard systématiquement ?
    Quand je vois comment certaines personnes réussissent très bien alors que la religion constitue pour ces personnes une de leurs dernières préoccupations, franchement ce passage d’évangile me fait bien rire. Dieu m’a donné des qualités qui ne servent à RIEN, voilà le problème. Dieu aurait également pu pousser ça et là certaines choses, notamment me trouver un temps plein moins tard (dans la trentaine, éh oui): RIEN, un temps partiel sans intérêt.
    Signé : un catholique frustré.

    1. Cher Robert,
      Je ne doute pas des bonnes raisons d’être frustré dans votre vie, mais il y a risque à confondre le Dieu de Jésus-Christ avec le père Noël…
      Dieu n’est pas là pour « nous faciliter la vie ». Si les chrétiens souffraient moins que les autres, cela se saurait et nos églises seraient trop petites…
      Mais non. Le Christ lui-même est mort sur la croix et – souvent – le disciple n’est pas au-dessus du Maître.
      La seule économie où il nous est promis un succès sans mesure – mais non sans souffrance – est celle de l’amour gratuit.
      Celui qui donne, se donne, pardonne… même s’il est trahit, dénigré, moqué… vivra du seul trésor qui soit plus durable que la mort.
      Bon courage. Je prie pour que l’Esprit vous soit donné.
      Eric de B

  2. La peur nous empêche souvent d’agir!!!
    Peur de déplaire aux profs ou aux parents!
    Peur de déplaire à son conjoint!
    Peur de déplaire à son patron!
    Peur de déplaire à son curé !
    Peur d’être trop vieux !
    Peur d’être à  » contre courant »
    Et toutes ces peurs nous empêchent d’exercer nos  » talents »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.